15 novembre 2014 6 15 /11 /novembre /2014 10:19
Fidelio, l'odyssée d'Alice

Mécanicienne dans la marine, Alice laisse à terre son petit ami Félix pour embarquer sur le Fidelio, un bateau qu’elle a bien connu et sur lequel elle retrouve un ancien amant, Gaël, le commandant de bord. Ce voyage initiatique sur un bateau mystérieux où rôdent la mort, la perte et la solitude, est le premier long-métrage de Lucie Borleteau, remarqué à Locarno et à La Roche-sur-Yon, notamment pour la prestation habitée d’Ariane Labed.

Fidelio, l’odyssée d’Alice est un quasi huis clos. Le Fidelio, bateau étrange et inquiétant, bateau monstrueux, en est le décor presque unique. D’emblée, le film s’emploie à observer avec minutie le quotidien et le travail des marins dans ce lieu tour à tour oppressant (la salle des machines) ou impressionnant (le pont, la cabine du commandant). À l’intérieur de ce microcosme, c’est sur Alice que la réalisatrice focalise son regard : cette dernière vient d’intégrer l’équipage afin de remplacer l’un des marins, mort dans des conditions mystérieuses.

 

La suite sur Accreds... 

 

 

Partager cet article

15 octobre 2014 3 15 /10 /octobre /2014 13:48
Vincent n'a pas d'écailles

Vincent n’a pas d’écailles, mais c’est tout comme. Vincent a un pouvoir surhumain : au contact de l’eau, sa force se décuple. Il court et nage plus vite, il peut porter des poids énormes. Alors qu’il avait jusque là caché cette particularité à tout le monde, sa rencontre avec Lucie (Vimala Pons) change la donne. Le premier long-métrage de Thomas Salvador, lauréat du Grand Prix du Jury au FIFIB et film d’ouverture du festival de La Roche-sur-Yon 2014, est une comédie limpide et douce, un film fantastique minimaliste et malicieux.

 

La suite sur Accreds...

 

Partager cet article

24 septembre 2014 3 24 /09 /septembre /2014 14:45
Whiplash

Un jeune étudiant en conservatoire rêve de devenir le meilleur batteur de jazz et se frotte à un chef d’orchestre dangereusement pervers : pour son second long-métrage, Damien Chazelle fait dans le quasi-autobiographique et développe un sujet qu’il avait déjà traité au format court en 2013. Prix du jury à Sundance en 2014, sélectionné ensuite à la Quinzaine des réalisateurs et à Deauville, Whiplash séduit par son traitement frontal de la violence physique et morale qui régit cette relation entre maître et élève.

Dans un conservatoire new-yorkais aux décors grisâtres, Andrew Neyman se détruit les doigts à force de taper sur sa batterie. Miles Teller semble s’être fait une spécialité de ces rôles de jeunes hommes un peu arrogants, renfrognés, pas forcément sympathiques (voir le beau teen movie The Spectacular Now et même Divergente, avant de savoir s’il saura insuffler un peu de cela dans le reboot des Quatre Fantastiques par Josh Trank). Il donne ainsi un relief particulier à ce récit où le héros n’est pas nécessairement un gentil : Andrew trouve par exemple que son père, pourtant adorable et attentionné, est un raté. Il aspire, lui, à devenir un grand, à sortir de la médiocrité en passant à la postérité.

 

La suite sur Accreds...

Partager cet article

Published by Anna
commenter cet article
16 juillet 2014 3 16 /07 /juillet /2014 11:48
Obvious Child

Découvert en début d'année au festival de Sundance, Obvious Child est le premier long-métrage de Gillian Robespierre. Le sujet est tiré d'un court-métrage réalisé par la jeune cinéaste en 2009 : Donna, comédienne de stand-up, vient de se faire larguer. Après une nuit arrosée passée en compagnie d'un garçon, elle se retrouve enceinte. Elle décide d'avorter et on lui propose... le 14 février, date de la Saint-Valentin. Ancienne du Saturday Night Live, Jenny Slate prête sa voix étonnante et son corps discrètement burlesque à cette comédie indé minimaliste. Obvious Child prend sur lui de raconter comment une fille new-yorkaise normale va faire face à une situation délicate mais somme toute banale – ou en tout cas traitée comme telle. De sa volonté de décrire des « vraies filles », en ne reculant pas devant le trash que cela implique parfois (avoir ses règles, du poil sous les bras, péter devant son mec, s'embarquer dans un plan cul foireux...), la cinéaste commence par faire quelque chose d'un peu trop facile et prévisible. Les premières séquences montrent par exemple l'héroïne en train de réciter un sketch assez dégueu et cruel sur sa relation avec son petit ami, puis le soir même se soûlant et déblatérant au téléphone après s'être fait larguée. On est ici en terrain connu. Mais Obvious Child finit par faire montre d'une vraie subtilité.

 

La suite sur Feux Croisés...

Partager cet article

Published by Anna - dans Nouveautés
commenter cet article
21 avril 2014 1 21 /04 /avril /2014 12:11
http://www.feuxcroises.com/photo/art/grande/6367880-9604591.jpg?v=1393521420
 

L'Opinion publique (1923). La Comtesse de Hong Kong (1967). Le second long-métrage de Charles Chaplin et son dernier film, que plus de quarante ans séparent, possèdent un point commun d'importance : ce sont les seuls dans lesquels le cinéaste n'apparaît pas dans un rôle principal. Bien que les deux films soient très éloignés a priori (l'un est un mélodrame, l'autre une comédie romantique burlesque), ils semblent entretenir de loin en loin de délicates et mystérieuses correspondances. Dans les deux cas, la mise en scène de Chaplin, son art, nous sont comme donnés dans leur nudité, en l'absence du corps de Charlot.

Partager cet article

Published by Anna - dans Classiques
commenter cet article
30 décembre 2013 1 30 /12 /décembre /2013 11:42


1. LA FILLE DE NULLE PART de Jean-Claude Brisseau

2. SHOKUZAI de Kyoshi Kurosawa

3. 40 ANS MODE D'EMPLOI de Judd Apatow

4. INSIDE LLEWYN DAVIS de Joel & Ethan Coen

5. A TOUCH OF SIN de Jia Zhang-Ke

6. FRANCES HA de Noah Baumbach

7. HAEWON ET LES HOMMES de Hong Sang-soo

8. FOXFIRE, CONFESSION D'UN GANG DE FILLES de Laurent Cantet

9. LONE RANGER de Gore Verbinski

10. PROMISED LAND de Gus Van Sant

 

11. GIMME THE LOOT d'Adam Leon

12. THE HIT GIRLS de Jason Moore

13. LA VIE D'ADÈLE d'Abdellatif Kechiche

14. LES APACHES de Thierry de Peretti

15. GRIGRIS de Mahamat Saleh-Haroun

16. GRAVITY d'Alfonso Cuaron

17. 2 AUTOMNES, 3 HIVERS de Sébastien Betbeder

18. TIREZ LA LANGUE MADEMOISELLE d'Axelle Ropert

19. THE GRANDMASTER de Wong Kar-wai

20. MA VIE AVEC LIBERACE et EFFETS SECONDAIRES de Steven Soderbergh
 

Partager cet article

Published by Anna - dans Tops & co
commenter cet article
30 décembre 2013 1 30 /12 /décembre /2013 11:17

BastienBouillon VincentMacaigne AudreyBastien MaudWyler

 

Trois ans de la vie de trentenaires désœuvrés entre Paris, Bordeaux et les Alpes suisses : amours, maladie et cinéma dans un film hybride et attachant. Présenté à l’ACID à Cannes 2013, le troisième long-métrage de Sébastien Betbeder est un bouleversant patchwork intime dont les maladresses rehaussent le charme un peu gadget.

 

La suite sur Accreds...

 

À liré également : mon interview du cinéaste.


 

35étoiles

Partager cet article

Published by Anna - dans Nouveautés
commenter cet article
29 décembre 2013 7 29 /12 /décembre /2013 22:25

 

Des salles hilares et conquises. De sa présentation à la dernière Quinzaine des Réalisateurs à sa sortie en salles triomphale mercredi 20 novembre, le premier film de Guillaume-Gallienne-de-la-Comédie-Française, adapté de son spectacle autobiographique, est présenté comme celui qui comblera les spectateurs en mal de comédie française de qualité. Tant mieux, mais il me semble que s'il faut louer la réussite de ce film, c'est aussi et même surtout pour tout ce qui en lui relève plutôt de la bizarrerie, de la tristesse et de l'inquiétude.

 

La suite sur Feux Croisés...

 

En bonus, ma participation au débat autour du film dans l'émission de critique cinéma Le Cercle, le 22 novembre dernier :





35étoiles

Partager cet article

Published by Anna - dans Nouveautés
commenter cet article
25 novembre 2013 1 25 /11 /novembre /2013 14:35

Pour ceux que cela intéresse de lire mes écrits éparpillés sur la toile, voici mes productions depuis la rentrée :

- un texte sur Effets secondaires et Ma vie avec Liberace, publié pour le dossier Soderbergh de Feux Croisés (septembre).

- un compte-rendu du Festival Européen du Film Fantastique de Strasbourg pour Accreds (septembre)

assorti de deux critiques de films vus là-bas: Dark Touch (Marina de Van) et All Cheerleaders Die (Lucky McKee et Chris Siverston).

- un compte-rendu du Arras Film Festival, également pour Accreds (novembre).

 

http://cdn.pastemagazine.com/www/articles/Behind-the-candelabra.jpeg?1369309883

Partager cet article

Published by Anna - dans Divers
commenter cet article
23 août 2013 5 23 /08 /août /2013 13:45

Bonjour tout le monde,

Mon blog est - ô surprise ! - en suspens depuis un certain temps et risque de continuer de l'être, mais je tenais à publier ce petit mot pour vous prévenir que j'existe encore et que je continue même à écrire sur le cinéma !

 

Pour me trouver, rendez-vous sur :

- Accreds.fr, un formidable site consacré aux festivals de cinéma, sur lequel vous trouverez notamment mes critiques de  Promised Land de Gus Van Sant,  Interior. Leather Bar. de James Franco ou encore  Suzanne de Katell Quillévéré, ainsi que des comptes-rendus de festivals. Et je convrirai en septembre le festival du film fantastique de Starsbourg pour Accreds !

- Interlignage.fr, où je chronique les sorties salles et DVD. Voici un lien vers l'ensemble de mes textes.

- Feux Croisés, une revue de cinéma qui publie de très intéressants dossiers thématiques consacrés à des cinéastes. J'ai contribué aux dossiers sur Resnais, Tarantino, Apatow (par deux fois !) et Demy.

 

Si vraiment vous trouvez ma prose brillante, vous pouvez aussi me lire sur papier, dans le n°502 (avril 2013) de la revue  L'Avant-Scène Cinéma, consacré à Jacques Demy.

 

That's all, folks!

 

BANNIERE

Partager cet article

Published by Anna - dans Divers
commenter cet article

  • : Goin' to the movies
  • Goin' to the movies
  • : Blog de critiques cinéma d'Anna M. «Le cinéma, c’est comme l’amour, quand c’est bien, c’est formidable, quand c’est pas bien, c’est pas mal quand même.» (George Cukor)
  • Contact

GOIN' TO THE MOVIES

Blog de critiques cinéma d'Anna M.

«Le cinéma, c’est comme l’amour, quand c’est bien, c’est formidable, quand c’est pas bien, c’est pas mal quand même.» (George Cukor)

Recherche

Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog