Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 février 2013 6 23 /02 /février /2013 11:28
Promised Land

Matt Damon débarque dans une petite ville américaine pour convaincre ses habitants de laisser sa société exploiter le gaz de schiste présent dans leur sol. Au delà du film-dossier à la Erin Brockovich ou de la simple fiction écolo sur les méfaits du forage, Promised Land, présenté en compétition à la dernière Berlinale et récompensé d’une mention spéciale, mêle astucieusement l’intime et le politique et s’appuie sur ses personnages (et leurs interprètes) pour livrer un portrait de l’Amérique d’aujourd’hui.

À chaque nouvelle production « classique » de Gus Van Sant, des voix s’élèvent pour la considérer comme mineure dans la filmographie du réalisateur, pour regretter encore et toujours sa période expérimentale. Il faut pourtant s’y faire : il y a plusieurs veines chez Van Sant, et la plus classique n’est pas la moins intéressante, ni la moins personnelle. On y retrouve bien le même geste de cinéaste. Et pas seulement parce qu’il n’oublie jamais, quelque soit le style choisi, de caser ses fameux plans de nuages en accéléré. Comme au moment d’Harvey Milk, c’est par le politique que Gus Van Sant régénère à nouveau sa veine classique, après la parenthèse arty de Restless en 2010.

 

La suite sur Accreds...

Partager cet article

Repost 0

commentaires

  • : Goin' to the movies
  • Goin' to the movies
  • : Blog de critiques cinéma d'Anna M. «Le cinéma, c’est comme l’amour, quand c’est bien, c’est formidable, quand c’est pas bien, c’est pas mal quand même.» (George Cukor)
  • Contact

GOIN' TO THE MOVIES

Blog de critiques cinéma d'Anna M.

«Le cinéma, c’est comme l’amour, quand c’est bien, c’est formidable, quand c’est pas bien, c’est pas mal quand même.» (George Cukor)

Recherche