Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 avril 2007 7 01 /04 /avril /2007 11:23
1938
Réalisé par Sergei Mikhailovich Eisenstein, Dmitri Vasilyev
Avec Nikolai Tcherkassov, Nikolai Okhlopkov, Andrei Abrikosov
Film russe.
Genre : Drame
Durée : 1h 52min.



Dans la Russie du XIIe siècle, Alexandre Nevski, prince pacifique d'un peuple de pêcheurs, prend le commandement d'une armée pour repousser les hordes barbares qui ont envahi son pays.

Le genre : le meilleur de la propagande

La Russie stalinienne, ce n'était pas de tout repos. Le légendaire Eisenstein se voyant obligé de traiter les sujets qui lui étaient imposés, sur le modèle de la propagande patriotique vantant la grandeur de la Russie, il est d'autant plus étonnant qu'il soit ici (et ailleurs) parvenu à composer une œuvre épique brillante et poétique. Alexandre Nevski fait le portrait du célèbre roi russe du Moyen-Âge du même nom, qui fit montre d'un courage exceptionnel dans des combats contre les troupes germaniques. Le film est bien évidemment d'un manichéisme exacerbé, vantant le courage et la vertu des russes contre la bêtise et la perfidie des chevaliers teutoniques. L'amusant est d'ailleurs que le film fut d'abord interdit par l'administration stalinienne lors de la signature du pacte germano-soviétique en raison de son caractère trop anti-allemand, puis autorisé à sortir lors de l'entrée en guerre de l'URSS contre Hitler. Passionnant, donc, pour le contexte qu'il met en lumière, Alexandre Nevski l'est aussi pour l'étonnant savoir-faire de cinéaste déployé par Eisenstein. Les scènes de bataille, notamment, si elles ont évidemment un peu vieilli, sont filmées de façon grandiose. Le final sur le lac glacé est un modèle de maîtrise chargé de symboles graves et marquants : les soldats allemands se noyant dans l'eau gelé puis les corps des combattants russes gisant et criant une dernière fois le nom de la femme aimée sont des moments de toute beauté. L'interprétation trés grandiloquente est tout de même remarquable, en particulier celle de Nikolai Tcherkassov (futur Ivan Le Terrible), formidable prince héroïque et vertueux. La majestueuse musique de Sergeï Prokofiev se marie parfaitement à cette fresque épique et lyrique qui n'a rien perdu de sa prestance.




Partager cet article

Repost 0
Published by lucyinthesky4 - dans Classiques
commenter cet article

commentaires

Eeguab 07/02/2010 17:57

Au-delà et malgré...Avec Eisenstein le génie est tel qu'il persiste à jamais malgré la propagande et les sinuosités de l'Histoire.

  • : Goin' to the movies
  • Goin' to the movies
  • : Blog de critiques cinéma d'Anna M. «Le cinéma, c’est comme l’amour, quand c’est bien, c’est formidable, quand c’est pas bien, c’est pas mal quand même.» (George Cukor)
  • Contact

GOIN' TO THE MOVIES

Blog de critiques cinéma d'Anna M.

«Le cinéma, c’est comme l’amour, quand c’est bien, c’est formidable, quand c’est pas bien, c’est pas mal quand même.» (George Cukor)

Recherche