Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 mars 2010 3 31 /03 /mars /2010 07:55
Walt Disney Studios Motion Pictures France

Il ne fallait vraiment pas se donner la peine d'adapter ce chef-d'œuvre absolu du surréalisme et de l'absurde qu'est Alice au pays des merveilles (et sa suite De l'autre côté du miroir), si c'était pour en faire ce banal récit initiatique sur fond d'heroic fantasy. Tim Burton s'attaque à Lewis Carroll, donc, et alors que l'on pouvait imaginer que leurs deux univers singuliers se nourriraient l'un l'autre, il n'en est rien. L'adaptation se révèle de manière générale totalement hors sujet, cette Alice-là respirant davantage l'esprit Narnia que la poésie et le nonsense britsh.. En témoigne le manichéisme de l'ensemble, alors que les personnages carrolliens se caractérisent par leur ambiguïté et leur étrangeté. Exemple avec le ridicule personnage du Chapelier, qui est ici devenu un gentil sur le point de connaître une idylle avec Alice (wtf?!). Évidemment, puisque c'est Johnny Depp, l'acolyte de Burton, qui l'interprète, poussant le cabotinage à un niveau jamais atteint par lui, même en Jack Sparrow dans les Pirates des Caraïbes.

Mais ce qui est encore plus inquiétant, c'est que Burton est également hors sujet vis-à-vis de lui-même et se fait littéralement bouffer par la machine Disney. Son film n'est rien qu'une accumulation de péripéties fadasses à la manière d'un jeu vidéo, et d'effets spéciaux prétendument bizarres. Sur le plan visuel, le manque d'imagination est criant. Tout juste s'amuse-t-on du sort réservé par Burton au personnage de la Reine de Cœur, interprétée par son épouse Helena Bonham Carter, et affublée d'une énorme tête assez cocasse. C'est assez peu. Le compositeur attitré du cinéaste, Danny Elfmann, finit également par se caricaturer lui-même avec sa musique gothico-féérico-inquiétante entendue mille fois. Quant à la 3D, c'est peut-être l'élément le moins décevant du film – étant donné que je n'en attendais rien. Elle m'a semblée plutôt discrète et efficace. Dans les quinze premières minutes – réalistes – du film, elle lui donne un relief un peu étrange. Ensuite, elle ne fait en réalité que divertir quand l'ennui guette.

Mia Wasikowska. Walt Disney Studios Motion Pictures France

La seule bonne idée du scénario consiste à faire d'Alice une jeune fille de dix-neuf ans  (Mia Wasikowska, qui était très bien dans la remarquable série In treatment, est ici plutôt insignifiante) qui retourne au pays des merveilles mais a totalement oublié les aventures qu'elle a vécues à l'âge de six ans. Comme si le passage à l'âge adulte sonnait le glas des rêveries, de l'émerveillement et de la remise en cause de la logique du monde. Le monde dans lequel Alice s'apprête à entrer au début du film est (caricaturalement) morne, bête et ennuyeux. On se réjouit que Burton fasse, en réaction, l'apologie du rêve, de l'art et de l'imagination. Sauf que son film s'avère finalement l'antithèse de cela, tant il se plie aux exigences du plus terne des blockbusters.

Surtout, la morale finale ne semble pas du tout aller dans ce sens. Alice tire plus ou moins une leçon de son aventure, à savoir quelque chose comme : il faut suivre son instinct. C'est extrêmement réducteur, mais pourquoi pas. Mais quand cette morale se retourne pour devenir éloge de la libre entreprise et de l'esprit d'initiative, on se pince... On se serait vraiment passésde cette petite anecdote finale inutile, où Alice démontre ses talents de  parfaite petite capitaliste en suggérant à son nouveau patron de commercer avec la Chine. Absolument grotesque, ce clin d'œil est à l'image du film lui-même, grosse machine industrielle totalement dénuée d'âme. Pour Burton, c'est quand même grave la honte de se retrouver président du jury du Festival de Cannes l'année même où il pond son film le moins personnel et le moins réussi.

À voir aussi sur le blog
Films de Tim Burton : Edward aux mains d'argent, Ed Wood, Sweeney Todd


Partager cet article

Repost 0
Published by lucyinthesky4 - dans Nouveautés
commenter cet article

commentaires

whiplash claims 17/08/2011 05:56

This movie is pretty amazing. I've followed this one from the book till it became a movie and indeed it has a very adventurous story. I really like the effects used in the movie and the characters are very good. I always want to watched it many times.

whiplash solicitor 08/08/2011 02:54

I love watching this movie even though I have watched it may times.

Ashtray-girl 07/04/2010 23:32

On est d'accord, c'est clairement son film le moins personnel (je ne sais pas encore si c'est le moins réussi, n'ayant pas vu "la planète des singes"... ahem). Très, très déçue que ces deux univers pourtant voués à l'harmonie se parasitent plutôt qu'ils ne s'épousent. Je n'ai, de Burton, retrouvé rien d'autre que ses fidèles suiveurs, et j'en suis très chagrinée. Un beau loupé.

Aurore 02/04/2010 10:07

Je ne pense pas que les films Disney soient nuls au contraire je les aime de façon générale, seulement Burton c'est Burton et Disney c'est autre chose et mélanger les deux univers ne me semble pas judicieux, mais encore, je pense que cela aurait put donner quelque chose d'intéressant si il n'avais pas fallu faire en prime avec l'univers particulier de Lewis Carrol. Pour moi autant deux univers différents peuvent s'enrichir mutuellement, autant l'intervention d'un troisième cause un trop plein, il n'y a pas de bon ménage à trois et c'est cela qui a déçu dans ce film, une union bancale de trois univers qui ne pouvait se réunir qu'en affaiblissant leur originalité particulière. A mon avis pour que cela marche réellement il aurait fallu que l 'un des trois univers soit sacrifié au profit des deux autres, et dans cette situation, l'univers Disney était le plus indiqué, non pas car les films Disney sont nul, mais tout simplement car si on veut faire du Tim Burton on fait du Burton dans toute sa potentialité ou pas du tout.

Mika 01/04/2010 21:27

On est dans du Tim Burton, certes influencé par Disney, mais on est dans du vrai Burton, Je dirai plutôt qu'il a essayé au maximum de nous donner son point de vu malgrès les obligations émises par Disney (qui a dit que les Disney sont nuls de toutes manières ???). Photographie allucinante, décors et costumes époustouflant, et effet 3D... qui nous plongent dans cet univers merveilleux. Alice au pays des merveilles de Lewis Carrol, c'est du merveilleux, l'adaptation de Tim Burton est du merveilleux. L'imaginaire de Tim Burton n'a aucune limites. Les clins d'oeil sont nombreux, l'ironie s'en ressent. Du rêve mené à merveille par notre talentueux Johnny Depp qui décidemment est capable de jouer n'importe quel rôle. Je ne connaissais pas Mia Wasikowska, et bien elle est vouée à un bel avenir. Les acteurs interprétent au sens propre du terme des peronnages atypiques hauts en couleurs, chaque personnage à sa personnalité propre et l'idée d'approfondir celle du Chapelier fou est très originale, Johnny Depp comprent et est le Chapelier Fou. Et la musique, enchanteresse, nous transporte dans ce conte incroyable. Danny Elfman est à son apogée. C'est donc un film magnifique qu'il nous est donné de voir signé à la fois Tim Burton mais aussi Disney.

Georges 01/04/2010 10:20

complètement d'accord, malheureusement... What Else ?

mallaury 31/03/2010 16:11

PArfait !Excellente critique !!!
Bravo
Très bien
Merci pour ce texte agréable, même pas besoin d'en rajouter.

Claire 31/03/2010 13:17

Bah jsuis assez d'accord avec toi,ça me rassure de voir que toi aussi tu as eu cette opinion, à la fin du film ma première réaction a été "ouai, pas mal", mais en y réfléchissant, où est la poésie d'Edward aux mains d'argent, BORDEL???

Borgne 31/03/2010 12:45

Et pan !

  • : Goin' to the movies
  • Goin' to the movies
  • : Blog de critiques cinéma d'Anna M. «Le cinéma, c’est comme l’amour, quand c’est bien, c’est formidable, quand c’est pas bien, c’est pas mal quand même.» (George Cukor)
  • Contact

GOIN' TO THE MOVIES

Blog de critiques cinéma d'Anna M.

«Le cinéma, c’est comme l’amour, quand c’est bien, c’est formidable, quand c’est pas bien, c’est pas mal quand même.» (George Cukor)

Recherche