Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 avril 2006 6 29 /04 /avril /2006 11:32

1947
Réalisé par Roberto Rossellini
Avec Franz Gruger, Edmund Meschke, Ernst Pittschau
Film italien, français.
Genre : Drame
Durée : 1h 18min.



Berlin, été 1947. Le jeune Edmund Koeler parcourt inlassablement les rues, vivant de trafics divers et de rapines afin de nourrir les siens : un père alité, un frère qui se cache en raison de son appartenance à la Wehrmacht durant la guerre, une soeur prête à tomber dans la prostitution.

Le genre : néoréaliste !

Roberto Rosselini, père du néoréalisme italien, nous montre ici dans toute sa réalité brute l'état de l'Allemagne au sortir de la Seconde Guerre Mondiale. Un monde détruit, déchiré où chacun se voit obligé de survivre par ses propres moyens. Les décors de Berlin en ruine sont troublants. C'est un film profondément triste, qui donne en permanence une impression de malaise. Nous suivons le petit Edmund, au fil de ses rencontres, de ses états d'âme et de son désespoir quant au monde que lui a laissé la génération précédente. Le film montre cependant tout cela sans jugement, avec une mise en scène épurée ; Allemagne année zéro est simplement le constat de la destruction du pays après une guerre aussi meurtrière, tant matériellement que mentalement. Les sentiments ne sont que peu exposés, c'est au spectateur de se plonger dans l'histoire tragique de cette famille, qui malheureusement n'est pas banale à cette époque. Aucun personnage pour sauver l'autre, ils portent tous en eux ce même malaise, cette même destruction. Impossible de ne pas voir ce que Rosselini nous montre avec tant de force : la réalité d'une époque. Ce film désespéré trouve une fin à sa hauteur et qui en révèle le sens profond : la tragédie du suicide d'un enfant, enfermé dans son sentiment de culpabilité, dont rien de positif ne peut le sortir. L'innocence de l'enfance (qu'Edmund perd peu à peu) ne peut rien, face au désespoir et à la décomposition de toute une nation. Un témoignage bouleversant.



Partager cet article

Repost 0
Published by lucyinthesky4 - dans Classiques
commenter cet article

commentaires

ffred 23/02/2007 17:01

je l'ai vu il y a pas, et je trouve ton avis très juste. j'ai eu à peu près le même sentiment que toi après l'avoir visionné.

Clémence 29/05/2006 14:45

Je n'ai pas encore vu ce film mais ton commentaire me donne très fortement envie d'aller le voir! Ma prof d'histoire nous en avait parler , mais je n'ai jamais eu l'occasion de le louer...

  • : Goin' to the movies
  • Goin' to the movies
  • : Blog de critiques cinéma d'Anna M. «Le cinéma, c’est comme l’amour, quand c’est bien, c’est formidable, quand c’est pas bien, c’est pas mal quand même.» (George Cukor)
  • Contact

GOIN' TO THE MOVIES

Blog de critiques cinéma d'Anna M.

«Le cinéma, c’est comme l’amour, quand c’est bien, c’est formidable, quand c’est pas bien, c’est pas mal quand même.» (George Cukor)

Recherche