Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 décembre 2006 6 02 /12 /décembre /2006 00:39
1951
Réalisé par Vincente Minnelli
Avec Gene Kelly, Leslie Caron, Oscar Levant, Georges Guétary
Film américain.
Genre : Comédie musicale
Durée : 1h 53min



Installé à Paris, Jerry Mulligan, peintre américain, peine à vivre de son art. En voyant ses toiles exposées dans la rue, une milliardaire tombe amoureuse de lui et décide d'être son mécène. C'est alors qu'il rencontre Lisa, une jeune Française dont il s'éprend, sans savoir que celle-ci est déjà fiancée à Henri Baurel, l'un de ses amis ...

Le genre : peinture en claquettes

Un voyage poétique dans un Paris sublimé par la grâce de la caméra de Minnelli, le charisme de Kelly, le charme juvénile de Leslie Caron, le cynisme hilarant d'Oscar Levant, la cabaret touch de Georges Guétary. Le scénario est très joli : la naissance d'un amour entre deux jeunes gens, l'un peintre en manque d'argent qui s'accorde les faveurs d'une mécène, l'autre jeune fille fragile fiancée à un homme qu'elle ne peut quitter. Alors bien sûr on peut faire les difficiles mais franchement, la complicité que dégagent Gene Kelly et la toute jeune française Leslie Caron est un pur délice, notamment dans leurs scènes dansées comme le suave Our love is here to stay sur les bords de la Seine. Les passages musicaux, tous des oeuvres du grand George Gerswin (dont la vie a vaguement inspiré le personnage principal) sont tous exceptionnels. Petites saynètes sexy et énergiques de Leslie Caron ; Guétary et Kelly chantant ensemble leur amour pour la même femme (S'Wonderful) ; le concerto en Fa interprêté par Oscar Levant à lui tout seul ; le morceau d'opérette de Guétary Stairway to paradise ; la chanson marrante de Kelly et Levant This time it's really love, et quelques autres. Tout ceci est particulièrement réjouissant, même si l'on regrette parfois de ne pas avoir un meilleur aperçu des talents de danseurs des deux vedettes principales. Mais pas de panique : il reste le ballet final An American in Paris, véritable prouesse artistique de 17 minutes. Les décors de cette histoire dans l'histoire, durant laquelle Gene Kelly court après sa bien-aimée, sont tous inspirés de tableaux de peintres impressionnistes français, comme Toulouse-Lautrec. La malice et le plaisir que prennent Minnelli et Kelly à détourner ces oeuvres à leur profit est perceptible tout du long, dans des numéros comme celui du célèbre chocolat dansant*. Ce ballet est un chef-d'oeuvre à part entière. Quant au film dans son ensemble, il reste une des oeuvres majeures du musical, pas le meilleur Kelly ni le meilleur Minnelli, mais on n'en demande pas tant et on ne lassera pas de si tôt du charme certain que dégage cette fable douce et optimiste.





* Voici le tableau de Toulouse-Lautrec en question. Pas étonnant qu'il ait inspiré nos deux acolytes !



Partager cet article

Repost 0
Published by lucyinthesky4 - dans Classiques
commenter cet article

commentaires

VincentLesageCritique 13/03/2008 12:33

Je l'ai revu hier et... comment dire... c'est toujours aussi magique et merveilleux, gracieux et poétique !
Impossible de résister au sourire gouailleux de ce cher Gene, pas vrai ?

  • : Goin' to the movies
  • Goin' to the movies
  • : Blog de critiques cinéma d'Anna M. «Le cinéma, c’est comme l’amour, quand c’est bien, c’est formidable, quand c’est pas bien, c’est pas mal quand même.» (George Cukor)
  • Contact

GOIN' TO THE MOVIES

Blog de critiques cinéma d'Anna M.

«Le cinéma, c’est comme l’amour, quand c’est bien, c’est formidable, quand c’est pas bien, c’est pas mal quand même.» (George Cukor)

Recherche