Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 avril 2006 2 18 /04 /avril /2006 20:03


À la fin de la guerre, trois soldats euphoriques, Ted, Doug et Angie se fixent rendez-vous dix ans plus tard. Leurs retrouvailles se soldent par une amère déception, jusqu'à ce qu'un show télévisé s'avise d'exploiter l'évenement...

Une comédie musicale de 1955 un peu méconnue, et beaucoup moins optimiste que la grande majorité des films du genre. Ce troisième et dernier film des compères Kelly-Donen marque la fin de leur collaboration cinématographique et de leur amitié. Peut-être est-ce pour cela que le ton est aussi désabusé, et l'image de l'amitié aussi pessimiste. C'est pourtant un film vraiment émouvant, et beau, de par son caractère doux-amer et mélancolique. De plus, point important pour un musical, les chansons de Comden et Green (toujours eux) sont fabuleuses ; et que dire des chorégraphies (signées Kelly) : le trio hilarant sur des couvercles de poubelles, le numéro de Gene Kelly sur patins à roulettes (I like myself, excellente chanson), Cyd Charisse admirée par un groupe de boxers... ainsi qu'un numéro très amusant de Dan Dailey. Parmi ces nombreux morceaux de bravoure savoureux, il y a aussi une scène particulièrement drôle, où les trois amis mangent ensemble et n'ont rien à se dire. Ils se mettent alors à chanter chacun dans leur tête sur l'air du célèbre Danube bleu ce qu'ils pensent de leurs compères. Hilarant !

Beau-fixe sur New York
n'est pas un film triste pour autant, mais il laisse une impression mitigée, je trouve, malgré le happy-end (tout le monde rentre chez soi avec la femme de sa vie). Il est émouvant car porteur d'une pointe de fatalisme très réaliste sur la toute relativité des amitiés dites éternelles. Le scénario est vraiment intelligent, sensible, souvent très drôle : la satire des émissions télés qui exploitent le moindre filon un peu intéressant pour faire de l'audimat, les personnages souvent ridicules dans leur obstination à se convaincre qu'ils mènent la vie idéale. It's always fair weather est un chef-d'oeuvre modeste qui nous parle sans emphase de la vieillesse, du destin et des relations humaines.


45etoiles.png

Partager cet article

Repost 0
Published by lucyinthesky4 - dans Derrière les fagots
commenter cet article

commentaires

  • : Goin' to the movies
  • Goin' to the movies
  • : Blog de critiques cinéma d'Anna M. «Le cinéma, c’est comme l’amour, quand c’est bien, c’est formidable, quand c’est pas bien, c’est pas mal quand même.» (George Cukor)
  • Contact

GOIN' TO THE MOVIES

Blog de critiques cinéma d'Anna M.

«Le cinéma, c’est comme l’amour, quand c’est bien, c’est formidable, quand c’est pas bien, c’est pas mal quand même.» (George Cukor)

Recherche