Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 août 2006 2 15 /08 /août /2006 00:02
Date de sortie : 12 Juillet 2006
Réalisé par Noah Baumbach
Avec Jeff Daniels, Laura Linney, Jesse Eisenberg
Film américain.
Genre : Comédie dramatique
Durée : 1h 21min.



New York, 1986. Il y a bien longtemps que les romans de Bernard n'ont plus de succès alors que sa femme Joan, qui écrit aussi, est en pleine ascension. Rien ne va plus entre eux. Ils ont décidé de divorcer. C'est une catastrophe pour leurs deux fils, Walt, 16 ans, et Frank, 12 ans. Les deux garçons perdent leurs repères et sombrent en pleine confusion des sentiments. Ecartelés entre leurs parents, les deux adolescents vont vieillir, mûrir, parfois trop vite pour leur âge et chacun à leur façon... Entre tendresse et rage, entre remises en question et émotion, la famille traverse des situations souvent drôles, toujours fortes, et va peu à peu apprendre à se redéfinir.

Le genre : tragicomédie familliale

Premier film de Noah Baumbach à sortir sur nos écrans,
The squid ans the whale (quelle horreur, ce titre français !) est plaisant, bien vu et finement interprété. Malgré la totale banalité du thème (le divorce d'un couple, ses conséquences sur les enfants), on assiste à un joli film qui nous parle de la famille, du manque de compréhension, des déboires de l'adolescence. Certaines idées sont excellentes et bien menées (l'ainé de la famille interprète Hey you de Pink Floyd à un concert en faisant croire qu'il l'a écrit !). Les personnages sont très humains, parfois touchants, souvent insupportables (surtout le père, cet intello méprisant et égocentrique) et on perçoit bien leur malaise. L'interprétation juste de tous les acteurs y est pour beaucoup. Laura Linney et Jeff Daniels en particulier retransmettent assez bien les névroses de leurs personnages. On n'est malheureusement jamais vraiment en emphase avec les membres de cette famille bourgeoise, on ne s'attache ni ne s'identifie à aucun d'eux ; et leurs destins nous importent peu (à l'exception peut-être de celui de l'ainé, Wade, dont la personnalité complexe d'adolescent qui se cherche est vraiment bien retranscrite). Cette distanciation est un handicap majeur même si le film se rattrape avec des dialogues bien écrits et une BO honorable. Un film intelligent, mais pas inoubliable.

Jeff Daniels. Samuel Goldwyn Company

Jeff Daniels, Owen Kline, Laura Linney et William Baldwin. Samuel Goldwyn Company


Partager cet article

Repost 0
Published by lucyinthesky4 - dans Nouveautés
commenter cet article

commentaires

  • : Goin' to the movies
  • Goin' to the movies
  • : Blog de critiques cinéma d'Anna M. «Le cinéma, c’est comme l’amour, quand c’est bien, c’est formidable, quand c’est pas bien, c’est pas mal quand même.» (George Cukor)
  • Contact

GOIN' TO THE MOVIES

Blog de critiques cinéma d'Anna M.

«Le cinéma, c’est comme l’amour, quand c’est bien, c’est formidable, quand c’est pas bien, c’est pas mal quand même.» (George Cukor)

Recherche