Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 novembre 2006 7 19 /11 /novembre /2006 00:17
Date de sortie : 15 Novembre 2006
Réalisé par Larry Charles
Avec Sacha Baron Cohen, Ken Davitian, Pamela Anderson
Film américain.
Genre : Comédie
Durée : 1h 30min.

Sacha Baron Cohen. Twentieth Century Fox France

Borat, reporter kazakh, est envoyé aux Etats-Unis par la télévision de son pays pour y tourner un reportage sur le mode de vie de cette nation vénérée comme un modèle. Au cours de son périple, il rencontre de vraies personnes dans des situations authentiques, avec les conséquences les plus incroyables. Son comportement à contre-courant provoque les réactions les plus diverses, et révèle les préjugés et les dessous de la société américaine. Aucun sujet n'échappera à sa soif d'apprendre, même les plus extrêmes. Un vrai choc des cultures...

Le genre : nice !

Décapant et édifiant. Désopilant et effrayant. L'hi-la-rant Sacha Baron Cohen, fine fleur de l'humour anglais, fait de son personnage de Borat l'objet d'un film provocant et particulièrement jubilatoire, une des comédies les plus réussies de l'année. Echappé d'un Kazakhstan d'opérette (quelle stupidité de croire qu'il s'agit de se moquer du vrai...), l'infâme Borat, sexiste, homophobe, antisémite fait son petit tour des Etats-Unis, un sorte de road-movie à la découverte de la grandeur de l'Amérique... Eh bien, on ne l'a jamais aussi peu vu. La particularité de Borat est d'être entièrement constituée de scènes cultes. Se rappeler les moments les plus drôles ou les plus marquants, c'est réciter l'ensemble du film. L'hymne kazakh dans un rodéo texan, l'interview d'un groupe de féministe, le cours d'humour américain, Pamela Anderson dans un "sac à mariée" (pour mettre la mariée quand elle n'est pas d'accord) sont autant de moments dont on se rappelera longtemps ! Les gags sont souvent situés en dessous de la ceinture (devant ou derrière...), mais pas seulement : on repère dans le film un esprit analogue à notre Groland national (petite pub : 7 jours au Groland, le samedi sur Canal +), politiquement incorrect, tendant vers l'absurde et pointant du doigt les comportements et préjugés les plus ridicules de nos sociétés. Une différence cependant, et elle est majeure : les horreurs assénés par certains intervenants ne sont pas feintes. Il s'agit de vrai morceaux de conversations, de vraies paroles prononcés par des gens qui croient vraiment s'adresser à un journaliste kazakh. C'est dingue ce que ces gens sont capables de croire possible ! Les préjugés américains sur les pays de l'Est (au sens large, car en Europe on n'y échappe pas) sont difficiles à ébranler. Le Kazakhstan dépeint par Borat s'affiche donc comme une caricature de ce qu'une certaine Amérique s'imagine de ces pays prétendument inférieurs. Pourtant, après avoir vu le film, on ne sait pas vraiment qui sont les plus cinglés, les plus fanatiques, les plus immondes entre des Kazakhs qui chient dans des sacs plastiques, prétendent que la femme à un cerveau d'écureuil ou organisent des lâchers de juifs, et ces américains (jeunes beaufs tendance MTV, vieux facho texan, famille bourgeoise bien pensante, groupe d'évangélistes bien allumés etc.) qui applaudissent à l'image de Bush "buvant le sang des Irakiens", qui veulent pendre les musulmans et les homosexuels, qui souhaitent des femmes esclaves sexuels, veulent "américaniser" ce bon Borat (on a fini par le trouver attendrissant) etc. etc. Borat brosse un portrait cruel et, on l'espère, exagéré des Etats-Unis d'aujourd'hui et de la connerie humaine en général. En tout cas, véritable OVNI, ce film hilarant qui va à l'encontre d'un maximum de tabous, s'impose comme un des must-see du moment, et on n'a pas fini d'entendre parler de lui. Tant mieux, car quand la provocation n'est pas gratuite, elle fait du bien. Et tant pis pour les coincés, les outrés, les pas drôles... On en voit bien assez dans le film.

Sacha Baron Cohen. Twentieth Century Fox France

Sacha Baron Cohen (au centre). Twentieth Century Fox France


Partager cet article

Repost 0
Published by lucyinthesky4 - dans Nouveautés
commenter cet article

commentaires

Snifff 25/01/2007 17:01

N'oublions pas que Groland doit tout au Nul et notamment à Les Nuls, L'emmission... Sinon, Borat, un vrai bijou, un OVNI dans la production cinématographique actuelle.

  • : Goin' to the movies
  • Goin' to the movies
  • : Blog de critiques cinéma d'Anna M. «Le cinéma, c’est comme l’amour, quand c’est bien, c’est formidable, quand c’est pas bien, c’est pas mal quand même.» (George Cukor)
  • Contact

GOIN' TO THE MOVIES

Blog de critiques cinéma d'Anna M.

«Le cinéma, c’est comme l’amour, quand c’est bien, c’est formidable, quand c’est pas bien, c’est pas mal quand même.» (George Cukor)

Recherche