Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 mars 2008 5 28 /03 /mars /2008 18:55
Date de sortie : 19 Mars 2008
Réalisé par Wes Anderson
Avec Owen Wilson, Adrien Brody, Jason Schwartzman
Film américain.
Genre : Comédie
Durée : 1h 47min.



Trois frères qui ne se sont pas parlé depuis la mort de leur père décident de faire ensemble un grand voyage en train à travers l'Inde afin de renouer les liens d'autrefois. Pourtant, la "quête spirituelle" de Francis, Peter et Jack va vite dérailler, et ils se retrouvent seuls, perdus au milieu du désert avec onze valises, une imprimante, une machine à plastifier et beaucoup de comptes à régler avec la vie... Dans ce pays magique dont ils ignorent tout, c'est alors un autre voyage qui commence, riche en imprévus, une odyssée qu'aucun d'eux ne pouvait imaginer, une véritable aventure d'amitié et de fraternité...

Le genre : juste sublime...

J’ai peur d’avoir l’air un peu ridicule, tellement j’ai du mal à mettre des mots sur mes sentiments à la sortie de ce Darjeeling Limited, le plus beau film que j’ai vu depuis des mois et des mois. Du coup, j’y suis retourné, pour vérifier. Et le miracle s’est produit une seconde fois : je suis donc totalement bouleversée… Mais il n'est pas sûr que je sache mieux dire pourquoi. Cette critique sera bordélique, vous êtres prévenus. J’avoue que je connaissais très mal Wes Anderson. De lui, je n’avait vu que La vie aquatique, beau film mais qui n’avait pas suscité en moi un enthousiasme excessif. De ce dernier, on retrouve ici l’aspect pop décalé et fantaisiste qui est la marque du cinéaste, auquel viennent s’ajouter pour mon plus grand bonheur une ouverture fabuleuse sur le monde extérieur, et une réelle impression d’être en présence de la vie même. Ça commence superbement, par un court-métrage introductif, « Hôtel Chevallier », dans lequel Jack Whitman (Jason Schwartzman) retrouve dans sa chambre d’hôtel une ex petite amie (Natalie Portman). Mélancolique, drôle et subtile. C'est tellement beau qu'on s'attend forcément à être déçu par ce qui suit. Et en fait non. Dans peu de temps, le business man Bill Murray va rater le train et c’est un autre film qui va commencer. Le scénario inventif et surprenant signé par les compères Anderson, Jason Schwartzman et Roman Coppola, parvient à greffer sur une trame digne d’un mélodrame (trois frères se retrouvent un an après l’enterrement de leur père et traversent l’Inde à la recherche de leur mère) une comédie drôle (très très drôle), subtile et légère mais non dénuée de profondeur, dans ce qu'elle dit du deuil, de la fraternité, du partage, de l'ouverture aux autres. L’humour au sens de politesse du désespoir prend ici tout son sens. L’élégance ahurie des trois interprètes, absolument irrésistible, y est pour beaucoup. On a rarement eu l’occasion de réaliser à quel point Owen Wilson est beau et subtile, à quel point Adrien Bordy peut être drôle, et jusqu’où peut aller le bagout charmeur de Jason Schwartzman. On ne voit pas qui mieux qu’eux aurait pu faire ce qu’ils font, et la même chose peut se dire de tous les interprètes. Anderson, lui, dans une mise en scène sophistiquée et singulière, nous dégotte des plans et des mouvements de caméra sortis d’on-ne-sait-où, et totalement ahurissants (ralentis aériens et travellings latéraux déroutants). Juste génial… La BO savoureuse mêlant pop jubilatoire (les Kinks, Peter Sarstedt et… Joe Dassin), musique classique (la Suite bergamasque de Debussy) et compositions dans le genre folklore indien (les musiques des films de Satyajit Ray) est un pur bonheur à elle toute seule, reflet du monde selon Anderson, joyeux foutoir où tout se croise et s’emmêle dans la plus grande jubilation. À l’image de l’Inde, qui est ici merveilleusement incarnée, ni dans un pittoresque hollywoodien, ni non plus dans une reconstitution à tout prix réaliste. Elle est de toute évidence nourrie de films vus, de livres lus par Anderson, et elle n’en est que plus émouvante. En fait, cette Inde là est fantasmée autant que découverte, elle est quelque part dans l’inconscient des trois frères Whitman, à la fois plus proche d’eux et plus intrigante que jamais à mesure que le film avance. Je suis descendue du train envoûtée, abasourdie, émerveillée par tant de beauté et de finesse. Il se trouvera sûrement des gens pour trouver ce film faux, vide, prétentieux, hermétique et pour ne pas saisir la beauté parfaite du style Anderson. Honnêtement, je n’ai qu’une envie : les plaindre. Car ce Darjeeling Limited est juste bouleversant et magnifique de bout en bout pour qui se laisse prendre au jeu. Anderson réussit cet exploit de mettre absolument tout dans son film – toute la beauté du monde et des gens, tout ce qui fait que la vie vaut la peine d’être vécue – en restant en permanence dans le registre de la légèreté la plus totale. Comme une bulle de savon qui recèlerait tous les trésors de la terre, et éclaterait soudain en une grande œuvre de cinéma ouverte et accueillante, à la portée universelle. C’est un don que peu de cinéastes possèdent.






Partager cet article

Repost 0
Published by lucyinthesky4 - dans Nouveautés
commenter cet article

commentaires

whiplash claims 17/08/2011 06:09

Three Brothers Who Have not spoken Since the Death of Their father decided to set a great train journey across India to reconnect with the past. This is really a great film. I like the story Presented. Well done.

whiplash solicitors 08/08/2011 07:32

My spouse and i change with plenty of people the following; I stumbled upon this web site publish We couldn’t stop until finally My partner and i completed, although it wasn’t precisely what I had been looking for, was still a great examine though. I am going to immediately get your blog supply to stay in touch associated with a updates.

Clara 18/04/2008 17:07

Je regrette profondément de ne pas avoir vu ce film. Tout m'attire pourtant ; casting, critiques, scénario.. Malheureusement mon cher cinéma cher et de mauvaise qualité n'a pas jugé bon de le diffuser.. :'( Je me contenterais d'attendre avec grande impatience sa sortie DVD.. ^^

ptiterigolotte 09/04/2008 15:01

Je suis comme toi, j'ai adoré ce road movie ferroviaire indien !!
Jubilatoire !!

VincentLesageCritique 30/03/2008 09:45

Au plus on avance dans la filmo d'Anderson, au plus ses films sont à la fois drôles et tristes, irrésistibles et bouleversants dans le même plan. Je crois que faire rire avec la mélancolie et, inversement, émouvoir avec l'amusement relève d'une prouesse assez extraordinaire, en tout cas magnifique !

Les acteurs habitués sont comme toujours excellents, mais je pense qu'il faut, avant tout, saluer Adrien Brody, qui, en jouant constamment avec son corps, m'a fait penser au burlesque de Buster Keaton. Il y est absolument gracieux et malicieux !

Bref, "The Darjeeling..." et les autres doivent impérativement être savourés car Dieu sait qu'elles sont rares ces bulles de savon !

Melissa 29/03/2008 12:26

Moi aussi je me plains de ne pas avoir accroché à ce film. Je suis déçue de ne pas avoir été touché. Mais peut être n'étais-je juste pas prête à voir ce film le jour où je l'ai vu... En tout cas, ta critique donne envie à quiconque de voir ce film et même, pour moi, le revoir, mais pas tout de suite, plus tard, le temps de prendre le recul nécessaire pour apprécier cette oeuvre. Après tout, j'étais resté hermetique à Lost in Translation lorsque je l'avais vu une première fois alors qu'à la deuxième vision, j'ai été totalement subjugué par la beauté de l'oeuvre. On en reparlera dans 6 mois pour voir...

Snifff 29/03/2008 02:12

J'apporte également mon enthousiasme quant à ce très beau film.

Nostalgic du cool 28/03/2008 21:50

Un très grand film, le meilleur d'Anderson pour moi, je ne sais pas trop quoi dire d'autres sinon que je suis entièrement d'accord avec toi, c'est un film qui nous enveloppe et nous berce durant tout son long et quand on se retrouve sur le quai on a qu'une envie c'est de courir après ce foutu train !

Anna 28/03/2008 21:02

En effet, je crois qu'on peut le dire comme ça... :-D

diane_selwyn 28/03/2008 20:55

Whaouuu ! Quel enthousiasme! Ce sera certainement ton number one cette année!! Indétronable, non? ;-)

  • : Goin' to the movies
  • Goin' to the movies
  • : Blog de critiques cinéma d'Anna M. «Le cinéma, c’est comme l’amour, quand c’est bien, c’est formidable, quand c’est pas bien, c’est pas mal quand même.» (George Cukor)
  • Contact

GOIN' TO THE MOVIES

Blog de critiques cinéma d'Anna M.

«Le cinéma, c’est comme l’amour, quand c’est bien, c’est formidable, quand c’est pas bien, c’est pas mal quand même.» (George Cukor)

Recherche