Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 octobre 2008 2 28 /10 /octobre /2008 02:54
1949
Réalisé par Joseph L. Mankiewicz
Avec Jeanne Crain, Linda Darnell, Ann Sothern
Film américain.
Genre : Comédie dramatique
Durée : 1h 43min.

Les Acacias


Trois amies, Deborah Bishop, Rita Phipps et Laura May Hollingsway, embarquent pour une croisière. Mais au moment de partir, elles reçoivent une lettre d'une relation commune, Addie Ross. Celle-ci les prévient qu'elle part avec le mari de l'une d'entre elles. Mais lequel ?

Le genre : desperate housewives

Dès les premiers instants, le sixième film de Joseph L. Mankiewicz se place sous les auspices de l'ironie et de la causticité : une voix off se fait entendre, celle d'Addie Ross, une amie commune des trois héroïnes, l'objet de toutes les envies. Elle commente leurs faits et gestes avec une insolence certaine. Un peu plus tard, les trois femmes reçoivent une lettre : Addie est partie avec l'un de leurs maris. Chacune d'elle s'interroge alors : est-ce le mien ? Et c'est l'occasion de trois longs flash backs analysant les rapports de ces trois couples. On ne verra jamais le visage d'Addie Ross. Elle est invisible, insaisissable, manipulatrice, toute-puissante, totalement libre. En fait, elle est le metteur en scène de cette histoire. Chaînes conjugales possède un aspect de roman photo, voir de soap opéra avant l'heure : intérêt majeur pour les personnages féminins, décors de banlieue aisée, chronique des tragédies du quotidien et même voix off d'un personnage absent... Mais c'est Desperate Housewives ! Chaînes conjugales est bien une peinture sociale satirique et parfois cruelle des quartiers bourgeois d'une petite ville américaine. Il y a dans ce film une forme de féminisme, avec l'idée forte qu'il est plus difficile pour une femme que pour un homme de trouver sa place dans la société actuelle ; et Mankiewicz fait preuve d'une très grande modernité dans les thématiques qu'il aborde : la place de l'argent dans le mariage, les rapports de classe parfois difficiles dans le couple, le travail des femmes... On trouve aussi, déjà, une attaque violente des médias et de la publicité imbéciles (par l'intermédiaire du personnage de Kirk Douglas, formidable). Le plaisir que prend Mankiewicz à observer à distance les comportements étranges de ses personnages est palpable. Aucun mépris, cependant, à leur égard. Les défauts de l'humain et, davantage, de la société sont décrits avec compassion et tendresse. Les trois portraits de couple sont passionnants, chacun d'eux poussant un peu plus loin l'intensité dramatique. Le premier (Jeanne Crain et Jeffrey Lynn) est le plus drôle, illustrant les difficultés d'adaptation d'une femme venue de la campagne à la société bourgeoise à laquelle appartient son mari. On y retrouve ces scènes d'humiliation en société qui sont une récurrence chez Mankiewicz. Dans le second, Kirk Douglas et Ann Sothern sont le couple le plus moderne : elle travaille pour la radio, il est un intellectuel très critique à l'égard de ces pratiques. Le troisième portrait (Linda Darnell et Paul Douglas) est d'une tristesse frappante : la femme cherche à s'élever dans la société par le mariage, et cet intéressement laissera un goût amer dans les futurs rapports de couple. Le suspense quant à la fuite d'Addie Ross est préservé jusqu'au bout. Le film s'achève sur une sorte de happy end empli d'une certaine amertume : rien ne change réellement, et les échappatoires dans cette société étriquée sont rares même si on en a croisé quelques uns durant le film : la musique, la littérature, l'humour et même, parfois, l'amour. Chaînes conjugales a reçu les Oscars du scénario et de la mise en scène.

Ann Sothern, Linda Darnell et Jeanne Crain. Collection AlloCiné / www.collectionchristophel.fr

Paul Douglas, Kirk Douglas et Linda Darnell. Collection AlloCiné / www.collectionchristophel.fr

À voir aussi sur le blog
Films de Joseph L. Mankiewicz : Eve


Partager cet article

Repost 0
Published by lucyinthesky4 - dans Classiques
commenter cet article

commentaires

whiplash solicitor 10/08/2011 03:50

This is such a great resource that you are providing and you give it away for free. I enjoy seeing websites that understand the value of providing a prime resource for free. I truly loved reading your post. Thanks!

Platinoch 28/10/2008 21:26

Un film génial et d'une grande modernité malgré son âge qui m'a fait réellement découvrir ce grand metteur en scène qu'était Manckiewicz. Pas grand chose à rajouter à ton excellente critique, si ce n'est d'insister sur l'intelligence et la finesse de ce scénario. Kirk Douglas est absolument génial, tout comme la belle Linda Darnell, parfaite en femme intéressée. Pour moi, ce film est un chef d'oeuvre!

  • : Goin' to the movies
  • Goin' to the movies
  • : Blog de critiques cinéma d'Anna M. «Le cinéma, c’est comme l’amour, quand c’est bien, c’est formidable, quand c’est pas bien, c’est pas mal quand même.» (George Cukor)
  • Contact

GOIN' TO THE MOVIES

Blog de critiques cinéma d'Anna M.

«Le cinéma, c’est comme l’amour, quand c’est bien, c’est formidable, quand c’est pas bien, c’est pas mal quand même.» (George Cukor)

Recherche