Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 août 2006 1 21 /08 /août /2006 18:40
Mini-dossier : Art & Cinéma

Hegel, dans son Esthétique, classe les arts selon une double échelle de matérialité décroissante et d'expressivité croissante. Il distingue ainsi six arts, dans cet ordre :

- Architecture
- Peinture
- Sculpture
- Musique
- Danse
- Poésie

On parle du cinéma comme du Septième Art (à noter que Jean Cocteau l'appeler la dixième muse, mais cela semble avoir eu moins de succès).

(Note perso : on dit habituellement que la télévision est le huitième, et la BD le neuvième art. On parle même du jeu vidéo comme du dixième et de la cuisine comme du onzième ! Quid alors du théâtre et de la photographie - qui entretiennent d'ailleurs des relations très fortes et évdientes avec le cinéma - ? C'est un mystère.)

Mais ce que l'on oublie souvent de dire, c'est que le cinéma, de par sa nature (art audio-visuel : mélange de mots, sons, couleurs, mouvements), entretient une relation particulière avec les autres arts : il peut les représenter, les incarner, les faire ressentir avec une force sans pareil. Il les transcende. Il est leur héritier, leur serviteur et leur continuateur. Si le cinéma des débuts fut souvent méprisé par les artistes, la réciproque n'est pas vrai puisque, très vite, on consacra nombres de films aux biographies de peintres, musiciens, poètes etc.
Petite étude, art par art :

Architecture :
Les décors font une grande partie de l'atmosphère d'un film. La disposition spatiale de l'univers matériel tient un rôle prépondérant au cinéma. Sans matière, pas de spirituel. Sans la plastique, le sens, la poésie d'un film ne serait pas transmissible.
Mais au cinéma, l'architecture est aussi à comprendre au sens métaphorique. En effet, la réalisation d'un film demande une mise en place précise, un assemblage pièce par pièce de tous les éléments qui permettent de lui donner son sens particulier. Le réalisateur est l'Architecte Suprême.
Xanadu, la superbe demeure de Citizen Kane.

Peinture :
Comme la peinture, le cinéma est avant tout un art d'images, un spectacle visuel. L'esthétique de l'image est primordiale. La qualité de la photographie influe grandement sur le plaisir que l'on éprouve à regarder un film. Mieux vaut le Tehcnicolor superbe du Magicien d'Oz que l'immondice visuelle que constitue Matrix Revolutions, non ? Les jeux de lumières, les costumes, les couleurs sont autant d'aspects, de petites touches qui méritent l'attention et prolongent le sens d'un film, le concrétise.
Sabine Azéma. Pyramide Distribution
Sabine Azéma, dans Peindre ou faire l'amour, des frères Larrieu.

Sculpture :
Elle est à lire de façon abstraite. Toute l'équipe d'un film doit être capable de sculpter, de modeler la matière pour en faire une œuvre de cinéma. Le profane devient sacré sous les doigts du cinéaste, qui crée son univers en partant de choses terre-à-terre. Comme le dirait Baudelaire, le cinéaste comme tout artiste doit prendre de la boue pour en faire de l'or.
Audrey Hepburn dans My Fair Lady, jeune fille "sculptée" par le Pygmalion Rex Harrison.

Musique :
C'est évident. Que serait un film sans sa musique ? Elle illustre, soutient, elle vit à part entière. Ce n'est pas pour rien que certains des plus grands réalisateurs choisissent des musiciens attitrés, qui savent retranscrire et soutenir la profondeur du propos et de l'émotion de leur œuvre (Bernard Hermann pour Hitchcock, Danny Elfmann pour Burton, par exemple). La musique de film devient de plus en plus un genre à part entière. Elle est capable presque à elle seule de donner des émotions. Certaines musiques sont assez merveilleuses pour rester en mémoire plus longtemps que le film lui-même.
Affiche d'Amadeus, de Milos Forman.

Danse :
Un nombre extraordinaire de films donnent la danse comme élément à part entière de la vie. Dans West Side Story, dans Chantons sous la pluie, dans Les demoiselles de Rochefort (pour citer les plus connus), on danse comme on parle ou comme on marche, comme un instinct. Et c'est merveilleux. Les comédies musicales MGM de la grande époque contiennent très souvent des ballets, au milieu ou au début du film qui l'illustrent ou le complètent, et ce sont souvent les meilleures parties du film, même privées de dialogues (le meilleur exemple est sans doute Un Américain à Paris ). Simplement de la musique et des corps qui bougent et s'entremêlent. La danse est aussi un état d'esprit pour le cinéma dans son ensemble, qui est art de mouvement, de déplacement. Le rythme et la façon de se mouvoir des acteurs, mais aussi des décors, des caméras sont essentiels.
West Side Story, de Robert Wise et Jerome Robbins.

Poésie :
De par l'alchimie de tous les arts précités, le Cinéma peut se révéler d'une beauté éblouissante, d'une vérité pure. Qui n'a pas ressenti une jubilation, un émerveillement total devant un film ? Parce qu'il lui disait la vérité. Le poète est celui qui, tel Orphée et sa lyre, donne vit à l'inerte, rend universel l'individuel, rend beau le commun ou le laid, met des mots sur l'indicible. Le cinéma (en tout cas le cinéma réussi) lui, met des images, des dialogues, des sons sur cet indicible-là.
Affiche du Testament d'Orphée, de Jean Cocteau.

Alors, convaincus ? Le cinéma, c'est de l'art ! Le cinéma, c'est l'art.



Partager cet article

Repost 0
Published by lucyinthesky4 - dans Divers
commenter cet article

commentaires

camille 14/06/2008 15:20

west side story est un de mes fils préféré et ma chanson fétiche c'est américa and i feel prety mais je touve vraiment cet article intéressant je les vu sur un grand écran et je vous assur que cété très impréssionant,toute c'est dance et même le début avec la prise de vu en hélicoptère et vraiment génial voila j'aimerais faire passé c'est info a tout le monde et partagé des moments de bonneur dans ce film merci beaucoup et a bientôt

Anna 12/03/2007 13:44

Réponse à CarcharothMerci pour tes nombreux commentaires très intéressants et qui font plaisir ! Pour le cinéma asiatique, j'avoue n'absolument pas m'y connaître, c'est une tare à laquelle je vais essayer de remédier !
A bientôt.
Anna

Carcharoth 11/03/2007 23:50

KurosawaJe n'ai plus la citation en tête, mais je me rappelle avoir lu une citation du grand Kurosawa, expliquant que dans le cinéma, tous les arts étaient utilisés, comme tu viens de le faire justement remarqué...
euh voila, sinon comme le disait un autre commentaire que j'ai pu lire, ou est passé le cinéma asiatique ?

Dorothy 21/08/2006 19:55

Un art...C'est vraiment un article interessant, car il donne un autre point de vue sur l'art du cinéma (car c'est bien un art avec un grand A!!!)
Même les deux arts suivants, le 8ème (la télévision) et le 9ème (la bande dessinée) ont été utilisé dans le cinéma (même si je n'ai pas tout de suite un exemple en tête).

  • : Goin' to the movies
  • Goin' to the movies
  • : Blog de critiques cinéma d'Anna M. «Le cinéma, c’est comme l’amour, quand c’est bien, c’est formidable, quand c’est pas bien, c’est pas mal quand même.» (George Cukor)
  • Contact

GOIN' TO THE MOVIES

Blog de critiques cinéma d'Anna M.

«Le cinéma, c’est comme l’amour, quand c’est bien, c’est formidable, quand c’est pas bien, c’est pas mal quand même.» (George Cukor)

Recherche