Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 octobre 2008 6 25 /10 /octobre /2008 12:24
Date de sortie : 12 Décembre 2007
Réalisé par Djamel Bensalah
Avec Vincent Valladon, Paolina Biguine, Jérémy Denisty
Film français.
Genre : Western, Comédie, Famille
Durée : 1h 40min



Dans les années 1880, aux confins de l'Ouest américain, la petite ville de Big City attend l'arrivée d'une caravane de nouveaux immigrants. Hélas, la caravane est attaquée en chemin par les Indiens, et tous les adultes de Big-City partent pour la défendre. Au matin, les enfants de Big City se réveillent orphelins, avec pour seule compagnie adulte un vieil alcoolique et le débile du village. A partir de ce jour, le débile devient shérif, le vieil alcoolique juge de paix, et Big City se dote d'un maire enfant, d'un barman enfant, d'une entraîneuse enfant, d'un épicier enfant, d'un menuisier/croque mort enfant... chaque enfant reprenant la place occupée par ses parents. Mais les enfants indiens ne vont pas tarder à montrer le bout de leur nez... Big embrouilles à Big City !

Le genre : stupide

Cette critique est spécialement dédicacée à mon colocataire M. qui a le don de se procurer des films que je n'aurais jamais sans lui eu l'idée de regarder. J'écris ceci uniquement pour lui faire plaisir ! On commence donc avec du lourd de chez lourd, Big city étant un des pires films que j'ai vu depuis un moment (cependant j'ai vu High school musical 3 depuis, ce qui tendrait à me faire relativiser). Déjà c'est mal parti quand l'on sait que participent à l'aventure quelques uns de représentants de la comédie française nullissime : Atmen Kelif, Julien Courbey et même une apparition de Lorant Deutsch... Et que Djamel Bensalah (Le raid, Il était une fois dans l'Oued, sic) est aux commandes. Bref. L'idée : au Far Ouest, les adultes ont déserté leur ville pour aller faire la guerre aux indiens. Ne reste donc que les enfants, un alcoolique (Eddy Mitchell) et un débile (Atmen Kelif, donc), qui vont devoir reprendre la ville en main. Et là, puisque les enfants ne sont que des perroquets stupides et que c'est beaucoup plus simple d'être bête comme papa-maman plutôt qu'intelligent autrement, chaque enfant reprend le métier de ses parents: le fils du maire est maire, le fils du banquier banquier, le fils du charcutier chinois charcutier chinois, et la fille de la prostituée fait payer 50 cents le bisou sur la joue... Vous voyez le genre. Au final, la leçon du film est donc que les enfants sont aussi cons que les adultes, qu'ils ne sont capables que de reproduire les caractères et les conduites de ces derniers. Big city prend donc légèrement les enfants, qui sont pourtant le public visé, pour des abrutis de première. En bref c'est malsain, souvent gênant, et de plus très vulgairement illustré. Car bien évidemment Djamel Bensalah maîtrise autant la grammaire du cinéma que les codes du western, c'est-à-dire pas, et utilise tout cela de manière consternante... Et ce ne sont pas les quelques messages d'une naïveté confondante (vive la tolérance, bouh le racisme etc.) qui rattrapent le tout, surtout que je ne sais même pas s'ils sont assez clairs pour passer auprès d'enfants jeunes. Les petits acteurs sont mignons mais certains sont légèrement agaçants, emportés malgré eux par l'hystérie débilisante du film. Finalement le seul intérêt de ce Big city c'est qu'on y entend deux ou trois chansons sympas, dont Bobby Vinton chantant Mr. Lonely. Et en effet on se sent vraiment lonely devant cette nullité d'une platitude consternante.

Vincent Valladon et Jérémy Denisty. Gaumont Distribution

Gaumont Distribution

Bonus audio :


Découvrez Bobby Vinton!


Partager cet article

Repost 0
Published by lucyinthesky4 - dans En bref
commenter cet article

commentaires

Vincent 25/04/2009 12:16

Et ben dis donc, ça a dû te prendre un temps fou pour reclasser toutes tes critiques. Rien que pour ça, je te laisse un commentaire de félicitations pour récompenser la sueur de ton travail Anna !

(j'ai choisi de mettre mon commentaire ici, histoire de rappeller que ton illustre plume a été capable de critiquer ce film, par d'ailleurs rangé entre Kubrick et Vermeer, brrr ça fait froid dans le dos de la culture, mouahahah)

Anne 31/12/2008 12:20

Mmmh... je suis plutôt de ton avis aussi. Ce film ne nous apprend pas grand chose et n'est donc d'aucune utilité. Dommage =/

PS : je vais essayer de publier ce commentaire qu'une seule fois =p

Ashtray-girl7 29/10/2008 14:15

Oh bah non... pas à ce point quand même? :-(

Anna 28/10/2008 21:50

J'ai mis 3/20 à Big city et 2/20 à HSM3, j'ai tendance à avoir une petite préférence pour le choléra, ça sonne plus exotique je trouve...
Le commentaire de Snifff tend à prouver que certaines personnes ont été assez dingues pour se rendre dans une salle de ciné voir cette daube... Le genre de trucs pour lesquels l'excuse "j'ai la carte UCG" n'est même pas valable. (c'est cool, ça décomplexe par rapport à notre mémorable séance HSM3...)

ton colloc 28/10/2008 21:42

Film "FUCK !"Merci d'avoir critiqué ce film. PArce que je n'ai pas de blog et que j'aurai voulu être très désagréable et que tu la "substitutonalisé" pour moi ^^

Et enfin HSM3, malgrès le vide abyssale me semble mieux que big city même si je le note moins (2/20 face à 8/20), je sais pas, tu vois mon coeur balance...la peste? le coléra?
La peste ça se soigne...non?

Snifff 28/10/2008 21:17

Ah Big City, quel film ! Je m'en souviendrais toute ma vie de cette projection. Nous étions trois dans une salle, à dix heures du matin pour assister à un film aussi nul que douteux (son déterminisme dérangeant).

  • : Goin' to the movies
  • Goin' to the movies
  • : Blog de critiques cinéma d'Anna M. «Le cinéma, c’est comme l’amour, quand c’est bien, c’est formidable, quand c’est pas bien, c’est pas mal quand même.» (George Cukor)
  • Contact

GOIN' TO THE MOVIES

Blog de critiques cinéma d'Anna M.

«Le cinéma, c’est comme l’amour, quand c’est bien, c’est formidable, quand c’est pas bien, c’est pas mal quand même.» (George Cukor)

Recherche