Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 mai 2007 4 24 /05 /mai /2007 15:27

Date de sortie : 01 Septembre 2004
Réalisé par Olivier Assayas
Avec Maggie Cheung, Nick Nolte, Béatrice Dalle
Film français, canadien, américain, britannique.
Genre : Drame
Durée : 1h 50min

ARP Sélection

Quand on n'a pas le choix, on change. Emily n'a qu'une obsession : récupérer son fils, que ses beaux-parents élèvent loin d'elle. Pour y parvenir, il faudra qu'elle reconstruise sa vie... qu'elle devienne clean.

Le genre : drame sobre

Sous la caméra amoureuse d'Olivier Assayas, Maggie Cheung crève l'écran (prix d'interprétation à Cannes en 2004) dans ce film terriblement humain sur le deuil, l'espoir, l'absence et le retour, l'amour, le temps qui a passé, la rédemption enfin. Le mari d'Emily, ancienne éfigie du rock indépendant, meurt d'une overdose et la laisse à son désespoir. Elle doit refaire sa vie, se débarrasser de la drogue, trouver de l'argent, pour pouvoir retrouver son fils. Clean raconte un parcours vers le retour à soi, qui ne se fait pas sans souffrance et sans sacrifice. Assayas filme avec un tact exceptionnel les péripéties, si futiles, si cruelles, si décisives que trouve Emily sur sa route. Elle rencontre des personnages qui, eux aussi, font ceux qu'ils peuvent pour s'accommoder avec le réel : il y a les opportunistes (Jeanne Balibar, formidable), les keep-cool (Béatrice Dalle, tout autant), ceux qui préfèrent ignorer le malheur des autres (le producteur Tricky dans son propre rôle !). Au milieu de tout ça, il y a l'amour maternel qui n'est pas vécu comme naturel par Emily mais qui sera reconquis par une prise de conscience de la nécessite de se retrouver d'abord soi-même. A ce titre, le personnage du beau-père (Nick Nolte, extrêmement juste) apparaît comme idyllique : toujours plein de tact, de bonne volonté, prévenant. On ne peut pas s'empêcher de se dire que, dans la vie, ça ne se serait peut-être pas passé comme ça. Mais c'est aussi ce qui fait la force de ce film : un optimisme latent, réconfortant. Les derniers seront les premiers, en quelque sorte. Et puis, l'amour de la musique. Maggie n'a pas tout laissé derrière elle pour récupérer son fils : sa passion, son talent, sa seule vraie drogue, en somme, c'était cela. La musique est son premier et son dernier amour. En cela, Clean n'est pas un film moralisateur. Il distille simplement, sans didactisme, dans ses moments de cruauté comme d'espoir, un formidable discours sur la beauté de l'humain, sur sa perfectibilité. Un film qui croit à ce point en la rédemption ne peut que rester dans les mémoires.

Maggie Cheung. ARP Sélection

Maggie Cheung. ARP Sélection



Partager cet article

Repost 0
Published by lucyinthesky4 - dans En bref
commenter cet article

commentaires

  • : Goin' to the movies
  • Goin' to the movies
  • : Blog de critiques cinéma d'Anna M. «Le cinéma, c’est comme l’amour, quand c’est bien, c’est formidable, quand c’est pas bien, c’est pas mal quand même.» (George Cukor)
  • Contact

GOIN' TO THE MOVIES

Blog de critiques cinéma d'Anna M.

«Le cinéma, c’est comme l’amour, quand c’est bien, c’est formidable, quand c’est pas bien, c’est pas mal quand même.» (George Cukor)

Recherche