Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 août 2006 4 24 /08 /août /2006 20:54
Voici une liste assez drôle de clichés en tout genre, de scènes qui reviennent à une fréquence hallucinante dans tous les films d'action américain (pas seulement ceux-là, d'ailleurs...).
Elle vient de l'excellent site du Front de Libération Télévisuelle.


A) Scènes qu'on a l'impression d'avoir vu des dizaines de fois:

1) La bombe que l’on coupe en bidouillant des petits fils, et qui ne s’arrête que deux ou trois secondes avant la fin du chrono.

2) La naissance difficile, dans un ascenseur ou un endroit auquel des médecins ne peuvent pas accéder, avec le héros de la série qui s’improvise sage-femme et accouche la mère en difficulté. Un classique incontournable !

3) Les plans séquences inutiles sur les décors (paradisiaques) ou des ralentis (inutiles à l’intrigue, mais essentiels pour impressionner le spectateur !).

4) Quand le méchant suprême demande à un de ses sous-fifres de tuer quelqu’un, il ne va pas dire "Tue-le", mais utiliser une métaphore comme : "Arrange-toi pour qu’on n’en entende plus parler", "Il faudrait qu’il ne recommence plus", "Il faudrait régler ce petit détail", "Il y a non loin une route dangereuse propice aux accidents"...

5) Pour les films d’horreurs : Un méchant rôde autour du groupe de personnages. A chaque fois que l’un d’entre eux quitte le groupe, il se fait trucider dans des conditions atroces.

B) Liste (non exhaustive) des détails tellement utilisés qu’on ne se rend même plus compte que ça n’arrive jamais dans la vie réelle.

1) Tous les lits ont des draps spéciaux qui s’arrêtent au niveau des aisselles de la femme mais seulement au niveau de la taille de l’homme allongé à ses côtés.

2) Dans une maison hantée, les femmes recherchent l’origine des bruits étranges en portant leurs plus beaux sous-vêtements.

3) Au moment de payer le taxi (ou chez un quelconque marchand) le personnage ne regarde jamais dans son portefeuille pour sortir un billet : il prend un billet au hasard et le tend. C’est toujours le prix exact.

4) Un homme se prendra les plus terribles coups sans broncher, mais sursautera quand une femme tentera de nettoyer ses blessures.

5) Toutes les bombes sont connectées à un chronomètre à gros affichage rouge, afin que vous puissiez savoir exactement quand il est temps de vous tirer.

6) Un homme visé par 20 hommes a plus de chance de s’en sortir que 20 hommes visés par un seul.

7) La Tour Eiffel est visible depuis toutes les fenêtres de Paris.

8) N’importe quelle personne se réveillant d’un cauchemar se tient droite comme un piquet et halète.

9) Les personnages finissent leur dialogue pile au moment où l’ascenseur est arrivé à l’étage désiré.

10) Après une bonne nuit de sommeil, les filles se lèvent, impeccablement maquillées.

11) Le méchant capture le gentil. Et là, avant de le tuer, il lui déballe tout son plan (ce qu’il a fait, ce qu’il va faire), ce qui va causer sa chute.

12) Quand des personnages écoutent un message laissé sur un répondeur ou sur une cassette audio, ils ré-embobinent et arrêtent toujours pile-poil sur la partie qui les intéresse.

13) Quand une jeune fille n’a pas le moral, il y a toujours un grand pot de glace dans le congélateur à manger à la petite cuillère. En prenant des poses sexy de préférence. Ces filles s’empiffrent d’ailleurs tout en restant minces.

BONUS : Ajouts par les visiteurs du blog (Merci à vous !)

- Scène vue et revue : le célébrissime "nooooooooon" hurlé par le héros (Thomas)

- Dans les énormes explosions il n'y a jamais une seule victime sauf bien sur les méchants ! (Thomas)

- Pendant la nuit, les projecteurs qui éclairent le lit conjugal (Thomas)

- Le brushing de toutes ses demoiselles reste impec', même après qu'elles se soient sauvées du 20ème étage d'un immeuble en flamme (Dorothy)

- Comme par hasard, le héros trouve toujours une place de parking (exactement de la bonne taille) en face de l'endroit où il doit se rendre (et en plus, il se gare drôlement vite) ! (Dorothy)


Amusant, non ? Et tellement vrai ! Si vous pensez à d'autres exemples, n'hésitez pas !


Partager cet article

Repost 0
Published by lucyinthesky4 - dans Divers
commenter cet article

commentaires

whiplash solicitor 09/08/2011 03:13

This blog has it all. I would surely bookmark this one for me to have your update every time I would surf the net.

Ashtray-girl7 30/04/2008 13:29

Oui, un peu.

DZ 29/04/2008 21:28

T'es jalouse :)

Ashtray-girl7 29/04/2008 14:57

Effectivement, ces petits clichés sont tellement utilisés qu'ils passent quasiment comme une lettre à la poste, maintenant! C'est passé dans les moeurs cinématographiques, quoi...
J'aime bien aussi quand les nanas aux yeux charbonneux de rimmel tombent dans l'eau, ressortant avec les cheveux superbement plaqués en arrière, le maquillage intact, les yeux qui piquent même pas...

Phénix-Eône 20/02/2007 15:46

LIENSJe me suis permis de te mettre dans mes liens ! ;)

Phénix-Eône 20/02/2007 15:35

La magie du cinémaJe voulais revenir aussi sur les plans séquences.
Quand tu parles des îles paradisiaques. Le but est simplement d'anoncer le décor et l'environnement dans lequel le héros va évoluer. De plus le plan séquence à de multiples variétés. Effet de profondeur de champ, effet linéaire ou encore effet de simultanéité.
Mais le plan séquence peut aussi, contrairement aux codes cinématographiques, utiliser des mouvements pour suivre l'action. On utilise souvent le steadycam. Ex : Magnolia.
Donc elle est souvent rare que l'on voit au cinéma des plans, des techniques ou des situations qui ne servent pas la dramaturgie ou qui enlisent le film dans des actions inutiles. Enfin, va falloir relativiser sur ce point ! ;) lol
Aussi le principe du cinéma et de s'évader. J'imagine mal dans une scène, une fille qui se réveille avec la tête à l'ouest, les cheveux en bataille et les plis de l'oreiller ! lol ! Visuellement et esthétiquement ce n'est pas jolie, je pense que tout le monde est d'accord sur ce point !

Phénix-Eône 20/02/2007 15:17

DEBATSCoucou à tous !
Evidement il est facil d'apercevoir toutes les invraissemblances que propose le cinéma. Mais au delà de ça, il est nécéssaire de faire appel à ce genre de stratagème pour correspondre à la dramaturgie et souvent à l'esthétisme, aux codes cinématographiques. Comment garder le spectateur dans le film, ex de la bombe, sans qu'ils ne sachent ou en est réellement le héros. De plus, le principe est aussi de filmer des moments de la vie de tous les jours sans pour autant rajouter les contre temps, quoique, ou les tracas de la vie quotidienne que nous subissons. Imaginez vous devant un film ou le héros cherche une place de parking pendant 20 minutes. C'est lassant, inutile pour le récit et franchement c'est pas ça qu'on vient voir au cinéma ! ;)
De plus, pour revenir sur les effets au cinéma. J'ai relevé le détail ou tu précises les ralentis qui ne servent à rien. Eh bien, justement, ils servent énormément le récit et son but n'est pas de garder la continuité scénaristique, mais d'accentuer un sentiment, souvent sombre et triste qui parle directement aux spectateurs. Le but de tous ces effets et de rendre le récit plus fort et de véhiculer des sentiments qui sans ça, passeraient vite à la trappe ! Bien entendu, tout se joue sur la mise en scène et la direction d'acteur.
Dans tous les cas, j'apprécie ton blog et tes articles qui permettent aussi de lancer des débats ! lol ! bonne continuation ! ;)

Dorothy 25/08/2006 16:35

Encore un...J'ai encore pensé à un exemple: comme par hasard, le héros trouve toujours une place de parking (exactement de la bonne taille) en face de l'endroit où il doit se rendre! (et en plus, il se gare drôlement vite: on ne voit ça qu'au cinéma...)

Dorothy 24/08/2006 23:43

Excellent...Très drôle! J'ai bien ri en lisant cet article (c'est tellement vrai).
On pourrait aussi rajouter que le brushing de toutes ses demoiselles reste impec', même après qu'elles se soient sauvées du 20ème étage d'un immeuble en flamme :-)

  • : Goin' to the movies
  • Goin' to the movies
  • : Blog de critiques cinéma d'Anna M. «Le cinéma, c’est comme l’amour, quand c’est bien, c’est formidable, quand c’est pas bien, c’est pas mal quand même.» (George Cukor)
  • Contact

GOIN' TO THE MOVIES

Blog de critiques cinéma d'Anna M.

«Le cinéma, c’est comme l’amour, quand c’est bien, c’est formidable, quand c’est pas bien, c’est pas mal quand même.» (George Cukor)

Recherche