Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 février 2008 1 18 /02 /février /2008 12:00
Date de sortie : 06 Février 2008
Réalisé par Matt Reeves
Avec Michael Stahl-David, Lizzy Caplan, Jessica Lucas
Film américain.
Genre : Science fiction
Durée : 1h 30min.



New York - Une quarantaine de ses amis et relations ont organisé chez Rob une fête en l'honneur de son départ pour le Japon. Parmi eux, Hub, vidéaste d'un soir, chargé d'immortaliser l'événement. La "party" bat son plein lorsqu'une violente secousse ébranle soudain l'immeuble. Les invités se précipitent dans la rue où une foule inquiète s'est rassemblée en quelques instants. Une ombre immense se profile dans le ciel, un grondement sourd se fait entendre... et la tête de la Statue de la Liberté s'effondre brutalement sur la chaussée. L'attaque du siècle vient de commencer. Au petit matin, Manhattan ne sera plus qu'un champ de ruines...

Le genre : chaos moderne

Gros buzz internet ces derniers mois, Cloverfield est un produit indéniablement surprenant, une expérience cinématographique des plus intéressantes. Je pense que l'intérêt du film sera considérablement moindre sur petite écran. Car l'idée principale de Cloverfield, et qui fait tout son sel, c'est la caméra subjective : l'action est filmée par l'un des personnages. Procédé déroutant déjà utilisé entre autres dans Le Projet Blair Witch, et qui procure un effet de réel efficace du début à la fin (et aucun problème de migraine ou de gerbe pour ma part). Heureusement cependant que le film est court car la redondance de l'action commence à se faire sentir vers la fin. On commence donc par suivre la vie pas très passionnante de gosses de riches new yorkais un peu niais, filmé par Hud, meilleur pote de Rob qui fête son départ au Japon. Et là, c'est le drame. La catastrophe. New York est dévastée par une bête immonde. Hud ne lâchera pas sa caméra pendant 1h30, d'où des invraisemblances assez considérables (le mec ne fait jamais tomber sa caméra et reste à deux mètres du merdier ambiant) mais dont on s'accommode facilement, même si elles semblent exhiber les limites mêmes du projet : on ne peut pas à la fois être entièrement réaliste et mener si précisément un scénario (le suspense, l'alternance du rythme sont parfaitement dosés). En tout cas le divertissement est d'une efficacité quasi sans faille. Cloverfield réinvente le film de monstre avec une certaine malice, d'abord parce qu'il l'ancre dans une réalité très moderne : la peur du terrorisme, d'abord, et l'ombre du 11 septembre, planent sur ces images glaçantes de chaos urbains. L'autre aspect moderne du film est son esthétique YouTube, sale, mal cadrée, qui témoigne de l'engouement d'une époque fascinée par le home made, considéré comme plus véridique et fiable. Une réelle intelligence du propos, donc, et un sens de l'émotion indéniable, comme en témoigne la jolie idée, presque mélancolique, d'entrecouper les images d'apocalypse de moments de vie d'avant la catastrophe. Il y a également quelque chose d'audacieux à se refuser à toute explication (nous ne saurons jamais d'où vient le monstre) pour se concentrer sur le tragique de la catastrophe en elle-même, totalement dépourvue de sens. Pour le reste, Cloverfield est assez scotchant et fascinant, mais finalement par si terrifiant que ça. Il est rare que l'on flippe vraiment, et cela reste pour moi le regret principal pour ce film de fin du monde qui était censé terroriser tout le monde. Reste cependant un plaisir non négligeable et un aspect novateur qui ne peut que séduire de la part d'un genre comme le blockbuster, un peu moribond ces derniers temps.






Partager cet article

Repost 0
Published by lucyinthesky4 - dans Nouveautés
commenter cet article

commentaires

Evan 19/02/2008 16:18

Plutôt d'accord. =)
Perso, c'est mon premier coup de cœur de l'année.

Snifff 18/02/2008 17:08

Moi je me suis pris une claque devant ce film. Mis à part les 20 premières minutes un peu longues et surtout peu intéressantes où l'on découvre ces jeunes new yorkais insipides, mis à part ce début, j'étais scotché à mon fauteuil, terrifié, fasciné par cette expérience cinématographique.

Nostalgic du cool 18/02/2008 14:07

J'ai bien aimé moi aussi ce sympathique blockbuster, je pense que le film ne voulait pas faire peur mais plutôt instaurer un véritable suspens du début à la fin. Moi je reprocherais quand même un scénario assez faible et pas très vraisemblable et surtout des personnages pas très représentatifs pour lesquels je n'ai pas ressenti grand chose ni compassion, ni tristesse tant ils sont lisses. C'est un peu dommage car comme tu l'as soulignée il y avait de bonnes idées.

  • : Goin' to the movies
  • Goin' to the movies
  • : Blog de critiques cinéma d'Anna M. «Le cinéma, c’est comme l’amour, quand c’est bien, c’est formidable, quand c’est pas bien, c’est pas mal quand même.» (George Cukor)
  • Contact

GOIN' TO THE MOVIES

Blog de critiques cinéma d'Anna M.

«Le cinéma, c’est comme l’amour, quand c’est bien, c’est formidable, quand c’est pas bien, c’est pas mal quand même.» (George Cukor)

Recherche