Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 mai 2006 1 01 /05 /mai /2006 21:40

Date de sortie : 14 Septembre 2005
Réalisé par Paul Haggis
Avec Sandra Bullock, Don Cheadle, Matt Dillon
Film américain.
Genre : Drame
Durée : 1h 47min.

Affiche teaser. Metropolitan FilmExport

Deux voleurs de voitures. Un serrurier mexicain. Deux inspecteurs de police qui sont aussi amants. Une femme au foyer et son mari, district attorney. Tous vivent à Los Angeles. Eux et beaucoup d'autres ne se connaissent pas, leurs vies n'auraient jamais dû se croiser. Pourtant, dans les prochaines 36 heures, leurs destins vont se rencontrer, révélant ce que chacun voulait cacher ou ne pas voir...

Le genre : fait pleurer dans les chaumières

Oscar 2005 du meilleur film, cette première oeuvre du talentueux scénariste Paul Haggis est une bonne analyse de la société américaine. Il s’agit d’un film choral (on suit les vies de plusieurs personnages à la fois, qui finissent par se croiser) dans lequel les concours de circonstances (parfois un peu trop tirés par les cheveux) mènent aux conflits. L'atmosphère met parfois mal à l'aise, ce qui est une bonne chose car cela amène le spectateur à une réflexion et une prise de conscience. Simple, certes, mais tragique : le racisme, omniprésent, est pour Haggis le fléau américain par excellence. Tout le monde en est plus ou moins victime, mais tout le monde y contribue également (en refusant de protester, de dénoncer). Est également dénoncée la libre circulation des armes. Un film engagé, donc, et dont l'engagement est dit à travers ces morceaux de vie assez tragiques, qui sont pour la plupart relativement bien sentis. Les personnages sont cependant souvent stéréotypés, certains restent assez peu fouillés. Peut-être le format du film choral n'est il pas l'idéal pour traiter ce genre de thème. Fort heureusement, on ne sombre pas dans le manichéisme et Haggis joue à tromper le spectateur (mode spoiler on - par exemple, le flic raciste devient héros pour un moment alors que le flic gentil tue un noir - mode spoiler off) même si, sur la fin, les rebondissements deviennent largement prévisibles et sentent légèrement la bien-pensance. Les performances des acteurs ne sont ni mauvaises ni remarquables, à l'exception de Don Cheadle qui, sobre, rend son personnage vraiment touchant et profond. En bref, Collision est un film très correct, assez bien maîtrisé malgré quelques clichés, sur un sujet qui, cela se sent, tient à coeur au réalisateur. La rugosité et la complexité du propos n’ont cependant pas été attaquées de plein fouet. On attend encore LE film sur le racisme.

Matt Dillon et Ryan Phillippe. Metropolitan FilmExport

Jennifer Esposito et Don Cheadle. Metropolitan FilmExport



Partager cet article

Repost 0
Published by lucyinthesky4 - dans En bref
commenter cet article

commentaires

whiplash solicitor 10/08/2011 04:06

Really impressed! Everything is very, very clear and open. You have shared a lot of valuable information.

Clémence 29/05/2006 14:49

J'ai bien aié ce film, où tout ne semble être qu'un tragique malentendu...même si comme tu l'as justement dit, les coincidences sont parfois un peu tirés par les cheveux...Et peut être aussi que l'histoire est un peu trop focalisé sur le racisme...Ce que je veux dire c'est que pas un seul des personnages n'y échappent...Je ne pense pas que la situation soit si catastrophique dans la réalité...

mymi92 18/05/2006 20:51

pas du ttmoi o contraire
je trouve que collision est le meilleure film, il ma bocou touché ce film, et c vrémen réaliste bref FILM MAGNIFIQUE...

barish 04/05/2006 09:22

le crash de brokeback mountainj'aurai aimé que l'oscar du meilleur film , soit plutot pour "brokeback mountain" snifff!!!!!

  • : Goin' to the movies
  • Goin' to the movies
  • : Blog de critiques cinéma d'Anna M. «Le cinéma, c’est comme l’amour, quand c’est bien, c’est formidable, quand c’est pas bien, c’est pas mal quand même.» (George Cukor)
  • Contact

GOIN' TO THE MOVIES

Blog de critiques cinéma d'Anna M.

«Le cinéma, c’est comme l’amour, quand c’est bien, c’est formidable, quand c’est pas bien, c’est pas mal quand même.» (George Cukor)

Recherche