Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 novembre 2006 6 11 /11 /novembre /2006 10:39
Date de sortie : 08 Novembre 2006
Réalisé par Brian De Palma
Avec Josh Hartnett, Scarlett Johansson, Hilary Swank, Aaron Eckhart
Film américain, allemand.
Genre : Policier, Thriller, Drame
Durée : 2h.

Affiche américaine. Millenium Films

Dans les années 40, à Los Angeles, Bucky et Lee, deux inspecteurs, s'attaquent à une affaire de meurtre particulièrement difficile. Une starlette, Elizabeth Short, a été découverte atrocement mutilée. Sa beauté et sa fin tragique deviennent les sujets de conversation de toute la ville. Certains sont prêts à tout pour en tirer bénéfice... ou cacher leurs secrets. Quels étaient les liens de la victime avec la puissante famille Linscott ? Que vivait-elle dans son intimité ? Et avec qui ? Au-delà des apparences, l'enquête commence...

Le genre : too much

Le nouveau De Palma est pour moi un cas difficile. Je ne peux pas dire que j'ai aimé, pas non plus que c'était nul... Le dahlia noir est d 'abord un polar plutôt bien ficelé, et De Palma parvient à nous plonger dans une ambiance années 40 très très noire avec brio. Tout est sombre, le mensonge et la perversité se cachent partout, même dans les familles de notables à première vue irréprochables... Visuellement, le film est très beau - on n'a aucun problème pour se plonger dans une intrigue à première vue un peu alambiquée. Les acteurs y sont pour beaucoup, du moins pour ce qui est de leur apparence (la profondeur des personnages laisse, elle, à désirer) : des deux flics, Josh Hartnett est le plus beau mec qu'on ait vu depuis longtemps, et Aaron Eckhart a la gueule parfaite pour son rôle. On retrouve aussi des femmes fatales comme au bon vieux temps : Scarlett Johansson, vamp au foyer, peut faire penser Kim Novak, et Hilary Swank, dans un rôle de femme fatale surprenant pour elle, évoque Rita Hayworth. C'est dire que les années 40 prennent vie ! Une collection de très beaux gens, donc, qui font de beaucoup moins belles choses... Alléchant. Mais le plaisir n'est pas complet. D'abord, Le dahlia noir souffre d'un problème de rythme notoire : on s'apesantit trop sur des scènes qui n'en valent pas la peine et, au contraire, on sabre des moments décisifs. D'où des longueurs ennuyeuses et une difficulté, parfois, à suivre le déroulement de l'intrigue. Comme si on avait pas assez mal à la tête après ça, le réalisateur multiplie les effets inutiles. Oui, on le sait, De Palma est un grand et il le prouve à travers certains plans, sublimes. Mais de manière générale, il donne l'impression de se regarder filmer : certaines scènes sont déchargées de leur émotion pour cause d'un trop plein d'effets vides de sens (ralentis, changement de caméra toutes les secondes)... C'est dommage. Le dahlia noir est très décevant, parce qu'on mesure en le regardant le chef-d'oeuvre qu'il aurait pu être.

Aaron Eckhart, Scarlett Johansson et Josh Hartnett. Metropolitan FilmExport

Hilary Swank et Josh Hartnett. Metropolitan FilmExport


Partager cet article

Repost 0
Published by lucyinthesky4 - dans Nouveautés
commenter cet article

commentaires

anna 20/11/2006 20:53

Je ne suis absolument pas d'accord ce film est pour moi une veritable reussite, l'hommage à Vertigo est d'une telle finesse et est tellement troublant qu'on ressort de ce film avec la reelle impression qu'Hitchcock n'est pas mort...
MERCI à Brian De Palma.

barish 13/11/2006 16:04

Une deception en effet. scarlett johansson m'a paru bien transparente comparé à ses roles dans "lost in translation" ou récemment "scoop".Par contre les décors sont somptueux!.

dommage

pL 12/11/2006 17:29

Je suis tout a fait d'accord avec toi: ce film aurait pu être un chef d'oeuvre. La reconstitution de l'époque est très réussie. Par contre, moi, j'ai trouvé l'interprétation décevante (Hilary Swank ou Aaron Eckhart ont été bien meilleurs).

  • : Goin' to the movies
  • Goin' to the movies
  • : Blog de critiques cinéma d'Anna M. «Le cinéma, c’est comme l’amour, quand c’est bien, c’est formidable, quand c’est pas bien, c’est pas mal quand même.» (George Cukor)
  • Contact

GOIN' TO THE MOVIES

Blog de critiques cinéma d'Anna M.

«Le cinéma, c’est comme l’amour, quand c’est bien, c’est formidable, quand c’est pas bien, c’est pas mal quand même.» (George Cukor)

Recherche