Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 février 2007 7 18 /02 /février /2007 22:52
Date de sortie : 14 Février 2007
Réalisé par Kevin Macdonald
Avec Forest Whitaker, Gillian Anderson, James McAvoy
Film britannique.
Genre : Drame, Biopic, Historique
Durée : 2h 5min.



Jeune médecin écossais tout juste diplômé, Nicholas Garrigan débarque en Ouganda en quête d'aventure et décidé à venir en aide à la population. Peu après son arrivée, il est appelé sur les lieux d'un accident : le nouveau leader du pays, Idi Amin Dada, a percuté une vache avec sa Maserati. La façon dont Garrigan maîtrise la situation, son calme et sa franchise surprennent Amin Dada. Fasciné par l'Histoire et la culture écossaise, il trouve le jeune homme sympathique et lui propose de devenir son médecin personnel. Séduit par le charisme du chef de l'Etat, le jeune médecin rejoint le cercle présidentiel au sein duquel il mène grand train. Bombardé confident du dictateur, piégé au cœur de la mégalomanie meurtrière d'Amin Dada, Garrigan, témoin d'enlèvements et d'assassinats, devient malgré lui peu à peu complice d'un des plus terrifiants régimes africains du XXème siècle.

Le genre : bien vu

Encore un biopic, mais original et qui réfléchit, celui-là. Un récit passionnant sur l'aveuglement individuel et collectif. Adapté d'un roman, Le dernier roi d'Écosse propose un retour sur la dictature de l'ougandais Idi Amin Dada, du point du vue du Dr Garrigan, littéralement tombé sous son charme. Le film offre tout d'abord un traitement remarquablement bien vu de cette figure de dictateur tyrannique, analysée avec soin et réalisme. Tout y est : la prise de pouvoir dans la violence sur des motifs populistes, le charisme et l'éloquence qui séduisent les foules, la paranoïa grandissante, le grand talent pour s'attirer le sympathie. Un personnage fascinant que cet Amin Dada, donc, qui plus est interprété par un exceptionnel Forest Whitaker, inspiré et possédé. L'oscar serait mérité. L'originalité du film est de traiter ce personnage d'un point de vue "ami" puisque que le héros du film est un médecin écossais, Nicholas Garrigan (James McAvoy, plutôt très bon), que le dictateur prend en amitié. Celui mettra un certain temps à réaliser les atrocité commises par le régime d'Amin. C'est comme cela que les dictatures autoritaires parviennent à durer, semble nous dire le film : naïfs, beaucoup sont séduits par une personnalité forte et ces sentiments aveugles occultent la raison et brouillent les sens : on ne voit plus rien des actions immorales qui se déroulent sous nos yeux ("il n'a pas le choix, c'est la seule solution pour ramener l'ordre" etc.). Et la prise de conscience est bien souvent trop tardive... Un film particulièrement intelligent et bien mené, qui ne souffre quasiment d'aucune longueur, et qui dégage une certaine violence : violence physique bien sûr (l'horrible torture finale) mais aussi morale car, forts de leur ambiguïté, les personnages semblent insaisissables et souvent difficiles à apprécier (sauf peut-être la femme d'Amin, sublime Kerry Washington). Le dernier roi d'Écosse est une œuvre maîtrisée et importante, intelligente et portée par d'excellentes prestations d'acteurs.

Forest Whitaker. Twentieth Century Fox France

Kerry Washington, Forest Whitaker et James McAvoy. Twentieth Century Fox France


Partager cet article

Repost 0
Published by lucyinthesky4 - dans Nouveautés
commenter cet article

commentaires

Doudou 1982 01/06/2007 20:49

Un grand Forest Whitaker qui merite amplement sa statuette de meilleur acteur. Il est plus que convaincant dans la peau du dictateur et pour avoir revue des archives du perso c est un portrait plus que parfait fait dans le film (seduisant, drole, parano, violent...)

  • : Goin' to the movies
  • Goin' to the movies
  • : Blog de critiques cinéma d'Anna M. «Le cinéma, c’est comme l’amour, quand c’est bien, c’est formidable, quand c’est pas bien, c’est pas mal quand même.» (George Cukor)
  • Contact

GOIN' TO THE MOVIES

Blog de critiques cinéma d'Anna M.

«Le cinéma, c’est comme l’amour, quand c’est bien, c’est formidable, quand c’est pas bien, c’est pas mal quand même.» (George Cukor)

Recherche