Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 janvier 2008 6 05 /01 /janvier /2008 23:00
Date de sortie : 27 Septembre 2006
Réalisé par David Frankel
Avec Meryl Streep, Anne Hathaway, Emily Blunt
Film américain.
Genre : Comédie
Durée : 1h 50min.

Twentieth Century Fox France

Fraîchement diplômée, Andrea débarque à New York et décroche le job de rêve. Mais en tant qu'assistante de la tyrannique rédactrice en chef d'un prestigieux magazine de mode, elle va vite découvrir ce que le mot "enfer" veut dire...

Le genre : chronique mi-figue, mi-raisin

Rarement un film qu’on m’avait vanté comme une petite comédie divertissante m’aura aussi peu fait rire. Pas parce que c’est nul, non, mais parce que c’est déprimant, vraiment. Car derrière ses airs innocents, Le diable s’habille en Prada, adaptation d’un roman à succès de la chick lit (littérature pour filles), jette un regard impitoyable sur le monde du travail. Essayez de le voir le même jour que It’s a free world, de Ken Loach, et vous verrez, la comparaison, certes stupide et exagérée mais fondée, est facile à établir. La jolie Andy (attendrissante Anne Hathaway) débarque dans un monde qu’elle ne connaît absolument pas, celui de la mode, et devient l’assistante de la terrible Miranda Priestly, dictatrice sur talons hauts qui met dans un état d’angoisse absolu tous ses employés et collaborateurs. Le show de Meryl Streep est réjouissant, elle a l’air de beaucoup s’amuser dans ce rôle de tyran aux attitudes probablement inspirées de celles de Glenn Glose dans la version film des 101 dalmatiens (si si, je vous jure !). Elle est tour à tour détestable, drôle, provocante, séduisante. Elle incarne ce milieu de la mode, superficiel et effrayant, qui dégoûte et attire à la fois notre petite héroïne. Cette dernière, malgré ses beaux discours, va se voir « obligée » de se livrer à des pratiques contestables pour garder son job. Humiliation, pression, dressage, mépris : même si la chronique du milieu de la mode est un peu attendue (les filles sont toutes un peu bêtes et superficielles), le message explicite du roman, très bien reconduit à l’écran, reste que dans cet univers du prestige où les places sont chères, le travail équivaut à une aliénation absolue. Et qu'il est bien souvent difficile de s'extirper de l'engrenage. Andy abandonne toute sa vie pour son travail, tentant de se convaincre qu’elle n’a « pas le choix ». Ici évidemment, la différence avec les pauvres gens exploités dans le monde entier, est qu’Andy, même si elle commence par se voiler la face, a le choix. Elle aura la chance, finalement, de pouvoir renoncer et repartir de zéro, de retrouver son petit ami et de faire le métier dont elle a toujours rêvé. Malgré ce happy end qui, sur le fil, tente de faire passer Le diable s’habille en Prada pour une banale comédie, le constat est amer. Le film se situe donc dans un entre-deux, entre bonne humeur et amertume, et a parfois du mal à tenir l’équilibre, ce qui donne des baisses de rythme et des gags un peu planplans. Cela reste cependant, malgré une BO branchouille un peu exaspérante, une comédie de qualité supérieure à la majorité de celles que les studios hollywoodiens réussissent à nous pondre chaque année.

Anne Hathaway. Twentieth Century Fox France

Meryl Streep et Anne Hathaway. Twentieth Century Fox France

À voir aussi sur le blog
Films avec Meryl Streep : The Last Show, Lions et agneaux, Sur la route de Madison
Films avec Anne Hathaway : Jane, Le secret de Brokeback Mountain


Partager cet article

Repost 0
Published by lucyinthesky4 - dans A contrario
commenter cet article

commentaires

whiplash solicitors 09/08/2011 05:28

I would like to thank you for the efforts you have made in writing this post. I am hoping the same best work from you in the future as well. In fact your creative writing abilities have inspired me to start my own blog now. Really blogging is spreading its wings rapidly. Your write up is a fine example of it.

Septième Art -Gérard Rocher- 11/01/2008 21:15

Tout d'abord je t'adresse mes voeux de bonheur et de santé pour toi et... ton blog. Ce film m'a vraiment séduit. Le milieu impitoyable de la mode est fort bien décrit et le rythme trépidant de cette réalisation captive du début à la fin. Très bon film! A bientôt, Gérard

MG 08/01/2008 22:21

Anna tu es trop forte ! Tu as compris toute lasymbolique de ce film au niveau des conditions de travail ! :D
Non puls sérieusement, un bon film plutôt d'accord avec toi.

  • : Goin' to the movies
  • Goin' to the movies
  • : Blog de critiques cinéma d'Anna M. «Le cinéma, c’est comme l’amour, quand c’est bien, c’est formidable, quand c’est pas bien, c’est pas mal quand même.» (George Cukor)
  • Contact

GOIN' TO THE MOVIES

Blog de critiques cinéma d'Anna M.

«Le cinéma, c’est comme l’amour, quand c’est bien, c’est formidable, quand c’est pas bien, c’est pas mal quand même.» (George Cukor)

Recherche