Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 avril 2010 4 29 /04 /avril /2010 00:45
Le Festival Némo, festival des arts numériques, s'est tenu 8 au 17 avril. Un DVD Expérience(s) #6 édité par le magazine Repérages (que j'ai pu me procurer par l'intermédiaire d'Extérieur Nuit, l'émission cinéma de Radio Campus Paris) permet de se faire une idée des films qui y étaient présentés et par conséquent des nouvelles innovations en matière de numérique et d'animation.
Quelques lignes de présentation par le magazine lui-même (je ne saurais dire mieux) : Comme chaque année, l'idée de ce "best of" du panorama international est de présenter un maximum d'approches techniques et esthétiques explorées par ces prototypes visuels (courts abstraits ou narratifs, films hybrides, clips, motion graphic design, performances live),qui font la part belle cette année aux animations 3D, d'une maturité esthétique et narrative exemplaire.
Voici mon avis sur ces quelques films, en parfaite novice que je suis dans le domaine.

La vedette de ce DVD-florilège est bien entendu Logorama, le film français (mais dialogué en anglais) qui a reçu l'Oscar du meilleur court-métrage d'animation. L'idée originale qui fait toute la valeur de Logorama est que son action se déroule dans un monde où tout - y compris les personnages - n'est que marque et logo (le bonhomme Michelin est le gentil, Ronald le méchant etc.). Le film exploite à merveille ce concept pour déployer une action de polar presque scorsesien, dans un monde urbain décadent et au bord de l'apocalypse. Évidemment, cela ne va pas beaucoup plus loin que le clin-d'oeil rigolo, mais Logorama s'avère un court-métrage extrêmement ludique où l'avalanche de logos crée un comique d'accumulation très efficace. Techniquement, le film est assez brillamment réalisé.

Autour de minuit

Le film suivant, Our wonderful nature est une amusante parodie de documentaire animalier où les rongeurs se battent comme dans Matrix et courent au ralenti vers leur femelle. Un court un peu potache, pas désagréable mais en rien novateur.

MRDRchain du tchèque Ondrej Svadlena est un film à la narration très réduite, extrêmement glauque, empli de symboles macabres (corps découpés, chair déchiquetée, ossements).  L'atmosphère est celle d'un cauchemar ou d'un bad trip. Certaines images rappellent un peu les animations de Gerald Scarfe pour The Wall. Travail intéressant sur le son.

Moins sordide mais tout aussi mystérieux est Masques, de Jérôme Boulbès. Dans une ambiance un peu western, il s'agit d'une scène de combat entre deux masque en bois (sic), qui introduisent un semblant d'humanité par le rappel du visage humain. Le tout laisse un peu perplexe.

Muzorama est un court-métrage collectif français d'une durée de trois minutes basé sur l'univers de l'illustrateur Muzo (Jean-Philippe Masson). Entièrement muet, il présente un monde poétique et absurde assez séduisant.

Dans Reufl, un court de fin d'études d'étudiants parisiens, de minuscules et étranges créatures dotées de pinceaux décident de redonner des couleurs à un Paris en noir et blanc. Bien coolos (la musique) et charmant comme tout.

Vient ensuite Symphony du coréen Erick Oh. Sur fond de l'allegro non mito de l'Été de Vivaldi (les mouvements du dessin en suivent le rythme changeant), c'est un court-métrage en noir et blanc où l'on observe le déplacement d'une "tache d'encre" (?) parasitée par d'autres, ce qui assure une narration pour le moins minimaliste. Beau et envoûtant.

Le plus abstrait des films présentés ici est certainement As one  de Makoto Yakubi - en gros, différents mouvements symétrico-recto-chiants de formes géométriques diverses. J'avoue un profond inintérêt pour ce genre de choses, qui évoquent plutôt le showreel d'un publicitaire versé dans le design qu'un véritable film d'art.

Divers de Paris Mavoidris est une sorte de clip où plusieurs nanas en maillots de bain exécutent des figures de natation synchronisée et de gym (qui évoquent un peu les chorégraphies de Busby Berkeley) en plein ciel avant de retourner à la mer. L'idée est poétique (cf le plongon du début, fort beau) mais ne tient pas vraiment sur trois minutes, surtout en regard de l'animation assez basique.

Le court-métrage suivant porte bien son nom : Printer Jam met en scène une imprimante dont les bruits caractéristiques et répétitifs créent un morceau techno. Amusant mais vite fatigant (le montage haché). Là encore, cela fait songer à du clip, voire à de la pub.

Artificial Paradise présente un monde de machines déshumanisées - on pense un peu à Matrix. La couleur n'apparaît qu'à deux tiers du film, à travers des paysages terrestres projetés sur un écran. J'avoue n'avoir pas très bien saisi... - excusez mes difficultés à parler de certains films, à l'abstraction très prononcée.

Pour fini, nous est également présenté le clip réalisé par le studio hollandais Onesize pour la chanson Anything you Synthesize de The American Dollar : un titre ambient pas bien passionnant illustré par des paysages défilant au cours des saisons... Bof.

Le mot de la fin
Dans l'ensemble, les films du Festvival Némo 2010 que ce DVD nous présente sont très peu narratifs (Logorama est finalement le seul à tenir une vraie intrigue - c'est certainement le plus "classique" de tous). Tous très courts (sauf Logorama, décidément l'exception), ils s'appuient sur l'étrange ou le fantastique, et sur un concept de départ fort qui peut généralement les résumer. Certains films parviennent, sur base de leur minimalisme voire de leur abstraction, à une certaine beauté (Symphony par exemple) mais d'autres ne surmontent pas cela et se prennent très au sérieux (seuls trois films font preuve d'un minimum d'humour). Difficile de voir ce que pourraient donner de tels expériences filmiques sur un format différent. La frontière entre clip, pub, art vidéo et cinéma se trouve fortement questionnée par l'assemblage de ces quelques films (mais peut-être est-ce dû à mon inculture dans le domaine). Un florilège cependant très intéressant des potentielles images de demain.

Le site internet de Repérages par ici.
Pour info, la quasi-intégralité de ces films est trouvable sur internet.

Partager cet article

Repost 0
Published by lucyinthesky4 - dans Tests DVD
commenter cet article

commentaires

whiplash claim 18/08/2011 00:45

The more abstract the films are presented here is certainly amazing. Very good indeed, it contains a very useful ideas that can really help.

whiplash solicitors 10/08/2011 05:14

The post is written in very a good manner and it contains much useful information for me. You have a very impressive writing style. Thanks for sharing.

  • : Goin' to the movies
  • Goin' to the movies
  • : Blog de critiques cinéma d'Anna M. «Le cinéma, c’est comme l’amour, quand c’est bien, c’est formidable, quand c’est pas bien, c’est pas mal quand même.» (George Cukor)
  • Contact

GOIN' TO THE MOVIES

Blog de critiques cinéma d'Anna M.

«Le cinéma, c’est comme l’amour, quand c’est bien, c’est formidable, quand c’est pas bien, c’est pas mal quand même.» (George Cukor)

Recherche