Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 mai 2010 1 10 /05 /mai /2010 18:09
 
Le cinéaste ethnologue de la Nouvelle Vague, Jean Rouch, est à l'honneur au Musée d'Aquitaine de Bordeaux, pour une exposition de photos prises lors de ses multiples voyages en Afrique.
Rouch, décédé dans un accident de voiture en 2004, était un amoureux de l'Afrique. En témoigne ses nombreux documentaires tels que Moi, un noir (prix Louis-Delluc 1959) qui laisse la parole à de jeunes gens des bidonvilles d'Abidjan. Suivant les préceptes du cinéma direct et associant son regard précis de scientifique à un vrai respect pour les individus qu'il filmait, Rouch a réalisé de nombreux films ethnographiques, consacrés notamment à la tribu des Dogons au Mali.
C'est à l'occasion de ces rencontres et de ces tournages que le cinéaste a réalisé pas moins de 20 000 clichés. Les photographies en noir et blanc présentées par le Musée d'Aquitaine datent de 1946 à 1951 : période où Rouch abandonne son métier d'ingénieur pour se consacrer parallèlement à l'ethnologie et au cinéma.

Les photos sont d'une grande beauté. On ne manque pas d'y repérer un travail sur le cadre hors du commun et un grain magnifique, qui prouvent si besoin en était que Rouch accordait autant de valeurs à la qualité artistique de ses films qu'à leur qualité scientifique. La plupart ont été prises au Niger, certaines au Mali ou au Ghana. Ce sont en majorité des portraits, toujours respectueux des sujets photographiés, qui font ressortir l'humanité des visages. En bon ethnologue, Rouch s'attarde également sur les gestes quotidiens : les enfants à la pêche, les hommes à la chasse au lion (son film de 1965 La chasse au lion à l'arc reste d'ailleurs le seul documentaire à avoir obtenu le Lion d'or à Venise), les femmes rapportant l'eau du puits ou dressant une case. Les photographies de Jean Rouch sont à l'image de ses films, et probablement de sa vie : pleines d'humanité, d'acuité, de respect, d'amitié, sans condescendance aucune, et avec ce désir de donner à voir la beauté de chacun et la stricte égalité des cultures entre elles.

Rouch était parvenu à nouer des liens d'amitié très forts avec les peuples d'Afrique qu'il a rencontrés. Aussi l'exposition ne manque-t-elle pas de souligner les hommages importants que ces derniers lui ont rendus après son décès. Une vidéo commentée par la veuve du cinéaste, Jocelyne Lamothe, montre les incroyables funérailles que la tribu des Dogons lui donna. Prolongeant l'esprit de Rouch (sur le fond - moins sur la forme, très télévisuelle), ce court film s'attarde  avec précision sur un rituel funéraire très particulier, son déroulement et son sens social et philosophique. Très instructif.



Cette courte exposition (deux salles) permet de découvrir une partie méconnue de l'œuvre monumentale de Jean Rouch et de faire un peu connaissance avec l'Afrique telle qu'il la regardait et telle qu'il l'aimait. Le titre des "carnets de mission" publiés par le cinéaste à la suite de son périple africain de 1946-1951 : Alors le Noir et le Blanc seront amis. Devant l'objectif de Jean Rouch en tout cas, ils le sont.

Exposition jusqu'au 16 mai.
Jean Rouch sur GTTM : Gare du Nord


Partager cet article

Repost 0
Published by lucyinthesky4 - dans Evénements
commenter cet article

commentaires

whiplash solicitors 08/08/2011 07:58

I am glad that the blogger wrote this interesting article for the readers. When I saw the pictures in the post, I can relate what the blogger wants to share. This site is very entertaining.

  • : Goin' to the movies
  • Goin' to the movies
  • : Blog de critiques cinéma d'Anna M. «Le cinéma, c’est comme l’amour, quand c’est bien, c’est formidable, quand c’est pas bien, c’est pas mal quand même.» (George Cukor)
  • Contact

GOIN' TO THE MOVIES

Blog de critiques cinéma d'Anna M.

«Le cinéma, c’est comme l’amour, quand c’est bien, c’est formidable, quand c’est pas bien, c’est pas mal quand même.» (George Cukor)

Recherche