Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 mai 2008 5 02 /05 /mai /2008 18:00
1967
Réalisé par Stanley Donen
Avec Peter Cook, Dudley Moore, Eleanor Bron
Film américain, britannique.
Genre : Comédie
Durée : 1h 44min.



Stanley, un petit cuisinier, est amoureux de Margaret, la serveuse du restaurant où il travaille. Mais découragé, il se prépare à tout laisser tomber lorsqu'il rencontre le diable. Pour conquérir sa bien-aimée, il accepte alors de lui vendre son âme pour sept voeux...

Le genre : Faust à la sauce british

Ne vous fiez pas à ce titre français digne d'un minable film érotique de M6, Fantasmes est une comédie grinçante et pleine d'ironie, un film à sketch savoureux : sept séquence se succèdent au gré des souhaits pas toujours très réfléchis de Stanley, petit cuisinier un peu paumé, qui rencontre le diable alors qu'il est sur le point de se suicider. Chaque séquence illustre l'un des sept péchés capitaux (dans le rôle de la luxure : Raquel Welsh !). Variation hilarante sur le mythe faustien, voici un film véritablement surprenant dans l'oeuvre de Stanley Donen, grand cinéaste plus habitué aux comédies musicales (Drôle de frimousse avec Audrey Hepburn) ou de genre (Charade avec Audrey Hepburn) typiquement américaines qu'à cette sorte de délire caractérisé. Evoquant plutôt une fantaisie à la Richard Lester, Fantasmes est plein d'un humour british proche du nonsense. D'ailleurs, ce qui renforce le parallèle, Donen est allé jusqu'à choisir, dans le rôle de la femme convoitée par ce grand cabotin de Dudley Moore, la jeune Eleanor Bron, révélé deux ans plus tôt dans le délire beatlesien de Lester, Help ! S'adaptant à merveille à un esprit qui n'est a priori pas le sien, Donen s'inscrit totalement dans l'époque : farfelu, donnant volontiers dans l'absurde, onirique parfois, irrévérencieux, politiquement incorrect (Dieu, la religion et l’establishment en général en prennent pour leur grade), le film sent bon les sixties. Cette comédie satirique qui n'hésite pas à porter un regard féroce sur des personnages proches du ridicule repose avant tout sur l'énergie comique communicative de ses délicieux acteurs au charme flegmatique caractéristique de leur pays : Peter Cook (le diable) et Dudley Moore (Stanley), qui avant Fantasmes formaient un duo qui sévissait déjà sur le petit écran. Mis en scène avec l'élégance qu'on lui connaît, Fantasmes n'est certes pas le film le plus maîtrisé de Donen, mais il est en tout cas l'un des plus charmants et des plus originaux de sa prolifique carrière. Il fera l'objet en 2000 d'un remake par Harold Ramis (Endiablé en français), assez réussi même si son aspect mordant et caustique se verra fortement diminué.



À voir aussi sur le blog
Films de Stanley Donen : Beau fixe sur New York, Chantons sous la pluie, Charade, Drôle de frimousse, Mariage royal


Partager cet article

Repost 0
Published by lucyinthesky4 - dans Derrière les fagots
commenter cet article

commentaires

whiplash solicitors 09/08/2011 07:49

I am pretty much amazed of the article content. I learned a lot from the interesting topics that are being discussed. It's my pleasure to visit and learned things and facts of this page. I will be visiting this site more often for I am very intrigue with the topic that indeed catches my interest.

Anna 02/05/2008 19:16

Si si lis bien je l'ai écrit^^ : "Endiablé" (2000) de Harold Ramis avec Brendan Fraser.

colton125 02/05/2008 18:28

Il n'y pas eu un remake de ce film, ou une histoir qui en est assait proche?

  • : Goin' to the movies
  • Goin' to the movies
  • : Blog de critiques cinéma d'Anna M. «Le cinéma, c’est comme l’amour, quand c’est bien, c’est formidable, quand c’est pas bien, c’est pas mal quand même.» (George Cukor)
  • Contact

GOIN' TO THE MOVIES

Blog de critiques cinéma d'Anna M.

«Le cinéma, c’est comme l’amour, quand c’est bien, c’est formidable, quand c’est pas bien, c’est pas mal quand même.» (George Cukor)

Recherche