Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 juin 2008 6 14 /06 /juin /2008 22:00
Date de sortie : 23 Décembre 1998
Réalisé par Thomas Vinterberg
Avec Henning Moritzen, Ulrich Thomsen, Thomas Bo Larsen
Film suédois, danois.
Genre : Comédie dramatique
Durée : 1h 45min.

Les Films du Losange

Tout le monde a été invité pour les soixante ans du chef de famille. La famille, les amis se retrouvent dans le manoir d'Helge Klingenfelt. Christian, le fils aîné de Helge, est chargé par son père de dire quelques mots au cours du dîner, sur sa soeur jumelle, Linda, morte un an plus tôt. Tandis qu'au sous-sol tout se prépare avec pour chef d'orchestre Kim, le chef cuisinier, ami d'enfance de Christian, le maître de cérémonie convie les invités à passer à table. Personne ne se doute de rien, quand Christian se lève pour faire son discours et révéler de terribles secrets.

Le genre : marquant

Premier film à se plier à la lettre au « vœu de chasteté » formulé par Lars Von Trier et Thomas Vinterberg dans le manifeste du Dogme 95, Festen est une œuvre âpre et d’une intensité rare. Ce repas familial durant lequel tout va basculer, Vinterberg le filme comme une vidéo amateur, typique justement des réunions de famille : l’image est incertaine et tremblante, les instant de vie qu’elle saisit sont dispersés et partiels. Caméra à l’épaule, économie absolue des moyens, dénuement de l’image et du son, linéarité à tout prix : les contraintes du Dogme ont souvent ceci d’exaspérant qu’elles relèvent finalement autant de l’esbroufe que les artifices « hollywoodiens » de mise en scène qu’elles sont censées dénoncer. Rien de cela ici. Car la forme du film reste modeste et, dans sa sécheresse et son urgence, s'accorde extrêmement bien au fond cruel et dérangeant. Le terrible règlement de compte familial auquel on assiste n’a rien d’un déballage complaisant ou malsain, il nous plonge au contraire au cœur de criantes vérités sur les comportements humains en groupe : l’intolérance à tout ce qui viendrait déranger l’ordre familial ou social (la vérité même est rejetée lorsqu’elle va à son encontre), le déni total jusqu’à ce que les faits deviennent incontestables (c'est d'abord la victime qui est lynchée), la violence physique comme verbale que ne manque pas de déclencher l’ouverture de plaies qu’on aurait aimé garder enfouies. Sans jamais être psychologisant, Festen exhibe cependant avec brio la réalité de personnages torturés et maltraités par la vie, que l’on saisit d’autant mieux qu’il ne s’agit pas de les expliquer, de les épuiser mais de les regarder dans leur singularité (« l’instant est plus important que la totalité », dit le manifeste du Dogme). Le regard porté sur eux, justement, est pessimiste mais pas foncièrement misanthrope : il existe des personnages positifs qui portent en eux le désir de vérité et de justice… et les révélations faites par le fils aîné finissent, tant bien que mal, par être acceptées par le groupe. Pour un moment seulement ? Les blessures ne sont pas pour autant réparées, elles ne le seront jamais, mais dire, c’est déjà se libérer. Loin d’une psychologie de comptoir, Festen fait preuve au contraire d'un réalisme impressionnant et subtil au sujet de l’inconscient et de ses liens avec l’enfance, la famille, le langage. Pour toute cette subtilité et cette profondeur, il faut aussi être reconnaissant aux comédiens, tous absolument formidables, que la légèreté du dispositif « dogmique » a certainement aidé à vivre de façon plus intense encore ce huis clos déchirant et bouleversant. Un drame familial absolument brillant, glaçant et indispensable.

Thomas Bo Larsen. Les Films du Losange

Ulrich Thomsen. Les Films du Losange


Partager cet article

Repost 0
Published by lucyinthesky4 - dans En bref
commenter cet article

commentaires

Jérémy 09/08/2008 23:54

J'adore ce film aussi, assez choquant mais incroyablement intense. La scène du toast est stupéfiante et tellement réaliste... ça donne la chair de poule.

Mélissa 19/06/2008 11:29

J'ai été vraiment époustouflé la première fois que j'ai vu ce film. C'est une vraie claque. As tu vu Les idiots, de Lars Von Trier qui est le deuxième film issu de Dogme 95 ? Il est lui aussi ultra dérangeant et je te le conseille vivement.

diane_selwyn 16/06/2008 20:30

Un film vraiment dérangeant, poussif et extrême qui ne peut laisser indifférent. C'est une véritable et désagréable expérience.

Nostalgic du cool 15/06/2008 16:11

Une claque incroyable c'est vrai que rarement les méthodes du Dogme auront été appliqué avec autant d'efficacité. Ici ce n'est nullement prétentieux mais incroyablement à propos plongeant le spectateur au cœur de ce repas de famille.
La réflexion sur le poids de la famille et des conventions sociales est incroyable et je ne me suis toujours pas remis de la scène ou le fils porte un toast, la ou le film bascule. En tout cas quand on a vu Festen je crois qu'on ne peut que relativiser devant les fastidieux et interminables repas de famille que l'on peut subir mais qui en comparaison sont de doux et merveilleux moments.

  • : Goin' to the movies
  • Goin' to the movies
  • : Blog de critiques cinéma d'Anna M. «Le cinéma, c’est comme l’amour, quand c’est bien, c’est formidable, quand c’est pas bien, c’est pas mal quand même.» (George Cukor)
  • Contact

GOIN' TO THE MOVIES

Blog de critiques cinéma d'Anna M.

«Le cinéma, c’est comme l’amour, quand c’est bien, c’est formidable, quand c’est pas bien, c’est pas mal quand même.» (George Cukor)

Recherche