Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 janvier 2011 1 31 /01 /janvier /2011 18:13

Depuis le 28 janvier et jusqu'au 7 février, se déroule à Annonay en Rhône-Alpes le 28ème Festival International du Premier Film.
Pourquoi est-ce que j'en parle ici ? Tout simplement parce que j'ai l'immense bhonneur (mélange astucieux entre bonheur et honneur que je viens d'inventer) d'avoir été sélectionnée comme MEMBRE DU JURY.
J'y serai donc présente de jeudi prochain le 3 jusqu'au lundi 7 afin de voir les huit films de la compétition en compagnie de sept autres jurés venus de toute la France, le tout sous la houlette du président du jury Nicolas Saada, ancien critique de cinéma et auteur en 2009 de l'excellent film Espion(s).

Les longs-métrages en compétition
- Beyond (Pernilla August, Suède) 
- Beyond the steppes (Vanja d'Alcantara, Belgique / Pologne)
- Contracorriente (Javier Fuentes-Léon, Pérou)
- La petite chambre (Stéphanie Chuat & Véronique Reymond, Suisse / Luxembourg)
- Oxygène / Adem (Hans Van Nuffel, Belgique / Pays-Bas)
- Si je veux siffler je siffle / If I want to whisle I whisle (Florin Serban, Roumanie)
- When we leave / Die Fremde (Feo Aladag, Allemagne)
- 80 jours / 80 egunean (Jon Garano & José Mari Goenaga, Espagne)


Le festival présente également une sélection de premiers films récents hors compétition : le très beau Un poison violent de Katell Quillévéré, le très drôle We are four lions de Chris Morris, l'intéressant Simon Werner a disparu de Fabrice Gobert, entre autres.
Également au programme, un panorama du cinéma belge contemporain, une sélection sur le thème Artistes à l'écran, et beaucoup d'autres films !

Je ne sais pas dans quelle mesure j'aurai la possibilité de commenter le festival ici même (certainement peu de temps pour bloguer, et un « secret professionnel » de jurée à respecter) mais un compte-rendu  et les critiques de plusieurs films vus suivront (plus ou moins) rapidement.
Vous pouvez également suivre, si mes réflexions et mes expériences vous intéressent, mon compte twitter que j'alimenterai le plus possible.

Pour visiter le site du festival, c'est ici.


Partager cet article

Repost 0
Published by lucyinthesky4 - dans Evénements
commenter cet article

commentaires

Anna 07/02/2011 10:25

Annonay c'était génial, forcément! 4 des jours les plus intenses de mon existence. Le membre du jury était passionnants et passionnés, l'équipe du festival super sympa et les films tous intéressants, provoquant de houleux débats!
Sinon, pour être membre, je n'ai rien fait d'exceptionnel : c'est un jury "populaire" de cinéphiles, il suffit d'envoyer une belle lettre de motivation pour être sélectionné. Tentez votre chance les prochaines fois, franchement ça vaut le coup!
On a donné le grand prix à un film roumain hallucinant qui s'appelle "Si je veux siffler, je siffle". C'est moi qui l'ai annoncé, quelles responsabilité ! Personnellement, j'ai également adoré "Oxygène", film flamand qui aurait pu être tire-larme (les héros sont des jeunes atteints de mucoviscidose) mais qui est plein d'énergie et d'intelligence.
Je vais mettre longtemps à me remettre de cette expérience, je crois. Le retour à la réalité va être rude.^^

mymp 06/02/2011 14:27

Alors madame la membrane du Jury, c'était comment Annonay, à part la connexion Internet pas glop ? Mais comment as-tu fait pour te retrouver dans le jury de là-bas au loin ? Tu as vu des films intéressants ?
Et j'irais plus loin que Chris : à quand la présentation sur scène des Césars ?

Chris 31/01/2011 23:02

Wouah ! Je suis impressionné, dire que je communique régulièrement avec un membre de jury d'un festival. Et après : Cannes ?

  • : Goin' to the movies
  • Goin' to the movies
  • : Blog de critiques cinéma d'Anna M. «Le cinéma, c’est comme l’amour, quand c’est bien, c’est formidable, quand c’est pas bien, c’est pas mal quand même.» (George Cukor)
  • Contact

GOIN' TO THE MOVIES

Blog de critiques cinéma d'Anna M.

«Le cinéma, c’est comme l’amour, quand c’est bien, c’est formidable, quand c’est pas bien, c’est pas mal quand même.» (George Cukor)

Recherche