Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 juillet 2007 5 06 /07 /juillet /2007 11:24
1974
Réalisé par Ingmar Bergman
Film suédois.
Genre : Musical
Durée : 2h 15min.
D'après l'opéra de Mozart.



Sarastro a enlevé Pamina, la fille de la Reine de la Nuit. Tamino, prince téméraire épris de la princesse, part à sa recherche. Pour le protéger, la Reine de la Nuit lui remet deux talismans : un carillon magique et une flûte enchantee...

Le genre : fête pour les yeux

L'un des grandes réussites du « film-opéra ». Pour adapter la célébrissime Flûte enchantée de Mozart, Ingmar Bergman prend ici un parti des plus originaux : mettre en scène non l’intrigue de la pièce mais bien la représentation de cette intrigue. Avant tout homme de théâtre (de son propre aveu), Bergman ne cherche pas à adapter l’opéra au cinéma mais bien à le filmer dans son milieu naturel, c’est-à-dire sur les planches d’un théâtre (ici, une petit scène de théâtre suédois du XVIIIème siècle, celui de Drottningholm, reconstitué en studio). Ainsi peut-on voir intervenir au milieu de l’action des éléments tout droit venu de la réalité matérielle du théâtre : l’agitation dans les coulisses, un véritable entracte, et des plans réguliers sur le public, parmi lequel une petite fille dont le visage passe par toutes les émotions au fur et à mesure que la pièce avance. Les choix artistiques du cinéaste en ce qui concerne l’opéra en lui-même sont surprenants mais souvent excellents. Bergman a favorisé la jeunesse et la justesse des interprètes plutôt que leur virtuosité, la distribution musicale n’a donc pas la magnificence de certaines des plus grandes orchestrations de l’œuvre de Mozart mais son naturel et sa proximité avec le spectateur sont bluffants. Le choix du suédois – et non de l’allemand, langue originale de l’œuvre – peut s’avérer déroutant (la musicalité des deux langues n’est pas la même), mais l’on s’y habitue. La mise en scène est quant à elle une merveille de poésie, décors et costumes y constitue un émerveillement permanent pour les petits yeux du spectateur. Le réalisateur parvient à s’approprier l’opéra de Mozart. Les conflits familiaux (thème cher à Bergman) deviennent le cœur du film, qui ménage aussi des moments d’humour pur avec l’espiègle personnage de Papageno. Eblouissant et enchanteur.





A lire aussi sur le blog
Films d'Ingmar Bergman : Le septième sceau


Partager cet article

Repost 0
Published by lucyinthesky4 - dans Classiques
commenter cet article

commentaires

septième art Gérard Rocher 09/10/2007 17:08

Merveilleux!Ce film est bien plus qu'un opéra filmé tant la réalisation est précise et originale. Louverture avec le visage et les expressions des spectateurs est fort bien trouvée. Bien que l'on connaisse , la musique et les personnages fantasques de 'intrigue, on reste subjugué devant une telle réalisation. A bientôt, Gérard

Fritzlangueur 17/07/2007 19:50

Deux films sont venus à me faire aimer l'Opéra : "La flûte enchantée" de Bergman et "Bastien Bastienne" de Michel Andrieu que j'ai vu en 1979. Depuis, je suis un inconditionnel, enfin si l'on peut l'être à Lille (?)...
Le film de Bergman est prodigieux car il est un des seuls à avoir compris ce qu'était une adaptation de ce genre d'oeuvre au cinéma. Il faut y ajouter une sensibilité, une personnalité qui vient transcender l'oeuvre originale. Excepté le "Don Giovanni" de Losey aucune autre oeuvre n'arrive à ce niveau de perfection.

  • : Goin' to the movies
  • Goin' to the movies
  • : Blog de critiques cinéma d'Anna M. «Le cinéma, c’est comme l’amour, quand c’est bien, c’est formidable, quand c’est pas bien, c’est pas mal quand même.» (George Cukor)
  • Contact

GOIN' TO THE MOVIES

Blog de critiques cinéma d'Anna M.

«Le cinéma, c’est comme l’amour, quand c’est bien, c’est formidable, quand c’est pas bien, c’est pas mal quand même.» (George Cukor)

Recherche