Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 janvier 2008 4 03 /01 /janvier /2008 13:15
Date de sortie : 26 Décembre 2007
Réalisé par Ben Affleck
Avec Amy Ryan, Casey Affleck, Michelle Monaghan
Film américain. Genre : Policier, Drame
Durée : 1h 55min.

Buena Vista International

Dans une banlieue ouvrière de Boston, la petite Amanda a disparu. Après l'échec des recherches menées par la police, la tante et l'oncle de l'enfant décident de faire appel à des détectives privés du coin, Patrick Kenzie et Angie Gennaro. Patrick et Angie connaissent bien le quartier, au point de savoir que Hélène, la mère d'Amanda, est une droguée. Plus ils enquêtent, plus ils
découvrent l'envers de la ville dans ce qu'il a de plus sombre. Ils s'enfoncent au-delà des mensonges et des faux-semblants, vers les secrets les plus noirs de la ville, là où règnent les dealers, les criminels et les pédophiles. Cela ne les aide pourtant pas dans leur enquête et Amanda reste introuvable. Face à la pression médiatique, Remy Bressant, un enquêteur qui ne lâche jamais, et le capitaine de police Jack Doyle vont aussi s'attaquer à l'enquête. La vérité finira par surgir, mais elle aura un prix. Chaque ville a ses secrets, chaque humain sa conscience...

Le genre : polar gris foncé

Pour son passage derrière la caméra, le bellâtre d'Hollywood Ben Affleck s'attaque à un scénario adapté d'une nouvelle de Denis Lehane (déjà auteur de Mystic river, qui avait donné un film remarquable de Clint Eastwood) et en fait un polar maîtrisé et intelligent. Affleck se rêve certainement en Eastwood : son film, mis en scène de façon très classique, manque peut-être encore de personnalité et de rugosité pour cela, mais il reste remarquable. L’intrigue complexe est menée sur un rythme trépidant, qui ne laisse pas le temps au spectateur de s’ennuyer ne serait-ce qu’une seconde. Les ralentissements, puis les accélérations du scénario sont parfaitement dosées (des révélations et des retournements surprenants), en cadence avec le cheminement intérieur de personnages en proie au doute, à la culpabilité etc. Le couple d’enquêteurs, goutte de pureté et de sincérité dans un océan de perversité et de mensonge, acquiert tout de suite la sympathie du spectateur. Casey Affleck, le frère du cinéaste, confirme après L’assassinat de Jesse James qu’il est la véritable révélation masculine de l’année. Son interprétation puissante et subtile du personnage central, doublée d’une fragilité juvénile, est le moteur du film. On regrette simplement, à ses côtés, le rôle quelque peu sacrifié de la charmante Michelle Monaghan, réduite à la portion congrue. Le reste du casting est dans le ton : Morgan Freeman, Ed Harris, et la nouvelle venue Amy Ryan, déjà récompensée à plusieurs reprises pour son rôle de mère toxico. Gone baby gone offre aussi un panorama urbain étonnant et inquiétant : Affleck filme avec talent les bas-fonds de Boston, cette ville dans laquelle il a grandi. Le film se couvre alors d’une noirceur bienvenue, quand il sonde l’âme de personnages torturés et complexes. Ainsi de cette scène saisissante où un policier sans scrupules, en se confiant plus que de raison, va révéler ce qui permettra finalement de résoudre l’enquête. Étrangement d’actualité (l’affaire Maddie en Angleterre, mais aussi l’Arche de Zoé), Gone baby gone ne recule jamais devant les questions morales extrêmement complexes que soulève son intrigue : que représente la famille ? que choisir, entre la justice et l’amour ? entre la famille de sang et une famille de substitution ? peut-on faire le bien des gens malgré eux ? enfreindre la loi peut-il parfois être justifié ? A ces questions, le film ne répond pas, laissant les personnages à leurs choix respectifs, choix nécessairement déchirants. C’est dans cette perspective morale, qui doit être celle de tout grand polar, que Gone baby gone prend tout son sens et sa puissance. On attendrait presque le prochain Affleck comme on attend le prochain Eastwood.

Casey Affleck et Ed Harris. Buena Vista International

Michelle Monaghan et Casey Affleck. Buena Vista International

À voir aussi sur le blog
Films avec Casey Affleck : L'assassinat de Jesse James par le lâche Robert Ford, Last kiss


Partager cet article

Repost 0
Published by lucyinthesky4 - dans Nouveautés
commenter cet article

commentaires

whiplash solicitors 08/08/2011 07:33

I differ with a lot of people here; I discovered this blog post I couldn’t quit until I finished, although it wasn’t just what I had been looking for, was still a nice read though. I will instantly get your blog feed to stay in touch of any updates.

mat 15/02/2008 19:40

Quand j'ai vu ce film je ne m'attendais à rien de spécial mais j'ai été heureusement surpris parl'ambiance et la qualité des acteurs. La réalisation m'a rappelé un peu celle de Mistic River avec une ambiance prope à un quartier avec ces propres codes et secrets. Pour un premier film de Ben Affleck c'est plutot prometteur et je le préfére derriére la camére que devant.

diane_selwyn 04/01/2008 19:16

J'ai pas été convaincue par le film...Trop fade et misérabiliste...

dasola 04/01/2008 19:15

Histoire dérangeantemalgré tout. J'ai beaucoup aimé la première partie du film mais j'ai éprouvé de la gêne dans la seconde partie. Je n'ai même pas compris l'attitude de Bressant (Ed Harris) dans le bar face à l'oncle de la gamine. En revanche, j'ai apprécié la façon dont Ben Affleck filme les Américains de l'Amérique profonde avec leur trogne indescriptible.

  • : Goin' to the movies
  • Goin' to the movies
  • : Blog de critiques cinéma d'Anna M. «Le cinéma, c’est comme l’amour, quand c’est bien, c’est formidable, quand c’est pas bien, c’est pas mal quand même.» (George Cukor)
  • Contact

GOIN' TO THE MOVIES

Blog de critiques cinéma d'Anna M.

«Le cinéma, c’est comme l’amour, quand c’est bien, c’est formidable, quand c’est pas bien, c’est pas mal quand même.» (George Cukor)

Recherche