Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 novembre 2010 3 24 /11 /novembre /2010 21:06
Warner Bros. France

Le problème que pose parfois le fait de critiquer un film tiré d'un roman que l'on a déjà lu (se concentrer sur l'adaptation et non sur les choix proprement cinématographiques) se trouve décuplé pour moi avec Harry Potter et les reliques de la mort – partie 1 : je connais absolument par cœur le roman (ou plutôt la moitié de roman) dont il est adapté. Tentons tout de même !

David Yates, déjà réalisateur des deux précédents opus de la saga (le raté Ordre du Phénix, l'à peu près correct Prince de sang-mêlé), se départit enfin des immondes filtres bleus ou verts qu'il s'obstinait (j'en ai du moins l'impression) à placer devant sa caméra pour filmer Harry et ses amis. Son film est beaucoup moins tape-à-l'œil et d'autant plus efficace. Non pas que le britannique soit subitement devenu un grand cinéaste, mais au moins se met-il ici au servir du récit et de sa richesse propre. Il parvient, bien mieux que dans les épisodes précédents, à traduire cinématographiquement certaines idées purement littéraires. Ainsi, quelques ajouts propres au film sont bien vus, comme la scène où Hermione efface la mémoire de ses parents pour les protéger (son visage disparaît alors des photos familiales) ou encore la danse entre Harry et Hermione au son du O Children de Nick Cave, qui a déjà beaucoup fait parler d'elle. N'oublions pas de mentionner également la splendide séquence en animation qui illustre le décisif Conte des trois frères.

Le récit prend mieux et davantage son temps, aménage des moments d'inaction qui étaient bien la marque principal de la narration de JK Rowling dans le terrible tome 7 : le trio de héros, qui a désormais quitté Poudlard, passe de longs moments à attendre, à hésiter sur les décisions à prendre, à ne savoir que faire et où aller pour poursuivre sa quête. Cet aspect, surprenant pour un blockbuster, est particulièrement bien rendu ; Yates résiste à la tentation d'enchaîner trop rapidement les pics dramatiques et les moments de suspense, et choisit à bon escient de s'intéresser aussi aux lieux et aux ambiances. L'émotion n'en est que renforcée. Le découpage en deux du film a probablement été guidé par le désir de faire encore plus de fric, mais on voit difficilement comment il aurait pu en être autrement, tant absolument tout est essentiel dans ce septième volet. Et encore, certains éléments relativement importants du roman sont contournés voire ignorés par le scénario : on en vient à se demander comment les tomes 5 et 6 avaient pu être adaptés en un seul long-métrage vu leur longueur et leur richesse - « mal » est probablement la réponse.

Emma Watson. Warner Bros. France

Contrairement aux volets 5 et 6 qui devenaient ce qu'ils n'étaient pas sous la caméra de Yates (une comédie adolescente pour le 6, un... truc bien naze pour le 5), Harry Potter et les reliques de la mort – partie 1 ne se trouve pas dénaturé par son adaptation cinéma, et c'est déjà beaucoup. Les enjeux multiples du récit (fable sur le racisme, réflexion sur le rapport à la mort, chronique du passage à l'âge adulte) sont perceptibles. Sa violence et sa cruauté sont au moins esquissées, même si le scénario fait parfois un peu dans la facilité, en s'appesantissant sur les problèmes sentimentaux des trois protagonistes plutôt que sur le monde sorcier sous climat de terreur, et sur un Voldemort désormais tout puissant. Les personnages se multiplient - réduisant malheureusement d'excellents acteurs secondaires à des rôles assez courts - en même temps que les pistes lancées par le récit pour la résolution de l'intrigue dans la seconde partie. Film d'action excitant et parfaitement exécuté, ce premier acte du final n'ennuie en tout cas jamais.

Le plaisir vraiment immense que j'ai pris à regarder ce septième volet de la saga est probablement autant dû à ma passion pour le roman dont il est tiré et au cadre dans lequel je l'ai vu (séance de minuit entre fans) qu'à ses qualités intrinsèques. Il n'empêche, Harry Potter et les reliques de la mort – partie 1 (agaçant à écrire, ce titre !) est probablement le meilleur épisode de la saga au cinéma. Alors, pour la dernière fois : vivement le prochain !


Partager cet article

Repost 0
Published by lucyinthesky4 - dans Nouveautés
commenter cet article

commentaires

Bob Morane 16/12/2010 18:18

c'est grace à ta critique que je suis allé le voir et je ne le regrette pas. Merci !

Ashen 05/12/2010 18:22

Je ne te connais pas, je ne sais pas quel âge tu as, mais si tu as plus de 15 ans, je vois pas comment tu peux aimer ce film !!

Je suis pour ma part un fan d'Harry Potter j'ai lu tout les livres et j'adore replonger dans le merveilleux monde de la magie mais dans ce ce film on a l'impression que David Yates nous présente son Book, tout heureux de nous montrer ses beaux paysages !!

Pis alors je parle pas des dialogues qui sont d'un pathétique à vouloir se cacher au profond de son siège pour faire croire qu'on est pas assez débile pour être aller voir ce film. En effets les dialogues sont nul et vide de sens. Les phrases sont littéralement adressées aux enfants et arrivent souvent de façon incongrues, elles laissent même à croire que les acteurs ne savent pas quoi répondre !!!

si je reconnais le travail artistique (notamment grâce aux effets spéciaux) je rejette cependant vivement le travail cinématographique, David Yates ne sera jamais un grand réalisateur !!

Ben 30/11/2010 16:25

Je suis d'avis que le 6 est génial en tant que film, un peu moins comme adaptation, mais un film doit d'abord se voir comme UN FILM, le travail d'adaptation bien qu'essentiel, ne doit pas limiter les ambitions cinématographiques. En ce sens le 6 est un bon film !

pierreAfeu 29/11/2010 22:57

Bien que non-lecteur de la saga, je te rejoins sur cette critique. J'ai retrouvé avec cette épisode le plaisir pris avec les 4 premiers, et perdu avec les 5 et 6 (n'en déplaise à Gabriel...).

Palilia 29/11/2010 19:18

jolie critiqueJ'y retrouve tout ce que j'ai ressenti : j'ai lu tous les livres dont le dernier deux fois.. vivement la suite. Ces livres sont tellement épais qu'il doit être très difficile d'arriver à avoir ce rendu-là, et je trouve que ça ressemble bien à ce que j'avais ressenti en lisant le 7e tome.

Gabriel 28/11/2010 18:39

Mais je ne comprend pas pourquoi tout le monde déteste le 6 ??? Je l'avais trouvé esthétiquement époustouflant (le meilleur selon moi, avec le 3). C'est truffé d'effets spéciaux, mais c'est magnifique. C'est un peu "teen-movie", mais les autres films l'étaient aussi il me semble, notamment le 4. La bande annonce du 7 me paraît plus terne, l'affiche me fait penser à un twilight, c'est dommage qu'ils aient changé de directeur de la photographie, pour une fois que la saga prenait de l'identité.

Cela dit ta belle critique est très positive, donc j'attend de voir ça avec curiosité, j'espère passer un bon moment. Bonne soirée

Bob Morane 27/11/2010 11:27

J'avoue qu'au dernier, j'avais copieusement dormi tout le long du film tant je ne voyais rien ni sur l'écran ni dans l'histoire. Et j'avais renoncer à voir cet avant dernier opus. Avec ce que t'en dit, je pourrais bien changer d'avis...

Ben 25/11/2010 16:39

Je suis d'accord avec toi sur l'ensemble, même si je diverge quant à la manière dont Yates rend les hésitations, notamment celle de l'elfe de maison qui dans le livre met du temps à se ranger du côté de Harry, alors que dans le film il n'en est pas cas. Enfin certains passages sont oubliés mais c'est normal, je pense qu'il ne faut jamais juger une adaptation mais un film à part entière ! Bon moment même si je l'ai vu dans des conditions déplorables

Nicolinux 24/11/2010 23:33

Ah voilà ! Les deux scènes que tu évoques comme ayant été ajoutées ne me disait vraiment rien, je pensais avoir oublié ma lecture du livre. Mais donc apparemment non, ce sont des ajouts.

J'aime beaucoup la danse, c'est vraiment une minute de bonheur au milieu du désespoir. Ça ne le met que mieux en valeur encore…

  • : Goin' to the movies
  • Goin' to the movies
  • : Blog de critiques cinéma d'Anna M. «Le cinéma, c’est comme l’amour, quand c’est bien, c’est formidable, quand c’est pas bien, c’est pas mal quand même.» (George Cukor)
  • Contact

GOIN' TO THE MOVIES

Blog de critiques cinéma d'Anna M.

«Le cinéma, c’est comme l’amour, quand c’est bien, c’est formidable, quand c’est pas bien, c’est pas mal quand même.» (George Cukor)

Recherche