Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 octobre 2008 5 31 /10 /octobre /2008 20:14
Date de sortie : 29 Octobre 2008
Réalisé par Guillermo Del Toro
Avec Ron Perlman, Selma Blair, Doug Jones
Film allemand, américain.
Genre : Fantastique, Action
Durée : 1h 59min.

Universal Pictures International France

Après qu'une ancienne trêve établie entre le genre humain et le royaume invisible des créatures fantastiques ait été rompue, l'Enfer sur Terre est prêt à émerger. Un chef impitoyable qui règne sur le royaume d'en-dessous, renie ses origines et réveille une menace sans précédent : une armée de créatures que personne ne peut arrêter. Maintenant, il est temps pour le super héros le plus indestructible et le plus cornu de la planète de combattre un dictateur sans pitié et ses légions. Avec ses partenaires du Bureau de Recherche et de Défense Paranormal Hellboy voyagera entre notre monde et celui où voguent les créatures que ne peuvent pas voir les humains. Hellboy, créature appartenant aux deux mondes qui n'est accepté dans aucun, devra choisir entre la vie qu'il connaît et une destinée incertaine qui l'attend.

Le genre : bof

On appelle ça une déception… Après un Hellboy premier du nom efficace et parfois touchant (mais surtout après plusieurs beaux films horrifiques pleins d’imagination et de profondeur), Guillermo Del Toro se coltine tout un univers fantastique peuplé de trolls, d’elfes et de princes avides de pouvoir à intégrer aux aventures de sa grosse bête rouge venue des enfers. Tout cela aurait pu être très bien… Sauf que, à mes yeux en tout cas, rien ne fonctionne ici vraiment. Autrement dit, entre le film de super héros urbain et la fantasy pure (ou peut-être entre Del Toro geek faiseur de blockbuster et Del Toro artiste inspiré à l’imaginaire captivant), la greffe prend très difficilement. La fantasy est plus plaquée qu’intégrée à l’action, et si l’on évoque les rapports houleux entre humains et créatures des abîmes, c’est pour mieux les oublier ensuite et ne jamais répondre aux questions élémentaires que se posent les spectateurs. Hellboy II s’avère rapidement d’une sagesse étonnante (hollywoodienne ?) et d’une monotonie fatigante, en même temps qu’il révèle son absence totale de fond un tant soit peu convaincant. La question du rejet de la différence (thème ultra ultra ultra classique des films de super héros mais toujours intéressant) est à peine effleurée, évacuée en une scène et quelques froncements de sourcils de notre gros diable rouge, et laisse place à des histoires de couple niaiseuses et sans enjeu (Hellboy va être papa, oui, comme dans Shrek le troisième…). En bref, ce nouvel Hellboy ne se démarque jamais vraiment des films de super héros lambda (Hulk ou Hancock cette année par exemple), il est tout aussi bruyant, lourd, surchargé, relativement sympathique et drôle par moment mais sans plus. J’aurais certainement été moins sévère si je n’avais pas lu toutes ces critiques dithyrambiques qui décrivent des choses que je n’ai vu à aucun moment dans le film. Les personnages ne sont jamais réellement incarnés ou touchants, et les étranges créatures imaginées par le cinéaste mexicain peinent à retenir l’attention. L’imaginaire de Del Toro est toujours riche et stimulant mais finalement pas si original que ça : le marché des trolls par exemple évoque largement Star Wars. Certes Del Toro est un cinéaste généreux et qui s’amuse visiblement beaucoup ; quelques beaux personnages secondaires, comme le troll forgeron cul-de-jatte qui aide les protagonistes dans leur quête, éveillent l’intérêt. Mais c’est peu. Si le film ennuie malgré quelques belles fulgurances visuelles, cela est avant tout dû à l’indigence d’un scénario prévisible qui le noie dans des dialogues de sous-zone et des morceaux de bravoure peu captivants. On attend Del Toro sur des projets moins formatés (à commencer par les adaptations de Bilbo le Hobbit, Frankenstein, Dr Jekyll et Mr Hyde…).

Doug Jones, Ron Perlman et Selma Blair. Paramount Pictures France

Paramount Pictures France


Partager cet article

Repost 0
Published by lucyinthesky4 - dans Nouveautés
commenter cet article

commentaires

whiplash solicitor 08/08/2011 05:39

Fantastic web site! My spouse and i really really like precisely how it’s basic on my own eyes along with the information are effectively created. We are questioning the way i may be informed when a fresh submit has been made. We've enrolled in the feed that will have the desired effect! Have a very wonderful day time!

Pierre 08/11/2008 22:11

ah ben non !Chère Lucy in the sky, là, pour une fois, eh oui ça peut arriver, je ne suis pas ok avec toi. Le marché des Trolls évoque StarWars, c'est vrai, mais en très nettement amélioré ! on y retrouve un peu de MiB, de Total Recall, bref, j'ai aimé ce film - il y a des digressions poétiques réjouissantes (l'attaque du haricot géant et sa fin en pétales de fleur)... Ce n'était pas un blockbuster sans âme, loin s'en faut. Mais bon. Allez, tcho

  • : Goin' to the movies
  • Goin' to the movies
  • : Blog de critiques cinéma d'Anna M. «Le cinéma, c’est comme l’amour, quand c’est bien, c’est formidable, quand c’est pas bien, c’est pas mal quand même.» (George Cukor)
  • Contact

GOIN' TO THE MOVIES

Blog de critiques cinéma d'Anna M.

«Le cinéma, c’est comme l’amour, quand c’est bien, c’est formidable, quand c’est pas bien, c’est pas mal quand même.» (George Cukor)

Recherche