Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 novembre 2007 5 30 /11 /novembre /2007 20:18
1965
Réalisé par Richard Lester
Avec Rngo Starr, George Harrison, John Lennon, Paul McCartney
Film britannique.
Genre : Comédie musicale
Durée : 1h 30min



Après que Ringo a passé à son doigt un curieux anneau, les Beatles se retrouvent pourchassés simultanément par des savants fous, la police londonienne et une mystérieuse secte asiatique qui pratique le sacrifice humain...

Le genre : nonsense

1965 : Après Quatre garçons dans le vent (A hard day’s night), leur première expérience de cinéma, les Fab Four de Liverpool remettent ça, avec le même réalisateur de talent, Richard Lester, mais l’envie d’aller encore plus loin dans le délire : ils ajoutent donc la couleur, concoctent une intrigue déjantée jusqu’à l’absurde, et s’offrent le plaisir de séquences sans rapport les unes avec les autres (histoire d’aller skier dans les Alpes, ou bronzer aux Bahamas). Le pitch : Ringo est poursuivi par un secte d’allumés parce qu’il porte une bague nécessaire à leurs rites sacrificielles, mais ne parvient jamais à l’enlever ! D’où les courses poursuites dans le monde entier. On l’aurait compris, l’intrigue n’a d’intérêt que dans la mesure où elle ouvre la voie à l’extravagance et l’imagination des Beatles ! Le groupe, très amateur de l’humour british de gens comme Peter Sellers (qui a lui-même collaboré avec Lester), se délecte de moments de pur nonsense : les quatre potes entrant par quatre portes différentes dans le même appartement, des savants fous qui électrocutent le pauvre Ringo, John tapant un numéro excessivement long sur le cadran du téléphone, Paul réduit à la taille d’une souris, Ringo qui hurle en se faisant quasiment arraché le doigt (et John de lancer : « ne ramène pas toujours tout à toi ! »)… Autant de scènes dont le caractère absurde est absolument délectable et que Lester filme avec classe. J’ai conscience qu’il faut certainement bien connaître et apprécier les Beatles pour prendre plaisir à cette succession de sketchs sans queue ni tête qui reflètent avec bonheur l’air du temps (et annoncent les grands Monty Python), mais si on accepte ce Help ! pour ce qu’il est, il y a de grandes chances d’y prendre un plaisir non négligeable. Les Beatles ne sont pas réellement bons acteurs mais s’amusent comme des fous. Et puis bien sûr, il y a la musique, celle de l’excellent album Help !, qui parcourt le film. Les chansons sont posées là, sans réelle transition, mais cette incongruité rajoute à l’ambiance délirante du film. Des airs entraînants de You’re gonna lose that girl, Another Girl aux mélodies tendres de You’ve got to hide your love away, I need you en passant par les chefs-d’œuvre Ticket to ride et la chanson titre, le film se révèle aussi une sorte de clip géant et jubilatoire. Je laisse le mot de la fin à Martin Scorcese qui, dans le livret de l’excellent DVD sorti récemment, décrit parfaitement le style Lester-Beatles (la traduction très approximative est de moi) : « c’était la liberté, l’impression que la structure du film pouvait se tordre pour s’adapter à l’esprit de la jeunesse […], que l’on pouvait se jouer de la forme et de la structure et briser autant de règles que l’on voulait, du moment que l’on gardait un fond d'émotion ».




À voir aussi sur le blog
Films avec les Beatles : Quatre garçons dans le vent


Partager cet article

Repost 0
Published by lucyinthesky4 - dans Derrière les fagots
commenter cet article

commentaires

whiplash claims 17/08/2011 05:30

Wow the Beatles, I'm a fan of this band for all times. I really love listening to their music and they really have a amazing voice that could captured someone's heart. I like your post about them. Great job.

Melissa 06/12/2007 23:48

ça fait partie des cadeaux de noël, bientôt donc...

  • : Goin' to the movies
  • Goin' to the movies
  • : Blog de critiques cinéma d'Anna M. «Le cinéma, c’est comme l’amour, quand c’est bien, c’est formidable, quand c’est pas bien, c’est pas mal quand même.» (George Cukor)
  • Contact

GOIN' TO THE MOVIES

Blog de critiques cinéma d'Anna M.

«Le cinéma, c’est comme l’amour, quand c’est bien, c’est formidable, quand c’est pas bien, c’est pas mal quand même.» (George Cukor)

Recherche