Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 octobre 2006 4 12 /10 /octobre /2006 17:05

Date de sortie : 27 septembre 2006
Réalisé par Rachid Bouchareb
Avec Jamel Debbouze, Samy Naceri, Roschdy Zem, Sami Bouajila
Film français.
Genre : Guerre, Drame, Historique
Durée : 2h 8min.

Mars Distribution

En 1943, alors que la France tente de se libérer de la domination nazie, le parcours de quatre "indigènes", soldats oubliés de la première armée française recrutée en Afrique. Abdelkader, Saïd, Messaoud et Yassin, réputés pour leur courage, sont envoyés en première ligne. Argent, amour pour la France ou pour l'armée française, foi en la liberté et l'égalité, leurs motivations divergent pour un même combat, libérer la France, les armes à la main.

Le genre : déclencheur de polémique

Vous avez forcément entendu parler d'Indigènes. Pour son sujet, qui attaque avec une certaine force la politique de la France envers les combattants des colonies durant la Seconde Guerre Mondiale. Pour sa récompense cannoise, également, puisque les quatre acteurs principaux ont reçu le prix d'interprétation. Autant de choses qui m'ont donné l'envie d'aller voir ce joli petit film. Le début ne m'a pas franchement emballé : la scène de séparation de Jamel et de sa môman, le début de la guerre etc. Tout ça me paraissait assez longuet, vu et revu (si c'était pour faire un film de guerre lambda, ce n'était pas la peine), et pour tout dire plutôt ennuyeux. Puis, il s'est passé quelque chose. Je me suis attaché aux personnages, au fur et à mesure que leurs sentiments et leur profondeur se faisait plus marqués. La raison principale en est la prestation merveilleusement juste de Roschdy Zem et surtout de Sami Bouajila, qui donnent une humanité et une douceur frappantes à leur personnage. Jamel s'en sort plutôt bien, dans un rôle où l'on retrouve de façon discrète ses mimiques et son bagout bégayant habituels. Quant à Samy Naceri, eh bien on le voit peu et sa prestation est sans relief, étant donné la platitude et l'inintérêt exaspérant de son personnage (dès le début, on a deviné ce qui allait lui arriver...). Ce "coup de casting" (on prend tous les acteurs beurs français les plus connus) est donc assez réussi. Malgré quelques longueurs fatigantes, le scénario est assez bien mené, et n'est, contrairement à ce que j'ai lu ici et là, jamais envahi par une démonstration didactique et manichéenne de la cruauté des méchants français envers les gentils maghrébins. Le puissant message du film se fait sentit au bon moment, dans une scène finale plutôt banale mais émouvante. Bouchareb a réussi le pari de faire réagir l'opinion (et Chirac avec) sur la question de l'injustice des pensions versées aux combattants indigènes. Mission réussie de ce côté-là même si elle l'est peut-être un peu moins du point de vue cinématographique. Mais quelques séquences, notamment des plans fixes, font surgir de façon inattendue chez le spectateur la tristesse, l'indignation ou la tendresse. Voilà pourquoi on ne regrettera pas d'avoir vu ce film qu'au bout du compte, malgré ses défauts, on a envie de conseiller à tout le monde.

Jamel Debbouze et Bernard Blancan. Mars Distribution

Roschdy Zem et Sami Bouajila. Mars Distribution



Partager cet article

Repost 0
Published by lucyinthesky4 - dans Nouveautés
commenter cet article

commentaires

Carcharoth 12/03/2007 00:08

remerciements ?Oui, il fallait rendre hommage à ces hommes, et pas à leurs enfants ou petits enfants, il fallait mieux les considérer pendant la guerre, et ne pas oublier cet épisode 10 ans après lors de la décolonisation, il ne fallait pas les renvoyer chez eux comme cela, et leur dire: "allez les gars, on repart comme en 40". Mais non, non et non, ce film n'est pas juste d'un point de vue historique, et oui, il présente d'une façon assez manichéenne le "problème".... Oui il était nécessaire, mais le retournement du stigmate n'est pas bon, l'[auto]flagellation non plus... ET puis faire réagir Bernadette, superbe... Mais en france, la situation a-t-elle changé ?
Un film comme ça sur les juifs, un autre pour les magrébins (d'ailleurs vous avez remarqué que les tiraillleurs n'ont pas fait la guerre de 40 en France hein, que des algériens et marocains) et notre beau pays à la conscience tranquille. Maintenans, votons de villier et lepen, fermons les frontières, et soyons pli qd on les met dans un charter ou une barre en béton...
Ah oui, j'ai oublier de vous dire... éteindre 5 minutes sa lampe ne sauve pas la planéte, pleurer 5 minutes à la sortie du film sur le sort de ces hommes ne les fera pas revivre. Faisons en sorte que cela n'arrive plus, mais pas avec un tel instrument: trop sentimental et historiquement incomplet.

Je sais bien que mon propos est ambigü, mais je tient la contradiction. Comprenne qui voudra, répond qui réagira. (ouatch pas bon pour les slogans moi !)

Rocher Gérard 23/11/2006 19:28

Un film émouvant, inoubliable et tellement véridique. Il fallait à tout prix rendre hommages à ces soldats venus de loin pour participer à la libération de notre pays, pour quels remerciements?...
A bientôt, Gérard

  • : Goin' to the movies
  • Goin' to the movies
  • : Blog de critiques cinéma d'Anna M. «Le cinéma, c’est comme l’amour, quand c’est bien, c’est formidable, quand c’est pas bien, c’est pas mal quand même.» (George Cukor)
  • Contact

GOIN' TO THE MOVIES

Blog de critiques cinéma d'Anna M.

«Le cinéma, c’est comme l’amour, quand c’est bien, c’est formidable, quand c’est pas bien, c’est pas mal quand même.» (George Cukor)

Recherche