Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 décembre 2006 6 02 /12 /décembre /2006 11:56
Date de sortie : 29 Novembre 2006
Réalisé par Martin Scorsese
Avec Leonardo DiCaprio, Matt Damon, Jack Nicholson
Film américain.
Genre : Policier, Thriller, Drame
Durée : 2h 30min.



A Boston, une lutte sans merci oppose la police à la pègre irlandaise. Pour mettre fin au règne du parrain Frank Costello, la police infiltre son gang avec "un bleu" issu des bas quartiers, Billy Costigan. Tandis que Billy s'efforce de gagner la confiance du malfrat vieillissant, Colin Sullivan entre dans la police au sein de l'Unité des Enquêtes Spéciales, chargée d'éliminer Costello. Mais Colin fonctionne en "sous-marin" et informe Costello des opérations qui se trament contre lui. Risquant à tout moment d'être démasqués, Billy et Colin sont contraints de mener une double vie qui leur fait perdre leurs repères et leur identité. Traquenards et contre-offensives s'enchaînent jusqu'au jour où chaque camp réalise qu'il héberge une taupe. Une course contre la montre s'engage entre les deux hommes avec un seul objectif : découvrir l'identité de l'autre sous peine d'y laisser sa peau...

Le genre : tragédie policière

Su-perbe. Scorsese nous livre ici un film d'une tristesse incroyable, sur les destinées de deux hommes-enfants paumés. Matt Damon, méchant parmi les gentils, et Leo DiCaprio, gentil parmi les méchants, sont tous deux absolument formidables. On ne les a jamais vu aussi bons. Ils se ressemblent parfois vraiment, ajoutant ainsi à la confusion du spectateur, qui ne sait vraiment pas à qui se fier. Nicholson est particulièrement inquiétant en chef allumé de la pègre irlandaise. Film "de gangsters" à l'allure classique aux premiers abords, Les infiltrés se révèle peu à peu être une tragédie sur la perte de l'identité, sur le bien et le mal, sur la violence inévitable de l'existence. La réalisation à la fois virtuose et sobre de Martin Scorsese (notamment des jeux sur la lumière et l'obscurité) sert superbement son sujet. Le rythme du film s'accélère au fur et à mesure, pour terminer sur un final haletant, où les identités de chacun sont, certes, découvertes mais pas stabilisées pour autant ("I want my identity back !" ). Au bout du compte, on découvre qu'on s'était trompé sur les véritables intentions et comportements de chacun (certains étaient des indics, d'autres se révèlent capable de tuer de sang-froid etc...). Hitchcock parlait du McGuffin pour désigner ce qui fait courir les personnages, mais dont on se fout absolument. Ici, il est clair que ces histoires de microprocesseurs nous importent peu. Ce que nous regardons, c'est la dérive et le désespoir de deux beaux jeunes hommes ; et ce constat final complètement tragique : l'identité est introuvable, et la vie n'est qu'une quête de celle-ci, perdue d'avance. Polar sombre et envoûtant, et véritable épopée du crime (tout y est : l'argent, la mort, le sang, la trahison...), Les infiltrés impressionnent dans tous les domaines. Un des meilleurs films de l'année.

Matt Damon et Leonardo DiCaprio. TFM Distribution

Jack Nicholson et Leonardo DiCaprio. TFM Distribution


Partager cet article

Repost 0
Published by lucyinthesky4 - dans Nouveautés
commenter cet article

commentaires

Ben 06/01/2011 19:07

j'adore les répliques assassine de Whalberg dans le film.

mallaury 31/03/2010 16:17

Je préfère ( et de lui ) Infernal affairs ...

Doudou 1982 01/06/2007 20:59

Oui remake de la trilogie chinoise mais Scorsese s approprie parfaitement le film et avec un casting de reve on a un des meilleurs films de l annee 2006 .

Carcharoth 12/03/2007 00:28

Les infiltrès, un très bon film inspiré plus que largement par infernal affairs, un film... chinois !
D'ailleur cela est signalé dans le générique, en petit, à la fin...

  • : Goin' to the movies
  • Goin' to the movies
  • : Blog de critiques cinéma d'Anna M. «Le cinéma, c’est comme l’amour, quand c’est bien, c’est formidable, quand c’est pas bien, c’est pas mal quand même.» (George Cukor)
  • Contact

GOIN' TO THE MOVIES

Blog de critiques cinéma d'Anna M.

«Le cinéma, c’est comme l’amour, quand c’est bien, c’est formidable, quand c’est pas bien, c’est pas mal quand même.» (George Cukor)

Recherche