Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 septembre 2008 7 21 /09 /septembre /2008 16:23
Date de sortie : 03 Mars 2004
Réalisé par Peter Webber
Avec Scarlett Johansson, Colin Firth
Film américain, français.
Genre : Drame, Romance
Durée : 1h 40min.

Pathé Distribution

Delft, XVIIe siècle, l'âge d'or de la peinture hollandaise. La jeune et ravissante Griet est engagée comme servante dans la maison du peintre Vermeer. elle s'occupe du ménage et des six enfants de Vermeer en s'efforçant d'amadouer l'épouse, la belle-mère et la gouvernante, chacune très jalouse de ses prérogatives. Au fil du temps, la douceur, la sensibilité et la vivacité de la jeune fille émeuvent le maître qui l'introduit dans son univers. A mesure que s'affirme leur intimité, le scandale se propage dans la ville.

Le genre : pictural

Un certain académisme, voire un académisme certain se dégage de cette Jeune fille à la perle, œuvre ambitieuse, qui brode vaguement autour d’éléments biographiques du grand peintre hollandais Johannes Vermeer (Colin Firth, un peu absent) et cherche à percer le mystère de l’un de ses tableaux les plus célèbres et les plus beaux : qui est cette jeune fille à la perle ? Quelle est sa relation avec le maître ? Que cache-t-elle derrière ce visage doux et rêveur ? On notera le travail remarquable sur la photographie, la lumière, les couleurs nuancés, qui imitent élégamment le style de Vermeer. Le réalisateur Peter Webber parvient à intéresser quand il peint, c’est le cas de le dire, l’atmosphère de la ville et celle de la maison, les marchés, les cours, la campagne… La jeune fille à la perle est un film d’ambiance, ce sont surtout des impressions qui en ressortent plutôt que son intrigue ou ses personnages, qui sont sans réelle force et suscitent généralement un ennui poli. Par le soin apporté à la reconstitution historique, le film se fait également chronique intéressante de la vie quotidienne en Hollande au XVIIème ce qui est très habile car cette même vie quotidienne était bien le sujet de la peinture flamande de l’époque, qui se défaisait de l’art purement sacré. La jeune fille à la perle reste cependant un film extrêmement appliqué voire scolaire auquel il manque un véritable souffle. La faute entre autres à une trame largement prévisible ; mais les thèmes effleurés ont le mérite de la subtilité et le scénario tient jusqu’au bout sa rigueur et son austérité qui lui évite de sombrer dans un pathos malvenu – ceci élimine aussi de fait toute émotion un tant soit peu intense. Le processus de création artistique est scruté avec une grande attention et pour qui s’intéresse à la peinture, il y a de quoi être captivé, comme l’est la jeune domestique par le grand peintre. Scarlett Johansson s’attèle à la tâche de ce rôle, difficile car fade en apparence, avec une candeur et une pudeur assez touchantes. Un film relativement intéressant mais qu’un trop grand désir de bien faire dépouille du romantisme et de la sensualité qui auraient servi son beau sujet.

Colin Firth et Scarlett Johansson. Pathé Distribution

Colin Firth et Scarlett Johansson. Pathé Distribution


Partager cet article

Repost 0
Published by lucyinthesky4 - dans En bref
commenter cet article

commentaires

whiplash solicitor 08/08/2011 04:40

I’ve been visiting your blog for a while now and I always find a gem in your new posts. Thanks for sharing!

  • : Goin' to the movies
  • Goin' to the movies
  • : Blog de critiques cinéma d'Anna M. «Le cinéma, c’est comme l’amour, quand c’est bien, c’est formidable, quand c’est pas bien, c’est pas mal quand même.» (George Cukor)
  • Contact

GOIN' TO THE MOVIES

Blog de critiques cinéma d'Anna M.

«Le cinéma, c’est comme l’amour, quand c’est bien, c’est formidable, quand c’est pas bien, c’est pas mal quand même.» (George Cukor)

Recherche