Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 mars 2010 2 23 /03 /mars /2010 20:00
Kinovista

Au printemps 1940, des milliers de Polonais sont assassinés par le NKVD, police politique de l'Union Soviétique. Ce massacre et la responsabilité de l'URSS dans sa mise en œuvre n'a été reconnu de façon officielle que très récemment. Dans Katyn, Andrzej Wajda, quatre-vingt ans, revient sur cet épisode oublié de la Seconde Guerre Mondiale, qui possède une forte résonance intime pour lui puisque son propre père en fut l'une des victimes. Son film est un véritable requiem à la mémoire des disparus de Katyn. Ce terme liturgique est ici particulièrement adapté, le film étant empreint d'une certaine religiosité, voire d'une religiosité certaine, qui fait des victimes de la tuerie de véritables martyrs – voire la scène finale (très belle malgré tout) où les soldats assassinés récitent les uns après les autres le Notre père.

La reconstitution de la Pologne des années 40 est soignée, impeccable sans être racoleuse. Katyn intègre également quelques images d'archives d'époque en noir et blanc qui accréditent l'exactitude des faits qu'il rapporte. Tout le film respire la rigueur et la précision, un véritable souci de rendre hommage aux victimes et de faire œuvre mémorielle sans sombrer dans le pathos et les bons sentiments. Dans le domaine, Katyn constitue un contre-exemple parfait à La rafle ! Ce que les deux films ont en commun, en revanche, c'est une volonté pédagogique, d'éducation des plus jeunes pour leur faire découvrir et comprendre un épisode terrible et trop souvent occulté de l'histoire de leur pays. D'où le ton parfois édifiant et explicatif du film de Wajda, mais qui ne le cède jamais à l'efficacité lourdingue ni au sentimentalisme facile.

Kinovista

Les personnages forts du film sont les femmes, mères, épouses ou filles qui cherchent la vérité et se battent pour la faire reconnaître. Elles sont des héroïnes anonymes, les visages de cette Pologne martyrisée par les nazis puis par les soviétiques. En contrepoint, on suit aussi le parcours d'un officier polonais placé face à un dilemme moral, entre l'institution qu'il représente et son désir de justice. Katyn tient (presque) de bout en bout une note élégiaque discrète. La véritable violence ne survient que dans les dix dernières minutes qui constituent, sous la forme d'un flash-back, le crime lui-même commis par les autorités soviétiques. Ce final est en vérité le seul climax émotionnel et cinématographique du film, qui est dans l'ensemble très monocorde et univoque. Il manque à Katyn quelque chose comme du mystère et de la cruauté. L'indignation du cinéaste est visible, non son regard sur le mal qu'il donne à voir.

Intéressant mais plutôt académique dans son déroulement et sa mise en scène, Katyn est peut-être davantage une œuvre d'utilité historique et de devoir de mémoire qu'un véritable regard de cinéma. Mais la maîtrise, la sincérité et la rigueur dont fait preuve le cinéaste l'emportent au bout du compte dans un final soufflant et quelques moments de grâce, comme cette rencontre amoureuse qui se meut en acte de résistance.

Kinovista

Notes sur le DVD
Très complet, il propose quatre suppléments fort intéressants, qui permettent de mieux situer le film dans son contexte historique et renforcent le sentiment que Katyn fait avant tout œuvre de pédagogie :
- Entre propagande et désinformation : deux films de propagande, l'un  nazi, l'autre soviétique, autour du massacre de Katyn, chaque camp se renvoyant la responsabilité de ce terrible crime. D'un grand intérêt historique, ces documents présentent des images parfois difficiles (19 min).
- Post mortem : un entretien avec le cinéaste. Wajda revient sur les résonances personnelles du film pour lui, sur la difficulté de traiter ce sujet encore aujourd'hui, sur les problèmes rencontrés pendant l'écriture et le tournage. Un entretien très classique où Wajda est à l'image de son film : intelligent, réfléchi, digne, consciencieux mais un peu laborieux, explicatif - fort soucieux d'histoire et de mémoire mais pas vraiment de cinéma (50 min).
- Le martyrologe polonais : entretien avec Alexandra Viatteau, historienne spécialiste de l'URSS. Elle y met Katyn en perspective avec l'ensemble de la carrière de Wajda et avec les faits historiques qu'il met en scène. Enrichissant (10 min).
- Un grand témoin : entretien radiophonique datant de 1979 avec Joseph Czapski, un survivant de la tragédie de Katyn. Forcément intéressant, mais la forme de ce bonus reste assez ingrate (20 min).

[DVD reçu dans le cadre de l'opération DVDTrafic, mise en place par l'excellent site CinéTrafic]

Références du DVD
Katyn
Un film de Andrzej Wajda
avec Andrzej Chyra et Maja Ostaszewska
Distribution : Editions Montparnasse http://www.editionsmontparnasse.fr/dvd
Date de sortie : 02/03/2010


Partager cet article

Repost 0
Published by lucyinthesky4 - dans Tests DVD
commenter cet article

commentaires

ANATOLE 06/05/2010 10:32

SUR VOTRE SYNOPSE :
POUR L'INFO - LA DECOUVERTE DE DOCUMENTS SECRETS A PERMIS DE RETABLIR LES FAITS REELS - POUR DES RAISONS POLITIQUES LE MASSACRE DE KATYN A ETE TOUJOURS PRESENTEE COMME FAITE PAR L'ARMEE ROUGE TANDIS QUE LES VRAIS EXECTUTEURS ETAIENTS LES TROUPES NAZIES. MR STALINE LE SAVAIT, ON IGNORE LES RAISONS POURQUOI IL NE L'A JAMAIS DEMENTI, IL SE PEUT QUE CELA FAISAIT PARTIE DES ACCORDS DES ALLIES

megastream 15/04/2010 20:23

Au nom de toute la ligue des robots de France, je te remercie Anna et afin de te prouver ma gratitude, je m'engage à te protéger quand mon espèce androïde envahira ta planète.

Anna 14/04/2010 07:31

"films", pardonnez-moi de vous le dire comme ça mais je pense que vous n'existez pas réellement, que vous n'êtes qu'un vulgaire robot qui envoie des messages automatiques, tout comme vos amis "megavideo film", "film", "film stream" et "stream film"... C'est dommage, notez, vu tous les compliments que vous me faîtes : j'ai pour habitude en effet d'ouvrir les yeux des lecteurs de mon blog, merci de le remarquer ! Tout robot que vous soyez, vous êtes perspicace. Voilà bien un chemin vers l'humanité que vous revendiquez peut-être... Comptez sur moi pour appuyer votre candidature quand le temps des machines androïdes sera venu.

films 14/04/2010 00:18

Idée très intéressante, votre blog m\'a ouvert les yeux. Bonne continuation et longue vie à votre blog !

Anna 28/03/2010 12:10

Merci michel. Je sais bien que c'est pas la peine de répondre mais bon, je me suis fait un petit plaisir, dans la mesure où c'est certain que ce type ne reviendra pas, vu l'allure de son message c'est un truc qu'il copie-colle sans discernement sur tous les blogs qu'il trouve.^^

michel 28/03/2010 12:01

faut pas répondre à ce genre d'individus...
On touche à des niveaux si profonds de bêtise (cf les "questions" de monsieur z) que même Dieu, s'il existait, ne pourrait plus grand-chose pour eux...
bien à toi Anna

Aurore 25/03/2010 19:33

Et pourquoi votre propos concerne t-il tout sauf le film?

Anna 25/03/2010 19:20

Je ne vois pas ce que Katyn vient faire là-dedans... Vous parler donc de La rafle. Il y a un article sur ce film un peu plus là bas : un peu de rigueur je vous prie !
Quant à votre propos, j'ai déjà du mal avec la théorie du complot, alors contre le FN vous imaginez sans peine mon sentiment... Vous mélangez tout : quel rapport entre Dieudonné, la lycéenne marocaine et Simone Veil ? Vous parlez par amalgames, et interprétez les choses dans le sens qui vous plaît.
De plus le FN a fait un bon score aux élections alors permettez-moi de vous dire que ni la mièvrerie de La rafle ni les autres événements que vous citez n'ont empêché une partie importante des Français de voter pour cette bande de connards fascisants.

monsieur z 25/03/2010 16:42

PROPAGANDE ANTI FNAu lieu de se laisser affecter par une histoire bouleversante ou les ti nenfants pleurent.

Il faut se poser les questions suivantes :
– pourquoi Dieudonné réapparait sur la scène médiatique avant la sortie du film et durant la période de promotion du film ?
– pourquoi Gad el Maleh et Marie Drucker affiche leur liaison le jour de la sortie du Film ?
– pourquoi Simone Veil devient Académicienne alors qu'elle n'a jamais rien écrit comme œuvre ou roman remarquable ?
- pourquoi on rapatrie une lycéenne marocaine pour de fausse raison de mariage durant les les élections régionales ?

ET LA GRANDE QUESTION : POURQUOI TOUT CA SE PASSE DURANT LES ÉLECTIONS RÉGIONALES ?????

Ca vous choque pas la coïncidences des évènements dans un laps de temps si cours ?

C'est de la propagande anti front nationale, pour que les gens ne votent pas FN.

  • : Goin' to the movies
  • Goin' to the movies
  • : Blog de critiques cinéma d'Anna M. «Le cinéma, c’est comme l’amour, quand c’est bien, c’est formidable, quand c’est pas bien, c’est pas mal quand même.» (George Cukor)
  • Contact

GOIN' TO THE MOVIES

Blog de critiques cinéma d'Anna M.

«Le cinéma, c’est comme l’amour, quand c’est bien, c’est formidable, quand c’est pas bien, c’est pas mal quand même.» (George Cukor)

Recherche