Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 décembre 2007 5 28 /12 /décembre /2007 16:00
1923
Réalisé par Charles Chaplin
Avec Carl Miller, Edna Purviance, Adolphe Menjou
Film américain.
Genre : Drame
Durée : 1h 29min.



Marie Saint-Clair et Jean Millet, devant le refus de leurs parents respectifs, décident de s'enfuir pour se marier. Ils doivent se retrouver à la gare. Mais Jean est retenu au dernier moment par son père qui vient de subir une attaque cardiaque. Marie part seule. Un an plus tard, à Paris, ils se retrouvent par hasard. Marie est devenue la maitresse d'un homme d'affaires. Les deux jeunes gens s'aiment toujours et Marie décide de quitter son protecteur. C'est alors qu'elle surprend une conversation entre Jean et sa mère qui s'oppose catégoriquement à cette union.

Le genre : premier mélo

Le film s’ouvre sur cet avertissement de Chaplin : « Pour éviter tout malentendu, je tiens à annoncer que je n’apparais pas dans ce film. C’est le premier drame sérieux que j’ai écrit et réalisé. ». Même s’il est en partie affranchi des exigences des studios puisqu’il a co-créé la United Artists en 1919, Chaplin prend en effet un risque important avec la réalisation en 1923 de ce drame total, complètement exempt de burlesque, l’un des premiers mélos de l’histoire du cinéma. Le scénario fondé sur les malheurs amoureux de Marie (Edna Purviance) et Jean (Carl Miller) est d’apparence banal, mais il est à l’époque assez nouveau d’aborder ce genre de sujets avec autant de profondeur psychologique et d’émotion. La dimension sentimentale n’exclut cependant pas une chronique réaliste du Paris mondain de l’entre-deux-guerres. Pour s’éviter les foudres de la censure, Chaplin, qui souhaitait initialement appeler son film Public Opinion, le rebaptise A woman of Paris, titre qui n'évoque pas sa critique des mœurs d’une certaine partie de la haute société occidentale. La frivolité, l’appât du gain, le mépris sont pourtant clairement en ligne de mire. L’autre grande innovation du cinéaste avec L’opinion publique réside dans la direction d’acteur. Chaplin désire sortir le cinéma muet des outrances de la pantomime pour permettre un jeu plus subtil faisant ressortir des émotions plus contrastées et par là même, plus fortes. Ceci est clairement perceptible dans l’interprétation des acteurs, dont la charmante Edna Purviance – qui fut un temps la compagne de cinéaste – qui donne avec finesse à son personnages une véritable force romanesque. Adolphe Menjou offre également une prestation remarquable dans le rôle d’un dandy parisien typique. La complexité psychologique donnée aux personnages (elle aussi novatrice dans le cinéma de l’époque) soutenue donc par un jeu cherchant au plus près une vérité expressive, confère au film un réalisme qui frappe encore aujourd’hui, plus de 80 ans après sa sortie. Le public de l’époque ne fut malheureusement pas au rendez-vous : malgré les avertissements de Chaplin, celui-ci ne compris pas son revirement et bouda une œuvre pourtant ambitieuse et formidable. L’opinion publique est une date dans l’histoire du cinéma, une exception dans la carrière de Chaplin, et un film à voir absolument. Charles Chaplin écrira une nouvelle partition pour le film en 1976, ce sera son dernier travail dans un studio de cinéma.





Partager cet article

Repost 0
Published by lucyinthesky4 - dans En bref
commenter cet article

commentaires

whiplash solicitor 09/08/2011 02:41

That would surely be a twist to the viewers of this film. I hope I could be able to watch this film now. I hope this one is available in the stores.

Eeguab 07/02/2010 18:10

Une perle rareOui,une curiosité que j'aime beaucoup et qui n'est pas si surprenante de la part de Chaplin.Je l'ai chroniqué en décembre dernier.

Kleinhase 29/12/2007 12:01

"L'Opinion Publique" fait partie des trois Chaplin que je ne connais pas, j'espère le voir un jour.

Merci d'avoir voté à mon sondage Chaplin et joyeuses fêtes à toi aussi :)

  • : Goin' to the movies
  • Goin' to the movies
  • : Blog de critiques cinéma d'Anna M. «Le cinéma, c’est comme l’amour, quand c’est bien, c’est formidable, quand c’est pas bien, c’est pas mal quand même.» (George Cukor)
  • Contact

GOIN' TO THE MOVIES

Blog de critiques cinéma d'Anna M.

«Le cinéma, c’est comme l’amour, quand c’est bien, c’est formidable, quand c’est pas bien, c’est pas mal quand même.» (George Cukor)

Recherche