Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 novembre 2007 3 28 /11 /novembre /2007 23:17
Date de sortie : 21 Novembre 2007
Réalisé par Robert Redford
Avec Tom Cruise, Meryl Streep, Robert Redford
Film américain.
Genre : Drame
Durée : 1h 30min.

Twentieth Century Fox France

Ils sont six. Tous sont impliqués de près ou de loin dans le combat de l'Amérique contre le terrorisme. Chacun arrive à un tournant de sa vie, et les enjeux ne vont en être que plus élevés... A Washington, un sénateur aux ambitions présidentielles essaie de vendre la dernière stratégie globale à une journaliste d'information de télévision redoutée. Entre eux, c'est une lutte d'intelligence, de charme... et d'intérêts. Dans une université de la côte Ouest, un professeur idéaliste tente de convaincre un étudiant blasé de changer l'orientation de sa vie pour réaliser son potentiel. De l'autre côté de la planète, dans les montagnes enneigées de l'Afghanistan, deux de ses anciens élèves, loin des discours politiques et des arguments de leurs mentors, se battent juste pour survivre...

Le genre : dissertation en trois parties

La caractéristique principal du dernier film de Robert Redford : l’écart considérable entre le sentiment du spectateur pendant la séance et l’impression laissée sur lui à la sortie de la salle, et après. Lions et agneaux se regarde sans ennui, son rythme étant assez nerveux pour donner sans cesse l’envie de savoir la suite. Composé de trois intrigues distinctes, le film déploie une réflexion pertinente et intelligente sur l’Amérique contemporaine, embourbée dans une guerre interminable, sur ses politiques assoiffés de pouvoir et incapables de se remettre en question, sur ses médias impuissants, sur ses citoyens qui choisissent de fermer les yeux, sur ses soldats en déroute « qu’on avait habillés pour un autre destin ». De ces trois parties, celle qui se déroule en Afghanistan est la plus décevante et consensuelle. Celle opposant Redford (comme toujours très bien) en professeur de gauche et un élève qu’il tente de convaincre de la nécessité de se battre pour la justice épouse des thématiques intéressantes. Le traitement des personnages est plutôt bon mais le propos est redondant. On ira donc chercher son plaisir de spectateur dans une confrontation intense entre Tom Cruise (étrangement excellent en politicien républicain borné et cynique) et une Meryl Streep exemplaire en journaliste qui cherche à faire son travail, mais dont la conscience est immanquablement broyée par un système pourri. Redford livre donc un film honnête, jamais manichéen, que l’on a envie d’aimer mais qui finalement ne laissera qu’une trace anecdotique dans l’esprit du spectateur, faute d’émotions véritables. Le film, dissertation impeccable, laisse trop voir sa mécanique démonstrative et rate les possibles moments d’émotion (la scène finale dans le désert afghan), notamment en raison d’une mise en scène trop académique. Renouant avec un certain cinéma politique des années 70, Redford fait de son Lions et agneaux un modeste brûlot, un minuscule pavé dans la mare de l’Amérique de Bush. On sent en permanence la nécessité qu’a ressenti le cinéaste de s’engager enfin. Démocrate convaincu, il avait « envie depuis toujours d’aborder ces thèmes de front : la frustration politique, la responsabilité des médias, ainsi que notre responsabilité à tous » (interview de Robert Redford, Télérama n°3019). Cette inquiétude, ce besoin, cette urgence sont palpables. Le film y gagne une vraie personnalité.

Meryl Streep et Tom Cruise. Twentieth Century Fox France


Partager cet article

Repost 0
Published by lucyinthesky4 - dans Nouveautés
commenter cet article

commentaires

  • : Goin' to the movies
  • Goin' to the movies
  • : Blog de critiques cinéma d'Anna M. «Le cinéma, c’est comme l’amour, quand c’est bien, c’est formidable, quand c’est pas bien, c’est pas mal quand même.» (George Cukor)
  • Contact

GOIN' TO THE MOVIES

Blog de critiques cinéma d'Anna M.

«Le cinéma, c’est comme l’amour, quand c’est bien, c’est formidable, quand c’est pas bien, c’est pas mal quand même.» (George Cukor)

Recherche