Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 septembre 2006 6 23 /09 /septembre /2006 01:03
Date de sortie : 06 Septembre 2006
Réalisé par Jonathan Dayton, Valerie Faris
Avec Greg Kinnear, Toni Collette, Steve Carell
Film américain.
Genre : Comédie
Durée : 1h 40min



L'histoire des Hoover. Le père, Richard, tente désespérément de vendre son "Parcours vers le succès en 9 étapes". La mère, Sheryl, tente de dissimuler les travers de son frère, spécialiste suicidaire de Proust fraîchement sorti de l'hôpital après avoir été congédié par son amant. Les enfants Hoover ne sont pas non plus dépourvus de rêves improbables : la fille de 7 ans, Olive, se rêve en reine de beauté, tandis que son frère Dwayne a fait voeu de silence jusqu'à son entrée à l'Air Force Academy. Quand Olive décroche une invitation à concourir pour le titre très sélectif de Little Miss Sunshine en Californie, toute la famille décide de faire corps derrière elle. Les voilà donc entassés dans leur break Volkswagen rouillé : ils mettent le cap vers l'Ouest et entament un voyage tragi-comique de trois jours qui les mettra aux prises avec des événements inattendus...

Le genre : road-movie déjanté

Une merveille de drôlerie et de fantaisie. Le film à voir pour se revigorer intelligemment, pour comprendre que même la désunion peut faire la force. Le postulat de départ du film, absurdement drôle (une famille traverse les Etats-Unis en van pour amener une petite fille à un concours de beauté) n'est que le prétexte d'une sort de thérapie familiale revigorante. Les situations (des emmerdes, principalement) engendrées par cela, toutes plus cocasses ou pathétiques les unes que les autres, sont irrésistibles. Ce road-movie famillial au ton tragi-comique est mené avec une énergie communicative, sans temps morts. Les dialogues caustiques sont un délice. Les personnages sont fouillés, crédibles et tous tour à tour attendrissants, exaspérants, intrigants. Rien ne va pour eux (et d'ailleurs rien ne se sera arrangé pour eux à la fin du film : exit l'habituel happy end gnangnan !), mais pourtant ils prennent plaisir à être ensemble, qu'ils le veuillent ou non. Les prestations des acteurs sont toutes incroyables : mention spéciale à Paul Dano dans le rôle difficile d'un ado temporairement muet, à Steve Carell (vu dans des comédies américaines nunulles mais aussi chez Woody Allen), superbe en oncle homo spécialiste de Proust et à la bluffante petite Abigail Breslin. Et aux autres aussi. Mention spéciale à tous, en fait. L'alchimie de cette famille atypique et pourtant si réelle se ressent profondément à chaque plan. Le final du film (le fameux concours Littlle Miss Sunshine, d'ailleurs assez écœurant dans ses pratiques) est formidable, drôle et émouvant à la fois : on se lâche, on s'éclate, on crache à la gueule des conventions stupides ; et ça fait un bien fou ! Un moment jubilatoire, à l'image du film dans son ensemble. Cette comédie indépendante et modeste semble rencontrer un succès aussi inattendu qu'enthousiasmant dans les salles obscures américaines autant que françaises, bénéficiant d'un bouche-à-oreille remarquable, ce qui rassure quelque peu sur l'état du cinéma de nos jours. Peinture d'une certaine Amérique, rarement montrée au cinéma, Little Miss Sunshine est un film rare, qui a tout pour devenir film culte des amateurs d'anti-conformisme (au diable la bien-pensance !) et de vérités douce-amères sur le génial non-sens de la vie.

Toni Collette, Abigail Breslin, Alan Arkin, Paul Dano, Steve Carell et Greg Kinnear. Twentieth Century Fox France

Alan Arkin, Steve Carell, Paul Dano, Abigail Breslin, Toni Collette et Greg Kinnear. Twentieth Century Fox France


Partager cet article

Repost 0
Published by lucyinthesky4 - dans Nouveautés
commenter cet article

commentaires

whiplash solicitor 08/08/2011 05:18

If you want to see the mind blowing article with real facts and figures, this has really tremendous impacts on readers and I admire the writing skill of the author.

Carcharoth 12/03/2007 00:33

youpiiiiWoaaaaaouuu !
voila. J'adore Nietzsche, donc j'adore le muet, donc Nietzsche est muet.

totor69 05/12/2006 13:22

merci pour cet énième hommage à MON film de l'année !

Toujours en salle 3 mois après sa sortie, c'est peu dire du succès du bouche à oreille pour des projections VO uniquement (qui a dit que les français n'aimaient pas la VO ??).

Un film touchant, émouvant, drôle, authentique...magique !

A (re)voir de toute urgence (j'en suis à ma 6e ;-))

olivier 24/10/2006 17:01

oh ouimême 24h après, en écrivant l'article pour mon blog, rien que le fait de me remémorer le film m'émeut...un vrai bijou. Du bonheur en pellicule!

barish 25/09/2006 11:29

super filmje l'ai vu il y'a deux semaines , c'est une vraie petite merveille , comme nous l'offre le cinéma américain depuis quelques années ( the squid and the whale , sideways , eternal sunshine... , lost in translation)

Dorothy 24/09/2006 15:08

Pas (encore) vu...mais après avoir lu cet avis, il me semble que je râte quelque chose!

  • : Goin' to the movies
  • Goin' to the movies
  • : Blog de critiques cinéma d'Anna M. «Le cinéma, c’est comme l’amour, quand c’est bien, c’est formidable, quand c’est pas bien, c’est pas mal quand même.» (George Cukor)
  • Contact

GOIN' TO THE MOVIES

Blog de critiques cinéma d'Anna M.

«Le cinéma, c’est comme l’amour, quand c’est bien, c’est formidable, quand c’est pas bien, c’est pas mal quand même.» (George Cukor)

Recherche