Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 mai 2007 7 13 /05 /mai /2007 00:55
Date de sortie : 02 Mai 2007
Réalisé par Sarah Polley
Avec Julie Christie, Gordon Pinsent, Olympia Dukakis
Film canadien.
Genre : Drame, Romance
Durée : 1h 45min

La Fabrique de Films

Fiona et Grant sont mariés depuis 45 ans, ils ont surmonté les épreuves, l'usure du temps et s'aiment tendrement. Pourtant, Fiona a des pertes de mémoire de plus en plus fréquentes. Apprenant qu'elle souffre de la maladie d'Alzheimer, elle décide de se faire admettre en maison spécialisée. Grant ne sait comment gérer cette séparation, rongé par la culpabilité. Impuissant, il regarde Fiona s'éloigner de lui et tomber amoureuse d'un autre patient. Grant arrivera-t-il à gérer la situation et ses sentiments ?

Le genre : l'amour n'a pas d'âge

La charmante actrice canadienne Sarah Polley passe pour la première fois derrière la caméra. L'expression 'coup d'essai, coup de maître' est souvent utilisée à tort et à travers, pourtant elle s'adapte parfaitement à ce Loin d'elle, film d'une justesse et d'une maturité étonnantes, surtout si l'on songe que la réalisatrice n'a pas encore trente ans. L'amour version troisième âge est un thème difficile, en particulier si la maladie d'Alzheimer vient y mettre son grain de sel, et il aurait été aisé de tomber dans le mélodrame du genre 'sortez les violons'. Mais ici, point. Bien que le récit s’organise autour du schéma de la maladie, Loin d'elle n'est pas un film clinique, ni misérabiliste. Le récit de la dégénérescence du personnage central ne se change jamais en voyeurisme et donne naissance à de précieux instants de grâce. On assiste ainsi à des scènes d'une grande intensité, avec le beau portrait de personnages confrontés à l'obligation du choix et au nécessaire retour sur le passé. Les acteurs y sont pour beaucoup : la grande dame Julie Christie (Docteur Jivago, Farenheit 451) est superbe, la voir se défaire de l'intérieur de façon si convaincante est une véritable épreuve. A ses côtés, Gordon Pinsent est littéralement bouleversant. Ils forment un couple d'une présence exceptionnelle. Les personnages secondaires ne sont pas ignorés pour autant et possèdent une identité et une puissance propre : l'infirmière sensible (Kristen Thompson), la femme culpabilisée (Olympia Dukakis), le touchant vieil homme malade (Michael Murphy). Les chassés-croisés amoureux développés par le scénario ne tombent jamais dans le mauvais goût, et le parcours du personnage de Grant est traité avec une grande finesse et une grande douceur, en particulier à travers des dialogues hautement émouvants. C'est aussi et surtout à une réflexion sur les pouvoirs de l'amour, la tragédie de l'oubli, le poids du temps et la vie qui continue que la cinéaste prend le temps de nous inviter. La mise en scène d'une sobriété remarquable offre quelques moments lyriques et presque oniriques (de belles lumières, les paysages enneigés). La beauté du film nous apparaît alors dans toute son évidence. On a rarement l'occasion de voir des films d'une telle sensibilité. Rien que pour cela, Loin d'elle est à ne pas manquer.

Julie Christie et Gordon Pinsent. La Fabrique de Films

Julie Christie et Gordon Pinsent. La Fabrique de Films


Partager cet article

Repost 0
Published by lucyinthesky4 - dans Nouveautés
commenter cet article

commentaires

whiplash solicitors 09/08/2011 04:39

I’m not much into reading, but somehow I got to read many articles in your webpage. It’s fantastic how interesting it is for me to visit you very often.

  • : Goin' to the movies
  • Goin' to the movies
  • : Blog de critiques cinéma d'Anna M. «Le cinéma, c’est comme l’amour, quand c’est bien, c’est formidable, quand c’est pas bien, c’est pas mal quand même.» (George Cukor)
  • Contact

GOIN' TO THE MOVIES

Blog de critiques cinéma d'Anna M.

«Le cinéma, c’est comme l’amour, quand c’est bien, c’est formidable, quand c’est pas bien, c’est pas mal quand même.» (George Cukor)

Recherche