Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 avril 2011 7 03 /04 /avril /2011 21:52
Pretty Pictures

 

Portrait d'une grande figure de l'art contemporain, Louise Bourgeois : l'araignée, la maîtresse et la mandarine, est une œuvre de longue haleine, réalisée sur une période de quatorze ans. La réalisatrice Marion Cajori (déjà auteure de films consacrés à l'art contemporain) décédée en août 2006 durant le montage du film, c'est la critique d'art Amei Wallach qui le termina.

Artiste longtemps « maudite », née en France puis naturalisée américaine, première femme à avoir eu les honneurs d'une rétrospective au MoMA de New York, la sculptrice Louise Bourgeois est une artiste hors norme, et une femme passionnante. Ce documentaire permet à la fois aux néophytes (comme moi) de se familiariser avec son œuvre et aux plus fins connaisseurs d'approfondir leur compréhension grâce à d'étonnantes images de l'artiste au travail. Bien que cédant aux passages obligés de la biographie et de l'image d'archive, les deux réalisatrices préfèrent s'attarder sur les gestes présents de l'artiste, sur ses œuvres, son processus créatif, et aussi sur ses mots.

De facture traditionnelle - alternance d'images d’œuvres d'art en train de se faire, de commentaires sur ce même art par Louise Bourgeois, et d'interviews de ses collaborateurs – Louise Bourgeois... contient cependant quelques beaux moments de cinéma, notamment lorsque la caméra s'attarde dans la contemplation du processus artistique. C'est la partie la plus intéressante du film, même si l'histoire personnelle de l'artiste, son engagement (féministe, notamment), et sa dimension de véritable icône permettent un éclairage également enrichissant. Le film suscite des réflexions sur les liens entre l'art et le marché, et sur la nature même de l'art, en l’occurrence celui, relativement rare au cinéma, de la sculpture.

Louise Bourgeois. Pretty Pictures

Louise Bourgeois devient ici un véritable personnage, assez fascinant à regarder, passionnant, agaçant, émouvant. Ses propos sont tranchées, honnêtes, et surtout libres. Le film est clairement en admiration totale devant elle, mais parvient è conserver une distance qui l'évite de tomber dans l'hagiographie lénifiante. Louise Bourgeois est décédée en avril 2010, le film de Marion Cajori et Amei Wallach apparaît donc désormais comme un hommage vibrant à une grande artiste et un précieux témoignage, conservation en image de son processus créatif.

Notes sur le DVD

Asses complet et fidèle à l'esprit du film, il propose :
- deux courts interviews, l'une de la co-réalisatrice Amei Wallach, l'autre du monteur Ken Kobland. Ils y évoquent notamment de la nature de leur travail avec la seconde réalisatrice, Marion Cajori, et leur perception de la personnalité et de l'art de Louise Bourgeois.
- 45 minutes de scènes coupées (dix séquences en tout) qui auraient très bien pu se trouver dans le montage final, et permettent si on le souhaite de prolonger l'aventure immersive du documentaire.
Dans l'ensemble, un bon complément au film.

[DVD reçu dans le cadre de l'opération DVDTrafic, mise en place par l'excellent site CinéTrafic]
 
Film disponible en DVD depuis le 9 mars 2011 aux éditions M6 Vidéo.

À voir également
Fiche CinéTrafic de Louise Bourgeois...
Une liste consacrée aux films autour de la sculpture.


3étoiles

Partager cet article

Repost 0
Published by lucyinthesky4 - dans Tests DVD
commenter cet article

commentaires

whiplash solicitor 08/08/2011 06:41

You should state, your current write-up goes to the biggest market of your worry. The pellucidity simply leaves myself looking to recognize additional. Let myself to forthwith get your feed to maintain up to date with your net internet site. Saying many thanks is merely my own little technique of stating that of a masterwork for any particular reference. Acknowledge my dearest desires to your inflowing publication.

  • : Goin' to the movies
  • Goin' to the movies
  • : Blog de critiques cinéma d'Anna M. «Le cinéma, c’est comme l’amour, quand c’est bien, c’est formidable, quand c’est pas bien, c’est pas mal quand même.» (George Cukor)
  • Contact

GOIN' TO THE MOVIES

Blog de critiques cinéma d'Anna M.

«Le cinéma, c’est comme l’amour, quand c’est bien, c’est formidable, quand c’est pas bien, c’est pas mal quand même.» (George Cukor)

Recherche