Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 juin 2006 4 29 /06 /juin /2006 12:30

Date de sortie : 24 Mai 2006
Réalisé par Sofia Coppola
Avec Kirsten Dunst, Jason Schwartzman, Rip Torn
Film américain.
Genre : Historique, Biographie
Durée : 2h 3min.



Evocation de la vie de la reine d'origine autrichienne, épouse mal-aimée de Louis XVI, guillotinée en 1793. Au sortir de l'adolescence, une jeune fille découvre un monde hostile et codifié, un univers frivole où chacun observe et juge l'autre sans aménité. Mariée à un homme maladroit qui la délaisse, elle est rapidement lassée par les devoirs de représentation qu'on lui impose. Elle s'évade dans l'ivresse de la fête et les plaisirs des sens pour réinventer un monde à elle. Y a-t-il un prix à payer à chercher le bonheur que certains vous refusent ?

Le genre : trop beau ?

Marie-Antoinette, par son originalité, confirme le talent de sa réalisatrice. On aime ou on déteste. Assurément un des films les plus marquants que j'ai vu. Tout d'abord, c'est esthétiquement superbe : les décors grandioses de Versailles, les jardins et les fontaines, les robes colorés, les bijoux à foison, les pièces-montées majestueuses etc. Cette superposition de belles images parfois sans âme, finit tout de même par donner la nausée (surabondance de couleurs rose bonbon, bleu pastel etc.), mais cela montre de façon frappante la vie fastueuse des grands de l'époque, et leur fièvre de la consommation à outrance. En cela, le film ne me paraît pas complaisant avec la monarchie, comme certaines critiques l'ont affirmé, puisque ce foisonnement de richesse semble bien nous dire que Versailles, monde de rêve, est bien loin des réalités du peuple qui meurt de faim à quelques kilomètres de là. Le film, de façon surprenante, parle avec une certaine justesse, de sujet que l'on comprend intemporels : la perversion de l'innocence (la jeune et simple Marie-Antoinette, délaissé par son mari et méprisée par la cour parce qu'elle ne lui donne pas d'enfants, plonge dans l'oisiveté et l'égocentrisme et devient "pourrie-gâtée" ), l'adolescence (premiers émois, insolence face aux conventions). Le film est porté par de remarquables prestations d'acteurs. La belle et élégante Kirsten Dunst est parfaite, émouvante quand il le faut, insupportable quand il le faut. Filmée avec fascination, elle resplendit sous l'œil de la caméra de Sofia Coppola. Le roi Louis XVI (Jason Schwartzman) en homme coincé et mollasson est assez hilarant. Une excellente musique rock (The Strokes, notamment), volontairement anachronique, dynamise le tout. Le film ne se soucie pas trop d'histoire, c'est un choix, même si l'on se plaît à reconnaître les événements évoqués ici ou là: la Révolution américaine, le fameux "Qu'ils mangent de la brioche !" et bien sûr la prise de la Bastille. Qu'importe que l'on parle anglais à la cour : le réalisme historique n'a pas ici sa place, c'est le message éternellement humain qui prime. Une belle fin, sobre : la chute d'un monde, un adieu au faste insensé de la cour. Marie-Antoinette a le don de procurer des émotions imprévues. Sofia Coppola parvient à traiter son sujet sur un mode intimiste assez inattendu malgré le budget mirobolant et la débauche de richesses. Il est vrai qu'on ne peut s'empêcher d'avoir de la sympathie, au sens fort du terme, pour ce personnage historiquement détestable (après tout, tout être humain n'en mérite-t-il pas un peu?) mais ce n'est que pour mieux s'écœurer de ce monde surréel et futile qui, immanquablement, finira par tomber.



Judy Davis et Kirsten Dunst. Sony Pictures Entertainment



Partager cet article

Repost 0
Published by lucyinthesky4 - dans Nouveautés
commenter cet article

commentaires

canalwin 14/09/2010 23:56

la famille s'y connait en mise en scene :D

paul 04/07/2006 20:46

...Un chaf d'oeuvre absolu !

  • : Goin' to the movies
  • Goin' to the movies
  • : Blog de critiques cinéma d'Anna M. «Le cinéma, c’est comme l’amour, quand c’est bien, c’est formidable, quand c’est pas bien, c’est pas mal quand même.» (George Cukor)
  • Contact

GOIN' TO THE MOVIES

Blog de critiques cinéma d'Anna M.

«Le cinéma, c’est comme l’amour, quand c’est bien, c’est formidable, quand c’est pas bien, c’est pas mal quand même.» (George Cukor)

Recherche