8 mars 2009 7 08 /03 /mars /2009 15:48
Twentieth Century Fox France


L'avantage de la comédie américaine sur la française en ce moment, c'est que si elle n'est pas toujours de qualité, au moins lui arrive-t-il de nous surprendre. David Frankel m'avait fait le coup avec son film précédent, Le diable s'habille en Prada, qui m'avait paru plus déprimant que drôle, avec son regard sévère sur les aliénations liées au travail, au delà de tout ce qu'il avait de convenu. Idem ici, même si je ne prétend pas que Marley & moi soit d'une originalité folle.

Bon nombre de comédies ont tendance à m'agacer parce que, derrière leurs apparences pseudo-subversives, elles finissent par faire l'apologie du monde et du mode de vie qu'elles prétendaient railler. Dans Marley & moi, c'est un peu le contraire. On craint d'entrée de jeu une ode mièvre à la famille américaine (ce qu'il est parfois), et pourtant j'ai senti une certaine distance entre le film et son sujet, distance moins ironique que mélancolique. Présenté comme une comédie canine débilisante, Marley & moi m'a (un peu) surprise par la tournure dramatique qu'il prend parfois (quelques péripéties cruelles) et son regard lucide sur les désillusions de la vie adulte.

L'histoire du chien surexcité qui fait conneries sur conneries est le principal ressort de la partie comédie, mais ne constitue pas l'intégralité des enjeux. Au bout de trois gags, on a compris. En fait, Frankel raconte surtout l'histoire d'un couple de bourgeois vaguement intellos (ils sont journalistes) qui avance lentement sur un chemin tout tracé : mariage, maison, carrière, enfants... et qui expérimente tous les sacrifices qui vont avec. Le film est sous-tendu par une vive inquiétude existentielle, celle de passer à côté de son existence. À certains moments, on parvient à voir au delà des clichés ce qu'il y a de triste et d'éphémère derrière la façade clinquante de l'american way of life.

Owen Wilson et Jennifer Aniston. Twentieth Century Fox France

Le personnage d'Owen Wilson, en particulier, est porteur de cette thématique : il est une sorte d'éternel insatisfait, incertain de ses choix, et qui semble regretter l'Eden perdu de sa jeunesse qui a fui. Cet Eden, ce temps où tout était possible, on ne l'a pas vu à l'écran, on se demande même s'il a réellement existé. Ce sentiment est d'autant plus émouvant qu'il est porté par le merveilleux Owen. Ce type est la tendresse et la mélancolie incarnées, l'un des acteurs les plus formidablement profonds et touchants qui soient. Jennifer Aniston est plutôt bien également (ainsi que le chien).

Certes, on trouve dans Marley & moi peu d'idées de mise en scène (les décors restent intéressants), et le final ultra larmoyant (mais efficace dans le genre) s'étire plus que de raison. Certes, il y a un côté un peu réac à l'issue de ce scénario : maman reste à la maison s'occuper des gosses et toute la famille vit dans le conformisme bourgeois d'une maison de banlieue confortable et hors de tout monde (papa renonce à être reporter et se consacre à des chroniques sur sa peu exaltante vie quotidienne...). Mais en même temps, on peut voir un certain réalisme dans ce final aux allures de résignation, cette acceptation de ce que l'on est devenu, ce bonheur d'être là où l'on est malgré les espoirs déçus et le temps qui a passé.

Owen Wilson. Twentieth Century Fox France

À voir aussi sur le blog
Films de David Frankel : Le diable s'habille en Prada


Partager cet article

Published by lucyinthesky4 - dans A contrario
commenter cet article

commentaires

Vincent 22/03/2009

Ahahaha Jackpot, ouais ! Quelle joie que c'était que d'essayer de vous faire gober que c'était du pur délire ! N'empêche que, de mémoire, je n'étais pas le seul à avoir aimer, eh ouais eh ouais, j'en avais rallier à ma cause, tandis que toi Anna avec ton Marley, personne n'y a goûté...
(je plaisante hein, en fait je me venge d'un vieux contencieux où tu m'avais taxé de fleur bleue et de Marc Lévy, un truc du genre, ça faisait 10 mois que j'attendais de pouvoir règler nos comptes, voilà qui est fait, ah je me sens mieux)

Platinoch 23/03/2009

Les renforts arrivent Anna!
Je ne vais te laisser seule sur ce coup là;-))
Je te soutiens sur le fond, je suis d'accord pour dire que ce film est assez nul mais en fait je l'ai trouvé moi aussi pas si mal que ça (hormis comme tout le monde ici la fin tire-larmes assez insupportable). A côté de l'affreux "Coco", il passerait presque pour un chef d'oeuvre!!!

Ashtray-girl7 28/03/2009

Me voilà au secours d'Anna, la reine de la bloggosphère, chose assez ironique et savoureuse en soi... (Instant de déléctation pure) Anna, dans mes bras! Il faut croire que les films les plus improbables rallient les goûts le splus divergents! Si on m'avait demandé de choisir un bloggueur susceptible d'aimer Marley & moi, j'aurais désigné Vincent (c'est bas, mais c'est pour James), mais sûrement pas toi, comme quoi! Je crois que ce qui a fait de ce film un truc sympa à mes yeux, c'est la résignation avec laquelle je suis allée le voir, certaine de passer un moment d'une insipidité et d'une débilité maximales, et qu'il s'est avéré être une bonne (voire excellente, dans le cas présent) surprise. J'ai vraiment été conquise par la chronique romantico-burlo-amère de ce couple avançant dans l'âge adulte en étant contraint d'abandonner leur fameux "plan" tout établi. J'ai trouvé ça juste, voilà. Touchant et juste.
Après, la fin...

bonus d'accueil du casino en ligne 17/04/2009

Owen Wilson est toujours très bien dans ce genre, mais je préfère le livre tout de même...

whiplash solicitor 10/08/2011

I really have enough time to watch on movies and I would love to watch this one after this movie that I have been watching now. Thanks for the nice post.

  • : Goin' to the movies
  • Goin' to the movies
  • : Blog de critiques cinéma d'Anna M. «Le cinéma, c’est comme l’amour, quand c’est bien, c’est formidable, quand c’est pas bien, c’est pas mal quand même.» (George Cukor)
  • Contact

GOIN' TO THE MOVIES

Blog de critiques cinéma d'Anna M.

«Le cinéma, c’est comme l’amour, quand c’est bien, c’est formidable, quand c’est pas bien, c’est pas mal quand même.» (George Cukor)

Recherche

Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog