Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 février 2008 1 11 /02 /février /2008 12:00
Date de sortie : 27 Février 1991
Réalisé par Joel Coen
Avec Gabriel Byrne, Marcia Gay Harden, John Turturro
Film américain.
Genre : Comédie dramatique, Policier, Drame
Durée : 2h 2min.



À l'époque de la Prohibition, le gangster Tom Reagan, bras droit d'un caïd irlandais, trahit et manipule son entourage, l'utilisant à ses propres fins, même par la violence, afin de se faire une place.

Le genre : magistral

À l'époque de la sortie de leur premier film (Blood simple), Joel et Ethan Coen avaient opéré cette singulière distinction : dans certains de leurs films, « les acteurs parleront vite et seront correctement vêtus », dans d'autres, « ils parleront lentement et seront habillés comme des ploucs ». À vous de vous amuser à faire la liste, en tout cas Miller's crossing entre clairement dans la première catégorie. Le pitch est un classique du film noir : deux gangs se disputent le contrôle d'une ville pourrie au temps de la Prohibition. Partant de là, se met en place un polar jubilatoire qui renouvelle un genre qui a connu ses grandes heures avec une habileté et une malice sans égales. Les frères Coen jouent avec les référence du film de gangsters mais sans se jeter dans les facilités clipesques (suivez mon regard) : ils déploient une merveille de mise en scène élégante, onirique et inventive qui tient en haleine de bout en bout. Les dialogues ciselés témoignent de l'humour caustique si particulier des deux cinéastes, à la fois fidèles à eux-même et capables de surprendre à chaque instant. Mais Miller's crossing tranche avec la majorité de leur filmographie, en ce qu'il refuse, malgré les possibilités offertes par le sujet et les personnages, de basculer ouvertement dans un aspect comique farfelu qui mettrait en mal l'ampleur et la noblesse du sujet. Ce qui n'exclut en aucun cas l'omniprésence de l'ironie grinçante chère au duo. Et ce sont d'abord les personnages qui en font les frais, à commencer par Tom Reagan (superbe, charismatique Gabriel Byrne), sorte d'archétype ici réactivé de l'anti-héros un peu loser, un peu salaud mais attachant, presque romantique. Le scénario relativement complexe, bourré d'idées et de surprises, le promène sans pitié dans un univers étrange, oppressant, quasi irréel, avec lequel il se trouve toujours quelque peu en décalage. Un personnage qui reste insondable et diablement mystérieux. La direction d'acteurs dans son ensemble est impeccable, chaque interprète donnant à son personnage une singularité et une profondeur qui ne peuvent que marquer le spectateur. La maturité qui se dégage de ce grand film est absolument incroyable. Moins d'un an avant leur Palme d'Or au festival de Cannes, Barton Fink, les frères Coen prouvent déjà leur maîtrise implacable avec cette œuvre injustement méconnue, sublime, glaçante et désabusée.



À voir aussi sur le blog
Films de frères Coen : No country for old men


Partager cet article

Repost 0
Published by lucyinthesky4 - dans En bref
commenter cet article

commentaires

Snifff 11/02/2008 15:38

Entièrement d'accord avec toi. Miller's Crossing est un régal où l'on retrouve tout ce qui fait le charme de l'univers des frères Coen : références cinématographiques, personnages de loosers attachants, dialogues vertigineux, humour grinçant. Et le personnage de Gabriel Byrne reste un mystère pour moi quant à ses motivations.

  • : Goin' to the movies
  • Goin' to the movies
  • : Blog de critiques cinéma d'Anna M. «Le cinéma, c’est comme l’amour, quand c’est bien, c’est formidable, quand c’est pas bien, c’est pas mal quand même.» (George Cukor)
  • Contact

GOIN' TO THE MOVIES

Blog de critiques cinéma d'Anna M.

«Le cinéma, c’est comme l’amour, quand c’est bien, c’est formidable, quand c’est pas bien, c’est pas mal quand même.» (George Cukor)

Recherche