Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
21 mai 2011 6 21 /05 /mai /2011 23:51

FESTIVAL DE CANNES 2011 - En compétition

Pater est probablement l'objet de cinéma le plus étrange qu'il ait été donné de voir aux spectateurs du Festival de Cannes cette année. Un OVNI total où les frontières entre réel et fiction se voient abolies. Pater, c'est donc Alain Cavalier, habitué des films tournés seul (le superbe Irène en 2009), qui décide de faire appel à Vincent Lindon et lui propose d'être le Premier Ministre de son prochain gouvernement ! C'est-à-dire, dans le film qu'il s'apprête à tourner. Pater, c'est donc à la fois un documentaire sur Vincent Lindon et Alain Cavalier travaillant pour un film (une sorte de making of) et une fiction politique où Cavalier est président et Lindon son ministre.

Les allers retours entre fiction et réel sont incessants et finissent par devenir imperceptibles : à certains moments, on ne sait plus qui s'exprime, est-ce Lindon l'acteur ou Lindon le ministre ? Lui-même s'interroge à plusieurs reprises. Il livre une prestation hallucinante de vérité et d'intelligence. On oublie trop souvent qu'il est un grand acteur : espérons qu'avec Pater ce statut lui soit acquis. On sait que Lindon a des tics faciaux qui disparaissent dès qu'il se met à jouer. Or, devant la caméra d'Alain Cavalier, ces derniers réapparaissent parfois, renforçant l'indécidabilité du réel et de la fiction.

Vincent Lindon. Pathé Distribution

Pater est d'ailleurs pertinent sur tous ses plans d'analyse : en tant que documentaire émouvant sur un acteur et un réalisateur, dans sa captation du réel, mais aussi en tant que fiction politique : le film dit des choses très vraies et très belles sur le politique, et il fait à plusieurs reprises penser à la série The West Wing. Il est difficile de décrire un tel film, d'expliquer en quoi consiste sa beauté. C'est un trait d'humour de Cavalier, un geste surprenant de Lindon, un mouvement de caméra saisissant ; de manière générale, un don incomparable et fascinant pour capter à la fois le réel dans la fiction et la fiction dans le réel. Et plus que ça, même, puisque les deux sont finalement une seule et même chose : le cinéma.

Le film sera probablement difficile d'accès aux non francophones et a fortiori aux non français : il est très ancré dans la politique et la culture française (culture savante et populaire), et la subtilité et l'humour de certains dialogues seront sûrement lost in translation. Cette identité française est d'ailleurs très claire dès le début : le film commence tout de même par Vincent Lindon préparant des truffes et de la ventrèche de thon ! Pater est en tout cas un film extrêmement drôle et profond, à la fois expérimental et populaire, et en tous points passionnant.

À voir aussi sur le blog
Films d'Alain Cavalier : Irène

35étoiles

Partager cet article

Published by lucyinthesky4 - dans Nouveautés
commenter cet article

commentaires

  • : Goin' to the movies
  • Goin' to the movies
  • : Blog de critiques cinéma d'Anna M. «Le cinéma, c’est comme l’amour, quand c’est bien, c’est formidable, quand c’est pas bien, c’est pas mal quand même.» (George Cukor)
  • Contact

GOIN' TO THE MOVIES

Blog de critiques cinéma d'Anna M.

«Le cinéma, c’est comme l’amour, quand c’est bien, c’est formidable, quand c’est pas bien, c’est pas mal quand même.» (George Cukor)

Recherche