Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 avril 2006 5 28 /04 /avril /2006 13:57

Date de sortie : 11 Janvier 1995
Réalisé par Cédric Klapisch
Avec Romain Duris, Vincent Elbaz, Nicolas Koretzky, Elodie Bouchez.
Film français.
Genre : Comédie
Durée : 1h 41min.



Quatre jeunes hommes se retrouvent plusieurs années après avoir quitté le lycée. Ils assistent pendant son accouchement la compagne de leur meilleur ami, mort une semaine auparavant d'une overdose. C'est pour eux l'occasion de confronter leurs souvenirs de jeunesse.

Le genre : éternelle jeunesse

Un beau film sur la jeunesse, qui en retranscrit brillamment l'esprit. Témoignage d'une époque, certes (les années 70 : ambiance et modes de vie retranscrits à merveille) mais qui parle à tous. Celui qui ne reconnaît pas au moins en partie ses années lycée dans ce film n'y est jamais allé ! Les AG, les grèves, le personnel sévère ou cool, la préparation du bac, les histoires de coeur, les délires entre potes, les entorses au règlement intérieur... On s'y croirait ! Les personnages sont réalistes, attachants et drôles : des apprentis guitaristes, des amoureux, des révoltés, des junkies, des coincés, des "champions du monde". Cette bande de cinq potes inséparables et complètement dingues, on l'a tous connu, on en a tous fait partie ! Ils sont interprétés avec une extrême justesse par tous les acteurs (Romain Duris et Vincent Elbaz en tête), qui s'immergent totalement dans leurs rôles. Le péril jeune est drôle de bout en bout grâce à ses personnages, et toujours léger, même lorsqu'il nous montre un peu du malaise adolescent et de la difficulté de trouver sa place. Les dialogues légers et fantaisistes (des répliques mémorables, cultes pour beaucoup) sont un délice et l'on rit vraiment énormément. On perçoit en filigrane dans le film de Cédric Klapisch une réflexion très plaisante et absolument pas lourde sur ce qu'est la jeunesse, sa révolte, son enthousiasme : 10 ans après, Bruno, Momo, Alain et Léon se sont rangés et ont quelque peu perdu leurs illusions passées...  Klapisch se réfère à la jeunesse comme à Eden, mais la morale du film n'est pas fataliste pour autant : il faut croit l'éternelle énergie de cette jeunesse qui est la vie même. La drôlerie de ce Péril jeune se double ainsi d'une mélancolie diffuse, qui ne le rend que plus profond.  Last but not least : pour achever de nous plonger dans l'ambiance des seventies, une BO proprement fabuleuse (Hendrix, Ten Years After - « I'm going home » -, Joplin etc.). Jubilatoire.





Partager cet article

Repost 0
Published by lucyinthesky4 - dans En bref
commenter cet article

commentaires

mr vell 17/12/2007 06:16

ce film est géniale!!!on en voit rarement des films de ce style aussi bien reussis!!!et encore de films francais!!!

ben 05/02/2007 20:00

Très bon film. J'adore vraiment l'ambiance.

Ma 20/11/2006 18:59

tp bienje suis allée voir ce film avec le lycée et je me disait: "ça va être une foi de plus nnul!!!" mais en resortant, j'ai trouvé ça vraiment bien !!! enfin ça vaut le coup de le voir voila !!

Gomel maxime 08/08/2006 13:26

On va pas se battre pour travaillerTotalement d'accord!!LE péril jeune est un très bon film sur la jeunesse et l'on s'y reconnait à merveille!!C'est pour moi un film de chevet, ma bible visuelle!!!lol
"Plus tard je serais champion du monde!!
-Ouais mais de quoi?
-Bin jsais pas champion quoi, mais DU MONDE"
'dslé si c'est pas les paroles exact mais ca fait deux trois mois que je l'ai pas regardé"
max

Clémence 29/05/2006 14:54

pas vu non plus! Mais près avoir aimé l'auberge espagnol et les poupées russes, je pense que je ne vais pas tarder à regarder d'un peu plus près la filmographie de Kaplish

  • : Goin' to the movies
  • Goin' to the movies
  • : Blog de critiques cinéma d'Anna M. «Le cinéma, c’est comme l’amour, quand c’est bien, c’est formidable, quand c’est pas bien, c’est pas mal quand même.» (George Cukor)
  • Contact

GOIN' TO THE MOVIES

Blog de critiques cinéma d'Anna M.

«Le cinéma, c’est comme l’amour, quand c’est bien, c’est formidable, quand c’est pas bien, c’est pas mal quand même.» (George Cukor)

Recherche