Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 octobre 2006 4 26 /10 /octobre /2006 15:27
Date de sortie : 18 Octobre 2006
Réalisé par Stephen Frears
Avec Helen Mirren, James Cromwell, Michael Sheen
Film français, britannique, américain.
Genre : Drame, Historique
Durée : 1h 39min

Affiche américaine. Miramax Films

Dimanche 31 août 1997. La princesse Diana meurt des suites d'un accident de voiture survenu sous le pont de l'Alma à Paris. Si cette disparition plonge la planète dans la stupeur, elle provoque en Grande-Bretagne un désarroi sans précédent. Alors qu'une vague d'émotion et de chagrin submerge le pays, Tony Blair, élu à une écrasante majorité au mois de mai précédent, sent instantanément que quelque chose est en train de se passer, comme si le pays tout entier avait perdu une sœur, une mère ou une fille. Au château de Balmoral en Écosse, Elizabeth II reste silencieuse, distante, apparemment indifférente. Désemparée par la réaction des Britanniques, elle ne comprend pas l'onde de choc qui ébranle le pays. Pour Tony Blair, il appartient aux dirigeants de réconforter la nation meurtrie et il lui faut absolument trouver le moyen de rapprocher la reine de ses sujets éplorés.

Le genre : timidement ironique

Malgré le nom du réalisateur (argument de taille !), je suis franchement allée un peu à reculons voir ce film, dont le sujet ne m'enchantait guère : les états d'âme des monarques anglais, très peu pour moi ! Je me suis quand même prise au jeu grâce à une ambiance particulièrement réaliste et au jeu remarquable de tous les acteurs. Tout d'abord, Helen Mirren (prix d'interprétation à Venise cette année), tout en charisme et en prestance, est exceptionnelle dans la peau de la reine Elizabeth. On en oublie qu'il ne s'agit pas de la vraie ! Michael Sheen dans la peau d'un Tony Blair ma foi sympathique est tout aussi bon. Leurs personnages en acquièrent une humanité, une personnalité qui, qu'elles correspondent ou non à la réalité, font de The Queen une plongée édifiante dans les dessous, voire les bas-fonds de la vie de ces personnages publics. Le film s'avère donc intéressant au point de vue de l'étude d'un système politique dans ses complexités et ses aberrations. Toutes les prestations d'acteurs concourent à cette ambiance souvent délectable. Les images d'archive d'interview de Diana parcourent le film et lui donnent sa crédibilité, tout en illustrant avec bonheur les failles du système. Mais voilà... je n'ai aucun moyen d'être sûre que le propos du film est bien celui que ma sensibilité politique voudrait lui assigner : une illustration de l'archaïsme et de l'absurdité du système monarchique britannique, une interrogation sarcastique sur le sens véritable de la fonction de reine dans nos temps démocratiques. Ces questions restent en suspens et me laissent donc un peu sur ma faim. Et puis au bout du compte, s'il s'agit de montrer les dessous de la politique ou encore de faire un portait femme perdue, ne sachant que faire face à un peuple qu'elle ne comprend pas, ou de prouver qu'un être humain se cache derrière les personnages publics, tout ceci n'est pas d'une originalité folle. Le sujet a beau être décalé et osé, il reste du domaine de l'anecdote, et on sent que Frears n'a pas tant de chose à dire que ça... Le film ménage en permanence ses personnages principaux, ne remet jamais en cause leurs faits et gestes et instaure entre eux un parallèle un peu facile qui consiste à les rendre dignes en ridiculisant les "extrêmes" : la gauche de Tony Blair (le sympathique personnage de sa femme républicaine) et la droite de la reine (le prince Philipp, réac comme pas deux). Je ne vois là aucune distance critiques (à moins que je sois insensible au dix-huitième degré qui sous-tend le film...). Si je demeure dubitative sur le fond du propos du film, je reconnais volontiers que The Queen a tout de même le mérite d'assumer son propos avec humour et distance, et d'être esthétiquement irréprochable : des plans frappants, émouvants, déroutants, et une musique remarquable. Bref : un beau film, mais passez votre chemin si vous ne supportez pas la complaisance envers les grands de ce monde.

Helen Mirren. Pathé Distribution

Helen Mirren. Pathé Distribution


Partager cet article

Repost 0
Published by lucyinthesky4 - dans Nouveautés
commenter cet article

commentaires

  • : Goin' to the movies
  • Goin' to the movies
  • : Blog de critiques cinéma d'Anna M. «Le cinéma, c’est comme l’amour, quand c’est bien, c’est formidable, quand c’est pas bien, c’est pas mal quand même.» (George Cukor)
  • Contact

GOIN' TO THE MOVIES

Blog de critiques cinéma d'Anna M.

«Le cinéma, c’est comme l’amour, quand c’est bien, c’est formidable, quand c’est pas bien, c’est pas mal quand même.» (George Cukor)

Recherche