Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 janvier 2010 4 28 /01 /janvier /2010 00:45


Contre toute attente, je vais défendre le nouvel opus naturaliste et délicat de l'inégal mais toujours intéressant François Ozon, puisque j'en suis sortie passablement émue. Mousse (Isabelle Carré) et son compagnon Louis (Melvilv Poupaud) sont accros à l'héroïne. À une overdose, lui succombe et elle survit. Elle apprend qu'elle est enceinte et part passer sa grossesse dans une maison au bord de la mer où le frère du défunt (Louis-Ronan Choisy) vient lui tenir compagnie. Voilà. Il se passe ça. Le temps s'écoule, doucement, dans la langueur des mois d'été. La mise en scène caressante d'Ozon et la photographie pastel achèvent de nous plonger dans une atmosphère de douceur/douleur cotonneuse qui finit pas bouleverser.

Le film d'Ozon dont Le refuge est le plus proche est certainement le beau Le temps qui reste, avec déjà Melvil Poupaud. Sa douceur tragique et son élégance dénudée se retrouvent ici. Paul et Mousse ne sont pas des êtres passionnés. On les sent, sinon indifférents, en tout cas placides, laissant venir à eux la vie sans s'en inquiéter (en apparence du moins). Normal, ils sont en vacances. Les paysages de la côte basque sont alors un décor idéal pour prendre le temps d'observer les liens de respect et d'affection qui se tissent entre eux, puis leurs souffrances et leurs fragilités refaisant parfois surface. Le refuge est un film doux, mais où pointent parfois une cruauté inquiétante et d'inattendus pics mélodramatiques. Mousse ne sait pas si elle pourra aimer son bébé, et le voit davantage comme une manière pour Louis de continuer à vivre en elle ; Paul confesse qu'il ne sait pas s'il aimait vraiment son frère.

Ces personnages, Ozon les filme avec tendresse et parfois une grande sensualité : les corps se touchent, tremblent, s'éloignent et se retrouvent. Le cinéaste excelle à nous faire partager leur intimité : scènes de sexe, de danses, d'étreintes, de plage... sont toutes sensibles et justes. Le refuge est aussi en grande partie un documentaire sur une actrice ici magnifique : Isabelle Carré, réellement enceinte au moment du tournage et dont on voit le corps changer, s'arrondir, rosir. Son engagement dans le rôle est total, sa prestation d'une vérité déchirante. La collusion fiction/réel fait vraiment des merveilles de son côté ; tandis que l'interprétation de son partenaire s'éloigne au contraire du réalisme classique pour approcher les délices d'un jeu "rohmerien". C'est le chanteur Louis-Ronan Choisy, également compositeur de la chanson du film, étonnant dans ce rôle de jeune bourgeois homosexuel, un peu dandy sur les bords, absolument charmant. La rencontre est subtile, paradoxale, ambigüe, et donne un fort beau film.

Isabelle Carré et Louis-Ronan Choisy. Le Pacte

Très émouvant portrait de femme, mystérieux et lumineux, hanté par des thèmes chers à Ozon comme la maternité et l'homosexualité (cette dernière n'étant par contre jamais traitée comme problématique dans le film, et c'est tant mieux), Le refuge est une excellente surprise qui prouve que François Ozon a de la ressource pour étonner encore demain (son prochain film, Potiche avec Catherine Deneuve, sort en novembre).

À voir aussi sur le blog
Films de François Ozon : 8 femmes


Partager cet article

Repost 0
Published by lucyinthesky4 - dans Nouveautés
commenter cet article

commentaires

whiplash claims 16/08/2011 07:50

Very nice story, I real like reading your blog from the beginning till the end. It inspire me a lot.

Anna 29/01/2010 11:40

Avec plaisir! Je vais faire de même.

Phil Siné 29/01/2010 08:31

c'est encourageant... je vais vite y aller ! et puis c'est bien écrit... j'aime bien ton blog, alors je te mets en lien sur le mien ! me permets tu ? ;)

  • : Goin' to the movies
  • Goin' to the movies
  • : Blog de critiques cinéma d'Anna M. «Le cinéma, c’est comme l’amour, quand c’est bien, c’est formidable, quand c’est pas bien, c’est pas mal quand même.» (George Cukor)
  • Contact

GOIN' TO THE MOVIES

Blog de critiques cinéma d'Anna M.

«Le cinéma, c’est comme l’amour, quand c’est bien, c’est formidable, quand c’est pas bien, c’est pas mal quand même.» (George Cukor)

Recherche