Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 avril 2007 6 07 /04 /avril /2007 13:09
Date de sortie : 04 Avril 2007
Réalisé par Douglas McGrath
Avec Toby Jones, Sandra Bullock, Sigourney Weaver
Film américain.
Genre : Drame, Biopic
Durée : 1h 58min.

Affiche américaine. Killer Films

Ce qui commence comme un voyage humoristique de l'écrivain Truman Capote, qui ne cache pas son homosexualité tout en évoluant dans les milieux élégants du beau monde de Manhattan, prend une tournure plus sombre à mesure qu'il enquête sur une affaire de meurtres.

Le genre : pas mal pour un bis !

Etrange expérience que de voir à quelques mois d'écart deux films traitant exactement du même sujet, bien que finalement assez différents l'un de l'autre. Il est clair que la relation trouble entre le célèbre écrivain américain et le sujet de son prochain livre, un meurtrier de sang froid, a quelque chose de particulièrement cinégénique. Une critique de cet  Infamous ne peut (malheureusement ?) se faire pour moi que dans la perspective d'une comparaison avec Capote, film génial sorti en France en mars 2006. Tout d'abord, Infamous est un très beau film, traitant son sujet avec une grande intelligence. Les diverses faces de ce personnage haut en couleur qu'était Truman Capote sont joliment exploitées, sur un mode tantôt comique tantôt tragique. Toby Jones est très fort et parvient à devenir littéralement le personnage même s'il est permis de lui préférer l'interprétation de Philip Seymour Hoffman l'an dernier, peut-être plus laborieuse mais moins caricaturale. De manière générale, le casting trois étoiles est de qualité : Sandra Bullock (étonnante), Gwyneth Paltrow, Sigourney Weaver, Isabella Rossellini sont délicieuses dans la peau des amies de Capote. Quant à Daniel Craig, il est un Perry Smith très animal et inquiétant. Infamous est une oeuvre puissante et touchante, jouant sur plusieurs registres pour faire découvrir toutes les complexes facettes de l'intrigue et des personnages. Cependant, il me semble que le film se montre moins subtil que son prédécesseur pour traiter la relation entre les deux personnages principaux. L'ambiguïté y est moins présente, et l'on nous donne comme une évidence ce qui n'était que suggéré et laissé à l'appréciation du spectateur dans Capote, c'est-à-dire la teneur exacte des sentiments qu'ils se portent l'un à l'autre. Infamous use donc plus d'une fibre sentimentale que Capote avait soigneusement évité. Mince défaut car l'émotion vraie surgit tout de même à plusieurs reprises, tant le film sait montrer la profondeur et les blessures de ses protagonistes. Infamous joue aussi sur un registre burlesque très appréciable, portant sur son personnage un regard amusé mais jamais cruel. Le film possède cependant un aspect mondain qui l'affaiblit quelque peu et les séquences "témoignages des proches" sont pour moi d'un intérêt réduit et relèvent d'un certain racolage. Je crois que tout le monde sera d'accord sur les principales différences entre les deux films : Capote était plus classique, plus scolaire, plus tragédien, plus subtil, plus cruel. Infamous est plus ironique, plus léger, plus complaisant, plus sentimental, plus charnel. Ensuite, tout dépend des sensibilités. Je préfère pour ma part le premier mais en tout cas, porté par un bon casting, d'une vraie sensibilité dans le traitement du sujet, ce nouveau film sur le génie Capote prouve que le potentiel d'une histoire aussi exceptionnelle n'est pas épuisée au bout d'une seule tentative. A voir.

Toby Jones et Daniel Craig. ARP Sélection

Toby Jones. ARP Sélection



Partager cet article

Repost 0
Published by lucyinthesky4 - dans Nouveautés
commenter cet article

commentaires

  • : Goin' to the movies
  • Goin' to the movies
  • : Blog de critiques cinéma d'Anna M. «Le cinéma, c’est comme l’amour, quand c’est bien, c’est formidable, quand c’est pas bien, c’est pas mal quand même.» (George Cukor)
  • Contact

GOIN' TO THE MOVIES

Blog de critiques cinéma d'Anna M.

«Le cinéma, c’est comme l’amour, quand c’est bien, c’est formidable, quand c’est pas bien, c’est pas mal quand même.» (George Cukor)

Recherche