Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 août 2006 7 27 /08 /août /2006 21:49
Date de sortie : 16 Août 2006
Réalisé par Michel Gondry
Avec Gael Garcia Bernal, Charlotte Gainsbourg, Alain Chabat, Miou-Miou
Film français, britannique.
Genre : Comédie, Romance, Fantastique
Durée : 1h 45min.



Venu travailler à Paris dans une entreprise fabriquant des calendriers, Stéphane Miroux mène une vie monotone qu'il compense par ses rêves. Devant des caméras en carton, il s'invente une émission de télévision sur le rêve. Un jour, il fait la connaissance de Stéphanie, sa voisine, dont il tombe amoureux. D'abord charmée par les excentricités de cet étonnant garçon, la jeune femme prend peur et finit par le repousser. Ne sachant comment parvenir à la séduire, Stéphane décide de chercher la solution de son problème là où l'imagination est reine...

Le genre : psychédélique

On en attendait beaucoup, après le sublime
Eternal sunshine of the spotless mind et sa consécration hollywoodienne. Michel Gondry, de retour en France pour un temps au moins, n'a pas manqué son coup. Objet filmique totalement non identifié, La science des rêves (joli titre) est un film généreux, joyeux, complètement loufoque mais tellement séduisant ! A l'image de l'émission télé imaginaire de Stéphane, ou des objets insolites que crée Stéphanie, on pourrait dire que le film ressemble à un un joyeux bordel fait de brics et de brocs : une idée nouvelle à chaque plan, des langues qui s'entremêlent, et un casting assez improbable (le couple central, Miou-Miou maman de Gael Garcia Bernal... mais on y croit !). Il ne possède pas de réelle cohésion. Ou plutôt si : la merveilleuse cohésion incohérente propre aux rêves, celle défendue par les deux protagonistes (Anarchy in the cellophane !). Malgré cela (ou peut-être justement grâce à cela), La science des rêves est un film qui emporte, et auquel on finit par adhérer. C'est d'abord à une comédie romantique très réussie que l'on est convié, avec un joli couple qui fait mouche : le sublime Gael Garcia Bernal et la douce Charlotte Gainsbourg sont adorables. Le plaisir que les deux personnages prennent à être ensemble, à partager leurs passions est merveilleusement mis en scène et joué. À noter également : un Alain Chabat surprenant, très bon dans le rôle d'un plouc obsédé, certes un peu en décalage avec le propos du film mais assez pathétiquement drôle. Le film, mis en scène avec dynamisme, traite avec tact et sincérité de la relation à la fois conflictuelle et complémentaire entre la vie réelle et les fantasmes, les rêves, les souvenirs. On s'y perd, mais qu'est-ce que c'est bon ! Les scènes de rêves sont inventives, drôles et poétiques comme le sont d'ailleurs les créations du protagoniste, par exemple la machine à remonter une seconde dans le temps (!). Le personnage de Stéphane, un doux-dingue un peu paumé et follement séduisant (avec le bonnet péruvien en prime), est une sorte d'autoportrait de Gondry lui-même, le bricoleur le plus génial du cinéma. La science des rêves est aussi (surtout ?) une belle œuvre sur l'enfance et ce qu'il en reste une fois que l'on est passé dans le monde adulte avec ses responsabilités et son exigence de réalisme : rester fidèle à ce que l'on a été enfant est-il compatible avec une vie d'adulte normale ? C'est la jolie question que pose ce film onirique et tendre, allumé, généreux, tellement humain. Cela risque de faire de nombreux adeptes !

Sacha Bourdo, Gael Garcia Bernal et Alain Chabat. Gaumont Columbia Tristar Films

Charlotte Gainsbourg et Gael Garcia Bernal. Gaumont Columbia Tristar Films



Partager cet article

Repost 0
Published by lucyinthesky4 - dans Nouveautés
commenter cet article

commentaires

  • : Goin' to the movies
  • Goin' to the movies
  • : Blog de critiques cinéma d'Anna M. «Le cinéma, c’est comme l’amour, quand c’est bien, c’est formidable, quand c’est pas bien, c’est pas mal quand même.» (George Cukor)
  • Contact

GOIN' TO THE MOVIES

Blog de critiques cinéma d'Anna M.

«Le cinéma, c’est comme l’amour, quand c’est bien, c’est formidable, quand c’est pas bien, c’est pas mal quand même.» (George Cukor)

Recherche