Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 octobre 2008 4 30 /10 /octobre /2008 17:17
2008
Réalisé par Michael Moore
Avec Michael Moore
Film américain.
Genre : Documentaire
Durée : 1h 37min.



Après la réélection de George W. Bush à la Maison Blanche, Michael Moore décide de réaliser une suite à son documentaire Fahrenheit 9/11, dans l'optique d'éclairer une nouvelle fois le peuple américain sur son gouvernement. Il s'intéresse cette fois plus particulièrement au comptage des votes et incite les américains à voter en passant dans plusieurs états.

Le genre : Fahrenheit 9/11 ½

Slacker uprising (« le soulèvement des fainéants ») est la suite de Fahrenheit 9/11, uniquement diffusée sur internet (normalement le film n'est théoriquement accessible que depuis les États-Unis et le Canada mais il est aussi disponible sur Youtube). C'est l'histoire d'une tentative ratée, d'un échec glaçant, d'une désillusion totale. En 2004, le cinéaste citoyen controversé Michael Moore réalise une sorte de tournée, une série de meetings sur le sol américain afin d'appeler ses concitoyens à se mobiliser pour voter et battre George W. Bush aux élections présidentielles de novembre. Si le film n'est pas véritablement passionnant, un peu répétitif (Moore fait un discours,  se fait applaudir, présente des invités, et part dans la ville suivante) et sans intérêt cinématographique, en revanche il est assez intéressant dans son projet et dans ce qu'il montre d'un peuple (ou d'une partie de ce peuple : principalement les anti-Bush – mais aussi des types qui font un peu peur et qui pensent que Moore est un sale coco...), d'un cinéaste et de leurs idées respectives de la politique. On entend Moore haranguer les foules, crier l'espoir et la révolte et la croyance en la beauté de la démocratie et l'importance de l'information, et la vérité qui finit toujours par éclater. On voit des milliers, des millions de personnes se rassembler pour dénoncer les mensonges de l'administration Bush, et croire véritablement qu'un autre avenir est possible. Il y a là quelque chose d'assez exaltant, mais immédiatement contrebalancé par ce que l'on sait déjà, par la fin du parcours qui nous est déjà connu : Bush junior sera réélu... Alors certes, Moore est toujours quelque peu mégalo : on le voit sans cesse en leader charismatique, convaincant et fougueux, et il aime expliquer à quel point il est persécuté par les autorités (ce qui est probablement vrai, d'ailleurs). Mais Slacker uprising possède quelque chose d'inédit, une forme de masochisme. Au contraire de ses précédents documentaires, qui décrivait un parcours de recherche menant à une sorte de vérité et à une conclusion citoyenne, le réalisateur décrit ici une trajectoire descendante, un chemin vers la défaite et la désillusion ; aucun problème n'est résolu. Le trajet est monotone, le film l'est à son image. La politique un parcours toujours recommencé, parsemé plus souvent de défaites que de victoires. On assiste aussi à quelques scènes assez hallucinantes parce qu'inconcevables par chez nous : des républicains présents à l'un des meetings de Moore qui se mettent à réciter le Notre père comme pour se protéger des démoniaques démocrates... Heureusement que la musique et l'humour sont là pour empêcher tout ce beau monde de sombrer dans le désespoir (les blagues contre Bush, c'est toujours revigorant). Ce qu'il y a d'intéressant, et aussi de profondément déprimant dans ce Slacker uprising : on y montre l'échec total d'un cinéaste de gauche à faire entendre sa voix, l'échec peut-être au final du cinéma engagé dans son ensemble. Pas plus que Fahrenheit 9/11 et la Palme d'Or éminemment politique que lui avait attribué Quentin Tarantino en 2004, le Slacker uprising tour n'aura permis de faire battre les républicains et leur idée mortifère de l'Amérique. Seul le peuple a une telle force. Espérons qu'il le prouve la semaine prochaine...



À voir aussi sur le blog
Films de Michael Moore : Bowling for Columbine, Sicko


Partager cet article

Repost 0
Published by lucyinthesky4 - dans Derrière les fagots
commenter cet article

commentaires

whiplash solicitor 08/08/2011 04:39

I genuinely liked reading through your post! You have quality material. I might advise you to come up with blog posts even more often. By doing this, having this kind of a worthy website I think you will probably rank higher in the search engines.

Carcharoth 30/10/2008 23:30

Et je ne vois toujours pas de liste de livre ! Une littéraire comme toi, qui est obligé de bruler des livres pour écrire un article tant ils recouvrent toute ta vie, tu ne trouves pas le temps de nous faire partager tes auteurs favoris ? Je ne puis y croire ! Come on, hurry up !

  • : Goin' to the movies
  • Goin' to the movies
  • : Blog de critiques cinéma d'Anna M. «Le cinéma, c’est comme l’amour, quand c’est bien, c’est formidable, quand c’est pas bien, c’est pas mal quand même.» (George Cukor)
  • Contact

GOIN' TO THE MOVIES

Blog de critiques cinéma d'Anna M.

«Le cinéma, c’est comme l’amour, quand c’est bien, c’est formidable, quand c’est pas bien, c’est pas mal quand même.» (George Cukor)

Recherche