Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 juin 2007 5 29 /06 /juin /2007 21:11
Date de sortie : 20 Juin 2007
Réalisé par Quentin Dupieux
Avec Eric Judor, Ramzy Bedia, Sébastien Tellier
Film canadien, français.
Genre : Comédie, Science fiction
Durée : 1h 22min.



En 2016, la mode et les critères de beauté ont beaucoup changé. Une nouvelle tendance fait des ravages chez les jeunes : le lifting du visage. Georges, un jeune diplômé récemment lifté, profite des vacances d'été pour s'intégrer aux "Chivers", une bande de caïds liftés à l'extrême. Blaise, un loser rejeté et ex ami d'enfance de Georges, aimerait lui aussi faire parti de la bande...

Le genre : qui est in, qui est out

Bottine à tous ! Oui oui, intriguée notamment par la bonne critique de Libé, je suis allée voir le dernier film d'Eric et Ramzy, moi qui m'était évitée la torture de voir Double zéro et Les Dalton, leurs précédents chef-d'oeuvre, sur grand écran. Je suis d'avis que Steak n'a rien à voir avec les films sus-cités. Quentin Dupieux, le réalisateur, est plus connu sous le nom de Mr Oizo. Ce DJ et clippeur est le créateur de l'inénarrable bonhomme jaune Flat Eric. Bref, un bon passif dans le domaine du délire caractérisé jubilatoire. Steak, en tout cas, sort des sentiers balisés de la comédie même pas drôle, et offre un spectacle assez particulier. Situé dans un futur proche, le film nous raconte l'itinéraire de deux personnages légérement paumés : Georges (Ramzy) veut à tout prix être in et intégrer la bande des Chivers, Blaise (Eric) sort de 7 ans d'internement pour un crime comis par Georges et a donc du retard en ce qui concerne la mode. Avec ses quelques moments de cruauté qui mettent mal à l'aise, Steak se veut avant tout une critique du conformisme et du matérialisme de nos sociétés, mais il est plus convaincant dans ce qu'il exhibe de l'absurdité du monde, notamment lors de scènes poilantes d'un non-sens total : la scène de la leçon de piano notamment, et la débilité qui sert de sport aux Chivers (me fait rire à chaque fois que j'y pense). On est dans un grand n'importe quoi : le film se déroule en 2016 mais les Chivers ressemblent aux T-Birds de Grease, c'est totalement in de boire du lait et out de fumer des clopes, les filles aux seins naturels sont dégoutantes... La débilité profonde des personnages est ici un atout, les références sans rapport les unes avec les autres se chevauchent, le scénario ne se soucie guère de cohérence, bref, c'est un joyeux bordel. Un joyeux bordel étonnamment bien filmé, notamment dans des plans fixes d'une étrange beauté, et à la photographie soignée. Porté par une BO jubilatoirement kitsch, Steak (titre sans aucun rapport avec l'intrigue) est un pur OVNI à la limite de l'expérimental, dans lequel nos deux compères (Eric en particulier) sont étrangement bons acteurs. Ce n'est pas vraiment bon, mais ça n'arrive pas à être nul. C'est peut-être bon parce que c'est nul, ou l'inverse. En tout cas, c'est autre. Du coup, il se pourrait bien que ça devienne culte.






Partager cet article

Repost 0
Published by lucyinthesky4 - dans Nouveautés
commenter cet article

commentaires

whiplash claim 18/08/2011 01:12

The film tells the journey of two people slightly lost souls. Steak is above all a critic of conformity and Materialism of our society, it is more convincing goal in That it exhibits the absurdity of the world, especially during scenes of hair total nonsense. Great post, That Is totally true. Nice post of yours.

whiplash solicitors 09/08/2011 04:55

In general, the usefulness and significance is overwhelming. Very much thanks again and good luck and keep up the great work!

Casino 26/12/2010 09:51

Yup, jsuis tombée au hasard sur ce weblog a l'occasion d une navigation dans aol. Je pense qu'on va envoyé ton site dans facebook !! XD Bises. Camille

  • : Goin' to the movies
  • Goin' to the movies
  • : Blog de critiques cinéma d'Anna M. «Le cinéma, c’est comme l’amour, quand c’est bien, c’est formidable, quand c’est pas bien, c’est pas mal quand même.» (George Cukor)
  • Contact

GOIN' TO THE MOVIES

Blog de critiques cinéma d'Anna M.

«Le cinéma, c’est comme l’amour, quand c’est bien, c’est formidable, quand c’est pas bien, c’est pas mal quand même.» (George Cukor)

Recherche